France   |    
Monument historique

usine de chaux de la Lormandière

Monument historique

Chartres-de-Bretagne


Usine de chaux de la Lormandière

Histoire : De 1865 à 1867, trois fours à chaux sont édifiés par C. Coudé. En 1873, la Société des Fours à Chaux de Lormandière est en faillite. Une nouvelle société, dirigée par E. Doret fait construire, entre 1876 et 1878, quatre nouveaux fours réservés à la chaux agricole. En 1885, J. Pringault, directeur de l'usine de chaux depuis 1883, fait édifier un logis patronal. En 1891, fondation de la société anonyme Industrielle et Commerciale des Fours à Chaux de Lormandière et de la Chaussairie Réunis, au capital de 300 000 f, l'une des plus importantes unités de fabrication de chaux en Bretagne. En 1909, en pleine expansion, l'usine est restructurée. En 1910, construction de la salle des machines. Un embranchement ferroviaire, relié à la ligne de Rennes à Redon, traverse les halles depuis la carrière de calcaire en passant par le sommet des massifs des fours et est desservie par des wagonnets tractés par un treuil électrique de 13 ch. En 1927, extinction des fours à chaux de la Chaussairie. En 1936, la Société des Fours à Chaux de Lormandière et de la Chaussairie est absorbée par la Société P. Picard, qui exploite l'usine de chaux de Quenon, à Saint-Aubin d'Aubigné (35) , avant sa fermeture définitive en 1938. En 1948, le site de Lormandière est vendu comme lieu de conditionnement et de stockage d'engrais à la Société Industrielle d'Engrais Composés. En 1988, le Conseil général devient propriétaire de Lormandière et en fait un site protégé pour sa flore calcicole.En 1910, mention d'un nouvel équipement énergétique à l'usine qui se compose alors d'une chaudière semi-tubulaire à deux bouilleurs, construite à Nantes (44) par Lebrun et Cormerais, et présente une surface de chauffe de 90 m2, ainsi que d'un réchauffeur Green de trente-deux tubes. A cette date, une machine Dujardin, qui développe 135 ch, produit toute l'électricité nécessaire aux installations, à l'exhaure, au treuil des wagonnets, au monte-charge à charbon ou encore aux machines à broyer, ainsi qu'à celles de l'usine de la Chaussairie.A la fin du XIXe siècle la Société des Fours à Chaux de Lormandière et de la Chaussairie emploie cent cinquante salariés dans les quatorze fours des deux sites et dans deux immenses carrières, quatre-vingt-dix dans les années 1920-1925 et quarante en 1934.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1885 ; 1910
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Monuments historiques de Chartres-de-Bretagne