France   |    
Blason et armoiries de Saint-Flovier

Saint-Flovier

Indre-et-Loire

Centre

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Saint-Flovier

Monuments historiques et bâtiments protégés de Saint-Flovier

Bourg

Histoire : Le bourg de Saint-Flovier possédait un château (détruit), des douves et un mur d'enceinte (disparus) ; il y aurait eu un prieuré de 11 bénédictins (source orale) associé à la cure ; l'église du 12e est reconstruite en 1886 ; une chapelle sainte Barbe se trouve dans le cimetière aménagée en cabane à outils ; au 19e siècle, on élève de nombreux logis à la façade en pierre de taille, une mairie école et une poste ; Saint -Flovier joue le rôle d'un second centre cantonal en raison de l'éloignement du Grand-Pressigny ; on y trouve une gendarmerie, plusieurs hôtel et commerces.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 12e siècle ; 19e siècle

Chapelle funéraire

Histoire : Ensemble constitué par une chapelle funéraire, 8 tombes et un portail d'accès privatif au cimetière.
Adresse : cimetière

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Château de Sainte-Julitte

Histoire : La châtellenie de sainte-Julitte relève de la baronnie de Preuilly et appartient à Godemar de Lignières en 1320 ; elle échoue à la famille de Saint-Père à la mort de Louis de Bueil en 1446 ; ce sont vraisemblablement les de Saint-Père qui font construire le château actuellement visible, vers le milieu du 15e siècle ; l'hommage rendu le 20 Janvier 1486 par Jehan de Saint-Père fait état d'un Chastel avec clôture, fossés et forteresses ; le fossé subsiste ; le château a été très amputé dans sa partie Ouest ; il reste une salle basse avec bassie et cheminée ; la cheminée a été modifiée et le plafond a été abaissé ; certaines fondations de murs détruits sont encore visibles ; un four est postérieurement accolé à la cheminée

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 15e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Château du Roulet

château du Roulet
château du Roulet
Histoire : La seigneurie du Roulet relevant de la baronnie de Preuilly appartient à Hugues de Saint-Flovier en 1175 ; la forteresse primitive (12e) est prise par les Anglais en 1359 et rachetée en 1362 par le maréchal de Boucicaut ; il en reste un pan de mur ; la reconstruction du château, datable du 14e siècle, est attribuable aux barons de Preuilly, seigneurs de Saint-Flovier et du Roulet dans la 1ère moitié du 14e, ou à N. d'Eschelles cité en 1380 ; il subsiste de ce second château la salle basse voûtée d'ogive d'une tour menaçant ruine et quelques pans de mur ; des baies ornées de fleurons et d'accolades étaient visibles encore récemment (vues anciennes du 20e siècle) ; le château est entouré de douves naturelles en eau ; rouge mentionné en 1927 des vestiges de fresques (disparus) ; le Marquis de Menou achète le château en 1769 ; il fait construire, non loin de la, un second château du Roulet dont il ne reste rien, et délaisse vraisemblablement le premier.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 14e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Château du Roulet

château du Roulet
château du Roulet
Histoire : Le premier château du Roulet, du 12e ; 13e et du 14e siècle, est en ruine (voir dossier le Roulet ruines) ; le second château du Roulet bâti au 18e siècle situé près des communs décrits plus bas est démonté et vendu pierre par pierre ; le troisième château du Roulet, bâti en 1881 d'après Montoux, connaît le même sort vers 1950 ; seuls sont conservés le soubassement du pavillon Ouest et les fondations du reste du château ; les communs (logis du gardien, logis du régisseur, logements de piqueurs, écuries, selleries, hangar, glacière) sont certainement contemporains de ce troisième château ; ils se trouvent au lieu-dit la Basse-Cour, non loin de ce troisième château situe au lieu-dit le Château ; le hangar de bruyère peut dater des années 1950

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; milieu 20e siècle
Année de construction : 1881
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Le logis de la ferme est un logis double bâti certainement dans la deuxième moitié du 15e siècle ou dans la première moitié du 16e siècle ; il est augmenté au 19e siècle après 1813 (cadastre ancien) d'une petite aile en retour bâtie en pan de bois (matériaux rarement employés sur le canton au 19e siècle) ; ces deux logis constituent un ensemble illustrant le"logis double"bâti en écart dès le bas moyen-âge

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 15e siècle(?) ; 16e siècle(?) ; 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Cette ferme du 18e siècle a été agrandie au 19e siècle, après 1813 (cadastre ancien), d'une étable en pan de bois et torchis (matériaux rarement employés sur le canton au 19e siècle)

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle ; 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Logis de la première moitié du 16e siècle (parcelle 1926 du cadastre actuel) ; étable du 18e siècle à pans de bois et torchis

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1ère moitié 16e siècle ; 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maison

Histoire : La maison bâtie au 17e ou au 18e siècle pourrait-être un ancien prieuré (tradition orale) ; à proximité se trouve la chapelle sainte Barbe (non visible) convertie en fabrique de jardin à un moment indéterminé
Adresse : 28 rue du commerce

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 17e siècle (?) ; 18e siècle(?)
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maison de notable dite logis de la Fontaine

Histoire : Le fief de la fontaine appartient en 1568 à Antoine Chenu ; il relevait du Roulet ; la maison visible aujourd'hui semble du 18e siècle ; on l'appelle localement le "logis de la fontaine"
Adresse : 19 rue de la république

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Présentation de la commune de Saint-Flovier


Type : Inventaire général du patrimoine culturel

Tuilerie

Histoire : Tuilerie construite en 1849, avec autorisation préfectorale du 30 avril 1849, sur une terre qui appartenait à Michel Faveau, tuilier, précédemment ouvrier à "la Tuilerie", passée en 1863, à son fils François, tuilier, puis en 1881, à Léon Roy-Favaud (Faveau), de Tours. En 1882, elle passe à François Creuzon, tuilier, et en 1928, à ses fils Jean-Baptiste et Louis, également tuiliers, qui l'exploitent ensemble depuis 1906 et le feront jusqu'à la cessation de l'activité dans les années 1930. Durant les années 1870, la tuilerie était exploitée par Victor Breton, qui passera en 1898, à l'autre tuilerie de Saint-Flovier. Le site, morcelé, est actuellement destiné à l'habitat rural. Le patron tuilier employait 2 ouvriers en 1851, 1861 et 1872 ; 1 domestique tuilier de 11 ans en 1876 ; 2 ouvriers, ses fils, en 1882 ; 5 dont 3 de ses fils, en 1886 ; 4 dont 2 fils, en 1896 ; 2 en 1906 avec les patrons ; 1 en 1911 et 1917 ; les 2 patrons tuiliers étaient seuls en 1921. Le logement était assuré sur le site. La maison a été construite en 1850 et la halle en 1884. La reconstruction de cette dernière eut lieu en 1892. Les parties constituantes sont une halle, une maison, une fosse et une cour.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Epoque : 19e siècle
Année de construction : 1849
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Tuilerie

Histoire : La carte de Cassini levée en 1754-66 fait état d'une tuilerie. En 1813, elle appartenait à la veuve Monmorin, et passa ensuite au comte Octave de Menou. En 1855, elle est propriété de Adolphe Gravier, et en 1886, de Paul Gravier, l'un et l'autre résidant à Paris. En 1887, elle passe à Gaston Clausse, de Paris, et en 1898, à Victor Breton-Rivet, précédemment tuilier à la Pairaudrie, enfin en 1921, à Louis Joly-Carabanol. La tuilerie qui n'est plus en activité depuis le 1er janvier 1913 est classée bâtiment rural en 1924. Elle ne sera exploitée en propre par son propriétaire qu'entre 1898 et 1913. Le site est actuellement occupé par une exploitation agricole. Le patron tuilier : François Carré, employait 1 ouvrier en 1836-41 ; Michel Faveau, 2 en 1846 ; François Carré, fils, 4 de 1851 à 1861, 2 en 1872 ; Joseph Prudhomme, 1 en 1881-86 ; André Laurent, 3 en 1896 ; Victor Breton, 2 en 1906 et 1 en 1911. Tous étaient logés sur le site.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Epoque : Temps modernes ; 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Village

Histoire : On a trouvé, sur la commune de Saint-Flovier, du matériel de surface, datant du Paléolithique et du Néolithique, notamment 3 haches et un aiguisoir de l'âge du bronze ; la commune de Saint-Flovier résulte de la réunion, en 1830, d'une partie de la commune de sainte-Julitte et de la commune de Saint-Flovier; le reste de la commune de sainte-Julitte est partagé entre les communes de La Celle-Guenand, Ferrière-Larçon et Betz-le-Château ; le premier seigneur de Saint-Flovier connu est Hugues de Saint-Flovier, cité en 1175 ; la terre passe ensuite aux Barons de Preuilly aux 13e et 14e siècles, puis à la famille d'Eschelles de la fin du 14e siècle jusque vers 1492, puis à la famille de Marafin au 16e, à celle de Thianges au 17e, aux Chaspoux de Verneuil qui, en 1746, réunissent les terres de Saint-Flovier et sainte-Julitte à d'autres terres pour former le marquisat de Verneuil ; de la fin du 18e siècle jusqu'en 1822, le propriétaire est le Marquis de Menou ; la châtellenie de Saint-Flovier relève de la baronnie de Preuilly, tout comme celle, voisine, du Roulet, possédée également par du Paléolar les seigneurs de Saint-Flovier; le château du Roulet fut pris par les Anglais en 1359, et racheté par le maréchal de Boucicault en 1362 ; le vicus de sainte-Julitte est cité en 1090 ; la terre de sainte-Julitte relève de la baronnie de Preuilly ; elle appartient, vers 1320, à Godemar de Lignières, beau père de Jean le Méingre dit Boucicaut, et vers 1390 à Guy de Craon qui la lègue à la famille de Chourses ; elle passe ensuite aux familles de Champagne de Tuce, de Bueil, de Saint-Père, Le Roy, de Pointis et Chaspoux de Verneuil ; le bourg de sainte-Julitte qui n'est plus qu'un simple écart, possédait un château (amputé), une église (détruite) et le grand logis des Grimaudières ; l'élevage constitue la ressource essentielle de la commune ; Saint -Flovier possède en outre un bon nombre d'entreprises artisanales et commerciales ; les populations de Saint-Flovier et de sainte-Julitte maintiennent une relative constance entre 1686 ;1687 et 1720 :136 et 134 Feux à Saint-Flovier, 39 et 32 Feux à sainte-Julitte du Paléol ; en 1795, on compte 795 Hts à Saint-Flovier et 150 à sainte-Julitte ; en 1820 on observe une forte croissance : 993 Hts et 180 Hts, qui progresse et atteint son maximum en 1846 avec 1386 Hts ; elle stationne jusqu'à la fin des années 1870 où elle entame un lent déclin jusqu'en 1982 (750 habitants)

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : Paléolithique ; Néolithique ; Age du bronze ; Moyen Age ; 19e siècle

église Saint-Pierre Sainte-Julitte

Histoire : En 1092 l'église saint-Pierre sainte-Julitte est donnée par un dénommé Girard à l'abbaye bénédictine saint-Pierre de Preuilly ; c'est l'église paroissiale de sainte-Julitte jusqu'en 1830, date de la réunion de la paroisse et commune de sainte-Julitte à celle de Saint-Flovier ; l'église est en très mauvais état en 1803 (biens nationaux) et détruite en 1900 ; il subsiste une petite baie à remplage, remployée dans le mur d'une dépendance de ferme située sur le chemin d'accès du château

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 15e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

église paroissiale Saint-Flovier

Histoire : Eglise construite au 12e siècle ; 1840 : allongement de la nef d'une travée à l'Ouest et construction de la façade ; 1883 à 1888 : démolition de l'église et construction d'une nouvelle au même emplacement par Anatole de Baudot, architecte à Paris, Guitton, maçon à Loches, bordés, charpentier à Tours, J.Grasset, sculpteur à Bourges ; 1891 : peintures murales des chapelles et du choeur par Marcel Rouillard, peintre à Paris.
Adresse : place de l'église

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 12e siècle ; 2e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle
Auteur(s) : Baudot de Anatole (architecte)Guitton (maçon)Bordes (charpentier)Grasset J.(sculpteur)Rouillard Marcel (peintre)


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques