France   |    
Blason et armoiries de Saint-Paulet-de-Caisson

Saint-Paulet-de-Caisson

Gard

Languedoc-Roussillon

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Saint-Paulet-de-Caisson

Monuments historiques et bâtiments protégés de Saint-Paulet-de-Caisson

Chapelle Sainte-Agnès

Précisions : Chapelle Sainte-Agnès (cad. AP 253) : inscription par arrêté du 3 mai 1974

Type : Monuments historiques
Epoque : 12e siècle

Chartreuse de Valbonne (ancienne)

Chartreuse de Valbonne (ancienne)
Chartreuse de Valbonne (ancienne)
Précisions : Chartreuse, sauf parties classées (cad. AN 273) : inscription par arrêté du 23 mars 1959 ; Ensemble des façades et des toitures ; galeries des grand et petit cloîtres ; église, y compris les deux chapelles et le portail d'entrée situés à l'Ouest ; vestibule et escalier intérieur (cad. AN 273) : classement par arrêté du 30 octobre 1974

Type : Monuments historiques
Epoque : 13e siècle ; 17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle
Eléments protégés : bâtiment conventuel ; cloître ; église ; chapelle ; galerie ; portail ; vestibule ; escalier ; élévation ; toiture ; décor intérieur

Mine et distillerie de lignite de Saint-Julien-de-Peyrolas, usine de produits chimiques (usine de fabrication d'essence synthétique) Houdry

Histoire : Au 18e siècle, exploitation des lignites par nombreux propriétaires puis P.F. de Tubeuf, concessionnaire des mines de toute la région le 25 avril 1770. Concession de Saint-Julien-de-Peyrolas du 22 nivôse XIV (22 décembre 1806) en faveur de Jacques Aubert, propriétaire de la verrerie de Valbonne. L'exploitation reste entre les mains de ses héritiers jusqu'à la constitution de la Société Civile des Mines de Charbon Lignite du Canton de Pont-Saint-Esprit (1908) . Méthodes très archaïques avec nombreux petits puits. 1921 : dissolution judiciaire de la société. 1926 : adjudication à la S.A. d'Exploitation et d'Etudes Minières. Peu après est créé la S.A. des Essences et Pétroles de Saint-Julien-de-Peyrolas destinée à la mise en exploitation du procédé de distillation du lignite en hydrocarbures liquides inventé par son président E. Houdry. L'usine construite commence sa production en juin 1929 mais s'arrête dès l'année suivante. 1941 : prise de contrôle par la S.A. Péchiney. 1949 : la concession est mutée au profit de la Société des Lignites de Barjac et du Gard. Arrêt complet fin 1962. Concession renoncée en 1966. Aujourd'hui habitation.1857 : 25 ouvriers au fond, 8 au jour. 1930 à 1945 : une centaine d'ouvriers au total.Existence d'un fonds d'archives privées

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle ; 2e quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques