France   |    
Blason et armoiries de Saint-Junien

Saint-Junien

Haute-Vienne

Limousin

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Saint-Junien

4.213
2830Saint-Junien est une ville de 11500 habitants, située dans le département de la Haute-Vienne et la région du Limousin en France. Les habitants de Saint-Junien s'appellent les Saint-Juniauds et les Saint-Juniaudes. Saint-Junien possède 7 bâtiments inscrits au registre des monuments historiques.

Population11500 habitants
GentiléSaint-Juniauds, Saint-Juniaudes
Superficie5682 hectares
Densité202 hab/km²
Altitude179 mètres
Code Postal87200
Code INSEE87154

055543xxxx055502xxxx
MairieMairie de Saint-Junien
Place Auguste Roche
87200 SAINT JUNIEN
Téléphone0555430680
Fax0555024288
Site web

Fiche consultée 2830 fois

Cartes postales anciennes de Saint-Junien

Caisse d`EpargneLa Vienne en amont du Mont Notre-DameLa Place Lacote

Avis sur Saint-Junien


Donnez votre avis sur Saint-Junien

Monuments historiques et bâtiments protégés de Saint-Junien

Ancienne abbaye de Saint-Amand

Histoire : Les traditions concernant la vie de l'ermite Amand nous ont été transmises par Étienne Maleu, chanoine de Saint-Junien, au début du 13e siècle. C'est vers 500 qu'Amand se serait installé sur le flanc sud d'un promontoire rocheux au confluent de la Vienne et de la Glane, dépendant du vicus de Comodoliac et appartenant à l'évêque de Limoges, Rorice Ier. Ce site dominait un important point de passage routier constitué par les gués sur les deux rivières, et l'évêque lui y aurait fait construire un oratoire et une cellule. Après sa mort, sa renommée fut éclipsée par celle de son disciple Junien, et ce n'est qu'en 1083 que l'on retrouva son tombeau, sous l'impulsion d'Hugues, abbé de Cluny. Un chanoine Ramnulfe y fit construire une église, consacrée en 1094, et qui, contrairement à une appellation récente, n'a jamais été siège d'une abbaye. En 1339 elle était connue, comme église paroissiale extra-muros, sous le nom de Saint-Amand-le-Vigen (Sanctus Amandus de Viniano), sans doute à cause de la proximité de la Vienne. De cet édifice à nef unique et choeur à abside, subsistent le croisillon nord, dont le mur est s'infléchit en absidiole, la moitié nord du mur du chevet, et deux salles basses voûtées. Dans le croisillon nord, des fouilles récentes ont fait apparaître un réseau de canalisations alimentant un bassin en tuiles plates, remplacé plus tard par la fontaine en granit, dite de Saint-Amand. Le sarcophage n'est pas le tombeau du saint ermite mais aurait été déposé ici au début du 19e siècle. Les franciscains Récollets, installés dans les lieux en 1598, firent bâtir un couvent au sommet de la colline en 1640, puis restaurèrent l'église en 1646-1647. Celle-ci, partiellement démolie lors des transferts de propriété dus à la Révolution, apparaît en ruine sur une gravure des années 1825-1830. C'est peut-être à la place de leur église haute, dédiée à Notre-Dame, que Pierre-Léonard Périgord, premier sous-préfet de l'arrondissement de Rochechouart, fit construire, vers 1825, une sorte de belvédère italianisant. L'aménagement du site en terrasses date des années 1890-1900, après la création de la nouvelle route d'Angoulême en bord de Vienne. Ce qui subsiste du couvent des Récollets, très transformé, abrite aujourd'hui une Auberge de jeunesse.

Type : Monuments historiques
Epoque : 12e siècle ; 17e siècle

Vidéos de Saint-Junien

Chargement...