France   |    
Blason et armoiries de Sens-sur-Seille

Sens-sur-Seille

Saône-et-Loire

Bourgogne

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Sens-sur-Seille

Monuments historiques et bâtiments protégés de Sens-sur-Seille

Ancienne douane puis ferme

Histoire : Maison figurant sur le cadastre ancien. Elle domine un pont sur la Brenne (frontière fiscale entre la Bresse chalonnaise et la Franche-Comté) permettant le passage de la route Chalon-Lons. Selon Georges Buffet dans son livre "L'Epatou" (1991), ce bâtiment de 23m de long fut construit en 1602 pour héberger un fermier du roi et 12 gabelous jusqu'à la Révolution. La pièce du fermier était parquetée de chêne. Au 19ème siècle la maison devint résidence de notaires et de médecins puis ferme "collective". Elle accueillait quatre ménages en 1935 et plus que deux en 1950. Cependant, selon les recherches en archives (ADCO) de l'actuel propriétaire il s'agit d'un poste de douanes construit en 1725 sur ordre du roi. Il affirme qu'il n'y a jamais eu de cheminée à l'étage, qu'on y accédait par un escalier parallèle à la façade postérieure et que les fenêtres avaient des barreaux. Même si les fenêtres géminées ne sont pas d'origine, ce qui est peu probable, la sculpture des aisseliers et l'escalier extérieur témoignent plus du 17ème siècle que du 18ème siècle. Le bâtiment des dépendances est récent et très remanié.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 17e siècle
Année de construction : 1602
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Débit de boissons

Histoire : Ensemble figurant sur le cadastre ancien : il semble qu'en 1826 le four était au centre de la cour. Il a donc probablement été déplacé par la suite au fond de celle-ci. Il s'agit de l'ancien "Café Faivre" et "Auberge Meunier" dont le bâtiment des dépendance abritait une forge. Deux petites fenêtres éclairant l'étage ont été ajoutées sur la façade antérieure mais à l'origine il n'en existait qu'une au-dessus de la porte.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 18e siècle
Année de construction : 1784
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme dont seule la maison figure sur le cadastre ancien. La maison remonte probablement au 17ème siècle comme en témoignent ses façades symétriques, ses grandes fenêtres, ses ferrures de portes, sa grande cheminée, son escalier, sa corniche moulurée et son puits. Le bâtiment des dépendances remonte probablement au 19ème siècle tout en étant postérieur à 1826, date du cadastre ancien. Cette ferme appartient à la même famille depuis trois générations.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 17e siècle ; 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien. Elle remonte probablement au 18ème siècle comme en témoignent son petit module et ses pans de bois à bois courts. Le pignon, au nord, a été refait en "tuiles mureuses" au 20ème siècle.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien. Le bâtiment des dépendances est remanié. Les marquises recouvertes de tuiles plates qui abritent les portes de la façade antérieure de la maison sont récentes.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 18e siècle ; 1ère moitié 19e siècle
Année de construction : 1791 ; 1830
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien. La ferme d'origine, dont il ne reste que la maison, pourrait remonter au début du 19ème siècle. L'inscription qui se trouve sur le puits pourrait témoigner de l'acquisition de cette maison par Albert Boivin, en 1897, propriétaire qui pourrait bien être à l'origine de l'agrandissement de la maison par une chambre à droite. Selon le propriétaire actuel, un descendant, le bâtiment des dépendances (35m de long) en remplace un qui avait un toit en chaume et a brûlé en 1910. L'enduit de la maison date des années 1940.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1ère moitié 19e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1897 ; 1912
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maison ; ferme


Type : Inventaire général du patrimoine culturel

Présentation de la commune

Histoire : Du Pont de l'Etalet part une voie romaine qui mène à Villevieux en passant par le bourg de Sens situé sur une éminence dominant la Seille. Au 13ème siècle la seigneurie de Visargent passe des de Vienne aux de Brancion qui construiront un moulin. Le moulin de Sens existe déjà en 1550. L'église Saint-Germain (d'Auxerre), en brique, accolée d'une tourelle-escalier, date du 16ème siècle. Conde appartient aux du Châtel au 17ème siècle, puis aux de la Rodde, aux de Brancion au 18ème siècle et aux de Scorailles. Le château, l'église, les halles, le pressoir et la tuilerie ont tous disparu. Le château de Visargent date de la limite entre le 17ème et le 18ème siècle. Au 18ème siècle le moulin de Sens possédait un foulon : une installation permettant de fouler les étoffes de drap. Le presbytère de Sens est construit peu avant la Révolution. Sens est chef-lieu de canton de 1790 à 1802. Un atelier de salpêtre est cité en 1794. Le clocher de l'église est refait en 1825 à la mode comtoise. La route Chateaurenaud-Bellevesvre, passant aux Lorins, est construite en 1840. En 1852 le moulin de Sens est reconstruit. En 1856 Sens compte 665 ha de terres, 393 ha de prés, 5 ha de vignes et 33 ha de bois, un moulin de 8 meules au bourg et un moulin de 11meules à Visargent. On compte encore 110 chaumières sur 167 maisons en 1869. La Mairie-école de garçons date de 1880. En 1891 on inaugure le monument érigé en l'honneur du Capitaine Michelin tombé en 1870 lors de la guerre contre les Prussiens. Le château de Visargent brûle au 19ème siècle. Le moulin qui a entièrement brûlé en 1896 est reconstruit avec ses matériaux. Aujourd'hui il ne reste qu'une partie des communs du château. La tuilerie artisanale de l'Etalet fonctionnait encore en 1930. Il manque aujourd'hui le four, le deuxième séchoir et le séchoir restant n'a plus ses auvents. Le moulin de Sens brûle en partie en 1961 et cesse son activité en 1976. 791 habitants en 1901, 414 en 1968 et 298 en 1999. 33 exploitations agricoles en 1988. Sources : 3126 E ; Service de l'Inventaire départemental, série 5 Fi ; Robert Michelin, "Le canton de Saint-Germain-du-Bois au début du siècle", Groupe 71-Images de Saône-et-Loire, Mâcon, 1989.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques