France   |    
Blason et armoiries de Villeurbanne

Villeurbanne

Rhône

Rhône-Alpes

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Villeurbanne

4.213
5744Villeurbanne est une ville de 134800 habitants, située dans le département du Rhône et la région du Rhône-Alpes en France. Les habitants de Villeurbanne s'appellent les Villeurbannais et les Villeurbannaises. Villeurbanne possède 7 bâtiments inscrits au registre des monuments historiques.

Population134800 habitants
GentiléVilleurbannais, Villeurbannaises
Superficie1452 hectares
Densité9283 hab/km²
Altitude181 mètres
Code Postal69100
Code INSEE69266

047803xxxx047884xxxx
MaireJean-Paul Bret
MairieMairie de Villeurbanne
Place du Docteur Lazare Goujon
69100 VILLEURBANNE
Téléphone0478036767
Fax0478842841
Site web

Fiche consultée 5744 fois

Cartes postales anciennes de Villeurbanne

le marchéHote de villeLe TNP

Avis sur Villeurbanne


Donnez votre avis sur Villeurbanne

Monuments historiques et bâtiments protégés de Villeurbanne

Usine de traitement de surface des métaux, filature, tissage, passementerie dite Dorures Louis Mathieu puis Dorures Louis Mathieu Industrie (DLMI)

Histoire : En 1928, Louis Mathieu déjà propriétaire depuis 1888 d'une usine de dorure située impasse Lassalle dans le 6ème arrondissement de Lyon (rue devenue en 1909 rue de Genève), fait édifier deux rues plus loin une nouvelle usine. Celle-ci bâtie suivant les plans de l'architecte lyonnais Ernest Flahaut, est plus adaptée au travail de la fonderie. L'entreprise est transmise de père en fils de 1888 à 1995. Depuis sa création, la société Dorures Louis Mathieu est spécialisée dans la fabrication de fils d'or, d'argent (trame de soie enrobée d'or et d'argent), le tissage et la passementerie. Un brevet d'invention français n° 466166 est délivré le 23 février 1914 concernant un dispositif pour l'obtention d'un fil métal, présentant des parties rondes et des parties plates s'alternant régulièrement. A l'origine le procédé d'argenture est réalisé par collage d'une feuille d'argent sur le cuivre. Cette technique de la dorure et de l'argenture évolue : à partir de 1972, la technique par collage d'une feuille d'argent ou d'or sur le cuivre est abandonnée et remplacée par un dépôt électrolytique d'argent ou d'or. En fait, les deux chaînes d'électrolyse (table de dorage et table d'argenture) revêtissent le fil par dépôt cyanuré électrolytique d'or ou d'argent par système de bains successifs. Le fil de base, en cuivre, est posé sur un touret au départ de chaque table puis placé dans un cantre d'alimentation à 20 bouts. Pour la table de dorage le fil passe dans cinq bains qui se répartissent ainsi : dégraissage cyanuré, rinçage mort, placage électrolytique, rinçage électrolytique, rinçage mort. En bout de table un bobinoir séchoir et un cantre de réception à 20 bouts stocke le fil. La table d'argenture, elle, se compose de sept bains répartis en : dégraissage alcalin (soude diluée 5%), rinçage mort, rinçage courant en circuit ouvert, préargenture électrolytique, argenture électrolytique, rinçage mort, rinçage courant en circuit fermé. En bout de table également un bobinoir séchoir et un cantre de réception récupère le fil.Mais ce qui rend célèbre cette société c'est la découverte, en 1954, d'un procédé protégeant les fils métal en les recouvrant d'un vernis inaltérable qui bouleverse cette industrie et lui donne un essor considérable. Ce procédé sera également breveté. Aucune opération de vernissage n'était réalisée avant cette découverte. Ce traitement anti-corrosion appelé Louisor, est découvert par Henri Mathieu, fils de Louis. Il permet de conserver tout l'éclat et la brillance des fils, des galons et des tissus métallisés. Cette technique de protection consiste en un véritable gainage chimique des fils, assurant l'insensibilité parfaite aux agents nocifs. Stables aux traitements les plus usuels de teinture, préformage, moirage, apprêts, calandrage, gaufrage, les fils Louisor sont lavables, se dégraissent à sec, se repassent sans difficultés et sont ininflammables. Les opérations de peinture-vernissage sont intégrées dans la chaîne de fabrication dorure-argenture afin de protéger les dépôts d'or et d'argent réalisés sur les filés et les lames et de diversifier la gamme de couleur des produits ; dans le même temps, on assiste à l'introduction des fils métalloplastiques dans la production. En février 1991, une filiale employant 12 personnes est créée au Maroc pour réaliser des opérations de guimperie et de bobinage. En 1995, la société Dorures Louis Mathieu Louisor prend le nom de Dorures Louis Mathieu Industrie et fait partie du groupe Charles (fournitures industrielles) qui absorbe deux sociétés : la société Gay (moulinage) et Protecma (mailles techniques). Le chiffre d'affaire de la société est de 26,5 millions de francs.La même année, le tissage et la passementerie sont sous-traités à l'extérieur, dans des ateliers de la Croix-Rousse (boulevard des Canuts, tissage Veuillet) et du nord Isère (Saint-Jean de Bournay, ruban Gallia).Le site se compose d'un atelier fonderie comprenant l'étirage e t la tréfilerie fermé en 1980, d'un atelier argenture qui correspond au dorage, au vernissage et à la peinture, d'un atelier mécanique qui sert à la réparation, à la fabrication ou à la transformation des machines. L'atelier ajustage comprend la partie bobinage et assemblage, l'atelier tissage fermé en 1995, est équipé de 27 métiers jacquards, d'un ourdissoir, d'une visiteuse, de trois types de cannetières. La passementerie située dans l'ancien atelier dorures-vernis-peinture est aujourd'hui un magasin de passementerie ouvert au public un week-end par an. Le laboratoire de chimie permet les tests d'oxydation, l'analyse des milieux, l'analyse des fils avant le travail de tissage ou la préparartion des commandes. Un répertoire de fiches techniques pour les couleurs et de références permet de conserver tous les fils produits (tiroirs à bobines) et tous les tissus référencés dans des échantillonneurs (une centaine) depuis la création de la société (1888), il en est de même pour les mises aux carreaux et cartons perforés. Les références des ateliers de dessins sont indiquées, Tony Ponsard, Chapiron, Grataloup, 19 place Tolozan à Lyon, l'atelier Cabias, Jubin, Burkart au 52 boulevard des Brotteaux, dessins de soieries Létondor au 13, rue d'Austerlitz à la Croix-Rousse et la chambre syndicale des dessinateurs en Nouveautés de la ville de Lyon Guyet, dessinateur au 23 place Tolozan à Lyon 1er arrondissement.400 ouvriers travaillent au début du XXe siècle chez DLMI, 200 dans les années 1950, et 51 personnes au moment de l'enquête en 1999.L'innovation technique, les savoir-faire et la grande qualité des fils de la société Dorures Louis Mathieu ont marqué la région Rhône-Alpes en particulier et le monde de la soie et de la dorure en général. Mais 115 ans de production n'ont pu résister aux nouvelles conjonctures économiques et normes européennes. En février 2003, l'usine est mise en liquidation judiciaire, une grande partie des outils et des archives de la société est rachetée par deux sociétés, une à Lyon et l'autre à Bourg-de-Péage dans la Drôme. Dans le même temps, une société de sous-traitance Charles-Mathieu est créée à Caluire.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle

Vidéos de Villeurbanne

Chargement...