France   |    
Monument historique

usine d'horlogerie Arsène Cretin-l'Ange, actuellement usine de matériel d'équipement industriel des Anciens Ets Charles Peccaud

Monument historique

Morbier


Usine d'horlogerie Arsène Cretin-l'Ange, actuellement usine de matériel d'équipement industriel des Anciens Ets Charles Peccaud



Histoire : Successeur des maisons Germain Cretin-l'Ange et Les fils de Germain Cretin-l'Ange, Arsène Cretin-l'Ange est à la tête d'une affaire fondée en 1830. En 1877, il crée sa propre usine d'horlogerie, peut-être édifiée en deux campagnes. Mentionnée à la fin du siècle comme " usine à vapeur éclairée à l'électricité ", cette manufacture d'horloges monumentales est acquise en 1906 par Léon Labrosse. Poursuivant la fabrication des horloges de clocher (église Saint-Désiré de Lons-le-Saunier par exemple) , ce dernier en exporte une grande partie vers l'Espagne. En 1934, les Ets Charles Peccaud deviennent propriétaires du bâtiment, qu'ils convertissent en usine de petites moteurs électriques et d'avertisseurs pneumatiques pour automobile. Cette société est l'une des premières à produire des klaxons à compresseur électrique (jusque dans les années 1950) . La production s'oriente vers les compresseurs à palettes et les moteurs électriques de précision (pour machines à coudre, etc.) . Vers 1977, la S.A.R.L. des Anciens Ets Charles Peccaud ouvre une deuxième unité à Issy-l'Evêque (Saône-et-Loire) , où s'effectuent usinage, montage et bobinage des moteurs à courant continu. Le bureau d'études est maintenu à Morbier, avec l'usinage des paliers et les réparations mécaniques. Machine à vapeur dans le dernier quart du 19e siècle. Matériel en 1991 : presse à balancier, fraiseuse type G n° 12 de la Société des Moteurs Salmson (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine) , décolleteuse Brown & Sharpe de 1905 (Providence, Rhode Island, USA) , perceuse-taraudeuse américaine, tour automatique suisse. Une vingtaine de personnes dans l'usine Labrosse, plus d'une trentaine à l'usine Peccaud dans les années 1950, 4 à Morbier et une quinzaine en Saône-et-Loire en 1991.
Adresse : 94, 98 route Blanche

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1877
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu
Crédits : Mongreville, Jérôme - © Inventaire général, ADAGP

Monuments historiques de Morbier