France   |    
Blason et armoiries de Paris 14e arrondissement

Paris 14e arrondissement

Paris

Île-de-France

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Paris 14e arrondissement

Monuments historiques et bâtiments protégés de Paris 14e arrondissement

Abbaye de Port-Royal (ancienne)

Abbaye de Port-Royal (ancienne)
Abbaye de Port-Royal (ancienne)
Précisions : Façades des bâtiments qui entourent la chapelle : inscription par arrêté du 19 octobre 1928 ; Chapelle, choeur des religieuses ; façades et toitures du pavillon de l'Administration (ancien hôtel d'Aumont) ; cloître et son aire ; ancienne salle capitulaire (actuellement musée) : classement par arrêté du 24 octobre 1933
Adresse : 121, 125 boulevard de Port-Royal

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 17e siècle
Année de construction : 1625 ; 1652
Eléments protégés : chapelle ; cloître ; salle capitulaire ; bâtiment conventuel ; musée ; choeur ; pavillon ; élévation ; toiture ; SOL

Ancien aqueduc des eaux de Rungis ou aqueduc Médicis (également sur communes de Rungis, Arcueil, Fresnes, Cachan, L'Hay-les-Roses, Gentilly, dans le Val-de-Marne)

Histoire : L'aqueduc Médicis permettait l'acheminement des eaux de Rungis vers Paris, et notamment le Palais du Luxembourg. Témoin de l'architecture pré-industrielle du 17e siècle.
Précisions : Ancien regard de l'aqueduc, dit Pavillon des Fontainiers, avec ses réservoirs souterrains des 17e et 19e siècles, ainsi que les escaliers et couloirs de circulation qui leur sont liés (cad. AQ 19) : classement par arrêté du 4 mars 1994
Adresse : 42, 44 avenue de l'Observatoire ; 65 avenue Denfert-Rochereau ; 15 à 19 rue Cassini

Type : Monuments historiques
Epoque : 1ère moitié 17e siècle ; 19e siècle
Eléments protégés : réservoir ; regard ; installation hydraulique ; pavillon ; escalier
Auteur(s) : FRANCINE Thomas (ingénieur)

Ancien hospice de La Rochefoucauld

Ancien hospice de La Rochefoucauld
Ancien hospice de La Rochefoucauld
Histoire : L'établissement a été fondé en 1780 sous le nom de Maison Royale de Santé ; en 1792, il devient hospice de Montrouge et peut recevoir jusqu'à 100 pensionnaires. En 1821, il prend le nom d'Hospice de La Rochefoucauld, les dons de la vicomtesse de La Rochefoucauld ayant aidé à la fondation de l'établissement. En 1849, il est rattaché à l'Assistance Publique de Paris. Le bâtiment principal, sur un plan en U, comporte un rez-de-chaussée, un étage et des combles aménagés en chambres. A l'arrière du bâtiment, se trouve un des regards de l'Aqueduc Medicis, du 17e siècle.
Précisions : Les façades de l'hospice : inscription par arrêté du 19 octobre 1928 - Les façades et les toitures des communs (cad. 14 : 03 BQ 2) : inscription par arrêté du 9 mai 1994 - Le regard n° 25 dit "regard de Saux", en totalité, situé dans et sous la cour de l'hospice entre les n°s 8bis et 8ter de l'avenue René-Coty (cad. BR 2) ; le tronçon de l'aqueduc Medicis débutant sous l'actuelle station de RER Denfert-Rochereau (cad. BQ 37) ; le tronçon de l'aqueduc Medicis traversant le boulevard Saint-Jacques, bifurquant à partir du terre-plein central et s'achevant en bodure du trottoir face au n° 56 (cad. BQ 37) : inscription par arrêté du 20 octobre 2004
Adresse : 15 avenue du Général-Leclerc ; 8bis, 8ter avenue René-Coty

Type : Monuments historiques
Epoque : 17e siècle ; 4e quart 18e siècle ; 1er quart 19e siècle
Année de construction : 1780 ; 1823
Eléments protégés : élévation ; communs ; regard
Auteur(s) : Viel de Saint-Méaux Charles-François, ou : Saint-Méaux Charles-François Viel de (architecte) ; Huvé fils (maître de l'oeuvre)

Ancien hôpital de la Santé ou hôpital Sainte-Anne

Précisions : Façades et toitures des bâtiments anciens (oeuvres de Questel) (cad. 14 : 02 AU 1 ; 14 : 02 AV 1) : inscription par arrêté du 26 novembre 1979
Adresse : 1 rue Cabanis

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 19e siècle
Eléments protégés : élévation
Auteur(s) : QUESTEL Charles Auguste (architecte)

Ancien palais d'Orléans, actuellement siège de la Confédération Générale du Travail-Force Ouvrière

Ancien palais d\
Ancien palais d'Orléans, actuellement siège de la Confédération Générale du Travail-Force Ouvrière
Histoire : Importance de l'immeuble dans l'histoire du syndicalisme français.
Précisions : Décor de la salle des banquets (cad. CJ 6) : inscription par arrêté du 14 octobre 1991, annulée par jugement du tribunal administratif de Paris du 10 juin 1993
Adresse : 198 avenue du Maine

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1875 ; 1903
Eléments protégés : salle des fêtes ; décor intérieur ; salle DES FETES

Bains d'Odessa

Précisions : Façade sur cour avec son décor de céramique : inscription par arrêté du 21 mars 1983
Adresse : 5, 5bis rue d'Odessa

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1895
Eléments protégés : élévation ; décor extérieur
Auteur(s) : GILARDONI (maître de l'oeuvre)BRAULT (maître de l'oeuvre)

Barrière d'Enfer (ancienne)

Précisions : Les deux pavillons : classement par arrêté du 13 avril 1907
Adresse : 1, 2 place Denfert-Rochereau

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 18e siècle
Année de construction : 1787
Auteur(s) : LEDOUX Claude Nicolas (architecte)

Boulangerie

Histoire : Boulangerie appelée "Au Moulin de la Vierge", décorée vers 1907 par l'atelier Benoist et Fils. Le plafond peint d'un ciel et les murs revêtus de carreaux de céramique (signés A. Ebel, 47, rue de Paradis, Paris) ont été protégés dès 1979 pour être remontés dans un immeuble neuf prévu à cette époque mais non réalisé.
Précisions : Le décor intérieur (cad. 14 : 04 DO 113) : inscription par arrêté du 2 mai 1979
Adresse : 105 rue Vercingétorix

Type : Monuments historiques
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1907
Eléments protégés : boulangerie ; décor intérieur
Auteur(s) : BENOIST et Fils (décorateurs)EBEL A. (céramiste)

Boulangerie-pâtisserie

Précisions : Devanture et décor intérieur : inscription par arrêté du 23 mai 1984
Adresse : 45 avenue Raymond-Losserand ; rue du Château

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 19e siècle
Eléments protégés : boulangerie ; devanture ; élévation ; décor intérieur
Auteur(s) : Benoît et fils, ou : Benoist et fils (maître de l'oeuvre) ; Pilloud Gilbert (maître de l'oeuvre)

Boulangerie-pâtisserie

Histoire : Boulangerie installée vers 1900 au rez-de-chaussée d'un immeuble d'angle. Le décor - plafond peint entouré de vases et de guirlandes de fleurs, ainsi que le bandeau et les toiles peintes fixées sous verre de la devanture - est l'oeuvre de l'atelier Benoist et Fils.
Précisions : La devanture et le décor intérieur : inscription par arrêté du 23 mai 1984
Adresse : 155 rue d'Alesia ; rue Furtado-Heine

Type : Monuments historiques
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1900
Eléments protégés : boulangerie ; devanture ; élévation ; décor intérieur
Auteur(s) : BENOIST et Fils (décorateur)

Carrière souterraine du chemin de Port-Mahon

Histoire : Etat exceptionnel de préservation de cette ancienne carrière d'extraction du calcaire dont l'exploitation est attestée dès avant 1492. Carrières à double étage creusées à partir du 14e siècle ; inscriptions de carriers du 16e siècle.
Précisions : Carrière souterraine et sol des parcelles correspondantes (constructions en surface non comprises) , 13 villa Saint-Jacques et 22, 24, 32 rue de la Tombe-Issoire (cad. 14 : 03 BQ 23, 24, 39) : inscription par arrêté du 18 mai 1993 ; Pour être conservée, partie de la carrière souterraine correspondant aux parcelles 14 : 03 BQ 16, 17 et 41, située 26, 28, 30 rue de la Tombe-Issoire et 15, 17 villa Saint-Jacques, ainsi que le sol de ces parcelles, à l'exclusion des constructions situées en surface : classement par décret du 4 janvier 1994
Adresse : 13, 15, 17 villa Saint-Jacques ; 22, 24, 26, 28, 30, 32 rue de la Tombe-Issoire

Type : Monuments historiques

Cité Internationale Universitaire de Paris : Fondation Deutsch de la Meurthe

Cité Internationale Universitaire de Paris : Fondation Deutsch de la Meurthe
Cité Internationale Universitaire de Paris : Fondation Deutsch de la Meurthe
Histoire : L'idée de construire une cité universitaire à caractère international naquit au lendemain du cataclysme de la Grande Guerre. Le choix du site de l'enceinte fortifiée remonte à l'année 1921. Deux ans plus tard, on commença à démolir les fortifications afin de construire la première résidence de la Cité : la Fondation Deutsch de la Meurthe, du nom de son donateur, un riche industriel du pétrole. L'architecte Lucien Bechmann, apparenté à la famille du mécène, reçut commande du projet. Sa participation à l'édification de la Cité ne se limita pas à la construction de cette première fondation. Il fut également l'architecte-conseil de l'ensemble de la Cité jusqu'aux années cinquante. C'est lui qui fut chargé d'en tracer le plan général. Par sa composition d'ensemble : sept pavillons disposés autour d'un jardin central, les matériaux (brique, pierre et ardoise) , la présence de bow-windows, les fenêtres à meneaux et les motifs pittoresques tels qu'échauguettes et tourelles d'angles, le style architectural de la Fondation Deutsch de la Meurthe évoque sans ambiguïté celui des collèges anglais. Cette référence n'est pas fortuite, le modèle anglo-saxon de la vie universitaire ayant été explicitement invoqué par les créateurs de la Cité.
Précisions : Le terrain d'assiette, jardin et terrasses dallées, les façades et toitures des sept pavillons ainsi que le vestibule d'entrée et le hall de réception du pavillon de la direction (cad. BD 01) : inscription par arrêté du 19 mai 1998
Adresse : 37 boulevard Jourdan

Type : Monuments historiques
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1923
Eléments protégés : pavillon ; jardin ; terrasse en terre-plein ; vestibule ; échauguette ; tourelle
Auteur(s) : BECHMANN Lucien (architecte)

Cité du Souvenir, chapelle Saint-Yves

Histoire : Cité construite en béton armé revêtu d'un parement de briques de 1926 à 1930 à l'initiative de l'abbé Alfred Keller, par les architectes F. Besnard et D. Boulenger. Destinée aux victimes de la grande guerre, la cité comporte une chapelle en rez-de-chaussée d'immeuble dont le décor est confié à Georges Desvallières (peintures et vitraux : un soldat mort emporté par le Christ, les Saintes Femmes au tombeau, Nativité, ...) , un des fondateurs en 1919 des Ateliers d'Art Sacré.
Précisions : Choeur bâti hors-oeuvre de la chapelle Saint-Yves (cad. BL 2) : classement par arrêté du 5 août 1996
Adresse : 11 rue Saint-Yves

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1926
Eléments protégés : chapelle ; choeur
Auteur(s) : BESNARD F. (architecte) ; BOULENGER D. (architecte) ; KELLER Alfred (maître d’œuvre) ; DESVALLIERES Georges (peintre)

Cité internationale Universitaire : pavillon de la Suisse

Cité internationale Universitaire : pavillon de la Suisse
Cité internationale Universitaire : pavillon de la Suisse
Histoire : Oeuvre majeure de l'architecte Le Corbusier, dessinée en collaboration avec son cousin Pierre Jeanneret, le pavillon de la Suisse de la Cité Internationale Universitaire est construit de 1931 à 1933. Six piliers en béton armé, descendant à 19 mètres de profondeur, soutiennent le pavillon. Cet édifice à ossature métallique présente un éventail des choix de l'architecte dans le domaine des matériaux, des éléments standardisés et l'intégration du mobilier dans la construction. Ce pavillon correspond à un programme de 42 chambres d'étudiants, avec un appartement de fonction, une loge de concierge, un réfectoire et une bibliothèque. Il peut être considéré comme le prototype des bâtiments d'habitation en forme de "barre". En 1948, l'architecte réalise la fresque du salon-bibliothèque ; en 1953, il modifie la façade et, en 1957, il dessine trois banquettes et refait la polychromie des chambres, dans des teintes plus vives.
Précisions : Pavillon de la Suisse (cad. 14 : 02 BE 2) : classement par arrêté du 16 décembre 1986
Adresse : 7 boulevard Jourdan

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1931
Eléments protégés : maison ; pavillon
Auteur(s) : JEANNERET Charles-Edouard, dit : LE CORBUSIER (architecte)JEANNERET Pierre (architecte)

Cité internationale Universitaire : pavillon du Brésil ou pavillon brésilien ou maison du Brésil

Histoire : Un premier projet, conçu par l'architecte brésilien Lucio Costa, fut suivi d'un projet d'exécution par Le Corbusier. Le permis de construire fut délivré le 22 septembre 1955 ; les travaux commencèrent en 1957 ; l'inauguration du bâtiment eut lieu le 24 juin 1959. Le pavillon, construit en béton, comprend trois corps de bâtiment : un bloc longitudinal de cinq niveaux reposant sur une plate-forme portée par six portiques, un corps trapézoïdal d'un seul niveau et une aile rectangulaire à toiture plane inclinée. On y retrouve les caractéristiques de l'architecture de Le Corbusier : loggias, polychromie, plafond oblique, usage des pans de verre ondulatoire...
Précisions : Pavillon du Brésil (cad. 14 : 02 BE 1, 2) : inscription par arrêté du 4 novembre 1985
Adresse : 7 boulevard Jourdan

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1957
Eléments protégés : maison ; pavillon
Auteur(s) : JEANNERET Charles-Edouard, dit : LE CORBUSIER (architecte)COSTA Lucio (architecte)

Cité universitaire internationale : pavillon ou collège néerlandais (fondation Juliana)

Histoire : Seule construction sur le sol français du grand architecte hollandais Willem Marinus Dudok, influencé par Frank Lloyd Wright et le mouvement de Stijl. Le bâtiment, construit en 1928, se présente comme un jeu de masses qui exclut tout décor extérieur : volumes horizontaux organisés autour d'une cour centrale, campanile dressé... L'unique décoration se trouve à l'intérieur : peintures murales exécutées par Hordjik et Doevel dans la salle des fêtes, représentant la "grandeur coloniale de l'Empire".
Précisions : Le pavillon ou collège, en totalité, avec ses sols, y compris ceux des jardins attenants (cad. BJ 01) : classement par arrêté du 4 mars 2005
Adresse : 61 boulevard Jourdan

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1928
Eléments protégés : pavillon ; salle des fêtes ; jardin
Auteur(s) : Dudok Willem Marinus (architecte) ; Hordjik (peintre) ; Doevel (peintre)

Couvent de franciscains dit Saint-François

Précisions : Les façades et toitures du couvent ; le vestibule d'entrée et l'escalier monumental ; le cloître ; la chapelle et son décor (cad. BU 135, cf plan annexé à l'arrêté) : inscription par arrêté du 22 octobre 2007
Adresse : 7 rue Marie-Rose

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1933
Eléments protégés : chapelle; décor intérieur; escalier; vestibule; cloître
Auteur(s) : Gélis (architecte) ; Hulot (architecte) ; Villette Pierre (maître verrier) ; Malespine Claude (maître verrier)

Eglise Notre-Dame-du-Travail

Eglise Notre-Dame-du-Travail
Eglise Notre-Dame-du-Travail
Histoire : La construction de l'église se déroule de 1899 à 1901, sous la conduite de l'architecte Jules Astruc qui utilise une structure métallique, mais conserve un style roman à l'édifice.
Précisions : L'intérieur de l'église : classement par arrêté du 15 juillet 1976 - Les façades et les toitures : inscription par arrêté du 15 juillet 1976
Adresse : 59 rue Vercingétorix

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1899
Eléments protégés : élévation ; décor intérieur
Auteur(s) : Astruc Jules (architecte)

Eglise Saint-Pierre de Montrouge

Eglise Saint-Pierre de Montrouge
Eglise Saint-Pierre de Montrouge
Précisions : Eglise Saint-Pierre de Montrouge (cad. 14 : 03 BT 17) : inscription par arrêté du 12 juillet 1982
Adresse : 82 avenue du Général-Leclerc ; 205 avenue du Maine ; place Victor-Basch

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1865 ; 1870
Auteur(s) : VAUDREMER Joseph Auguste Emile (architecte)

Gare Denfert-Rochereau, appelée anciennement Gare de Sceaux ou Embarcadère d'Enfert

Histoire : Témoin unique du premier âge des chemins de fer en région parisienne. Construit entre 1845 et 1846 sous la direction de l'ingénieur Dulong. Exploitation de la ligne par le système Arnoux (trains articulés) . Voie courbe (en raquette) qui permettait au train de repartir sans manoeuvre. En 1889, décision de prolonger la ligne jusqu'au Luxembourg : bâtiment amputé de son aile droite, abandon du matériel Arnoux.
Précisions : Façades et toitures (cad. BQ 37) : inscription par arrêté du 21 juin 1996
Adresse : 3 place Denfert-Rochereau ; 2 rue Hallé ; 1-9 avenue René-Coty ; 71-83 boulevard Saint-Jacques ; rue de la Tombe-Issoire

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1845
Eléments protégés : élévation
Auteur(s) : DULONG (ingénieur)


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques