France   |    
Blason et armoiries de Niort

Niort

Deux-Sèvres

Poitou-Charentes

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Niort

Monuments historiques et bâtiments protégés de Niort

Ancien hôtel de La Marcardière

Histoire : Ce portail est le seul vestige de l'ancien hôtel de La Marcadière dont il magnifiait l'entrée par son architecture d'arc de triomphe. Son décor inspiré de l'antique - colonnes jumelles ioniques, entablement richement sculpté - est caractéristique de l'utilisation du vocabulaire antiquisant dans l'architecture civile du 18e siècle. Il donne accès à une cour jardin où se trouvent un étroit pavillon daté de 1878 et une maison d'habitation de la seconde moitié du 19e siècle.
Précisions : Le portail, les murs de clôture ainsi que le petit pavillon annexe daté de 1878 (cad. BW 385) : inscription par arrêté du 12 décembre 2002
Adresse : 13 rue Jean-Jacques-Rousseau

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 18e siècle ; 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1790 ; 1878
Eléments protégés : portail ; mur de clôture ; pavillon

Ancienne abbaye de Saint-Liguaire

Histoire : En 961, Guillaume Tête d'Etoupe, comte de Poitou, transforme l'église Notre-Dame-de-Port-Dieu en une nouvelle abbaye. Les moines mettent en valeur les terres et dessèchent les marais. Au cours des guerres de Religion, l'abbaye est pillée et ruinée. Le monastère est reconstruit, mais pas l'église abbatiale. Travaux de restauration en 1725. En 1791, mise en vente des bâtiments de l'abbaye et de ses dépendances. Vestiges d'art roman dans la crypte et sur quelques pierres sculptées remployées dans l'enceinte. Subsistance de la Première Renaissance dans le bâtiment de la manse conventuelle. Le cloître et la salle capitulaire datent des années 1505-1540. Le cloître est voûté d'ogives à huit branches avec liernes et tiercerons. Dédoublée en 1860, la salle capitulaire est voûtée d'ogives prismatiques. Il subsiste un pigeonnier du 17e siècle, et le logis du 19e.
Précisions : Les vestiges de l'abbaye en totalité, comprenant notamment la crypte, le cloître, la salle capitulaire et la fuye, ainsi que le sol des parcelles DZ 101, 102, 113 à 118 : inscription par arrêté du 26 janvier 2004
Adresse : impasse de l'Abbaye

Type : Monuments historiques
Epoque : 12e siècle ; 16e siècle ; 17e siècle
Eléments protégés : crypte ; cloître ; salle capitulaire ; pigeonnier ; site archéologique

Caserne Duguesclin ou centre Duguesclin

Histoire : La construction du premier bâtiment militaire commence en 1734 sous la direction de M. Lanchon, directeur des Ponts et Chaussées. En 1940, elles sont temporairement occupées par les élèves de l'école militaire d'Autun. Après la libération, quelques familles sinistrées y séjournent une dizaine d'années. Casernement de type Vauban, ce bâtiment est composé d'un seul corps à trois étages, les salles voûtées du rez-de-chaussée servant d'écuries. L'intérieur conserve très peu d'éléments d'origine.
Précisions : Le bâtiment 18e siècle, à l'exception des parties classées (cad. CD 168) : inscription par arrêté du 22 juin 1994 - Les façades et les toitures du bâtiment 18e siècle (cad. CD 168) : classement par arrêté du 11 décembre 2002

Type : Monuments historiques
Epoque : milieu 18e siècle
Année de construction : 1734

Château dit le Donjon

Château dit le Donjon
Château dit le Donjon
Précisions : Château dit le Donjon : classement par liste de 1840

Type : Monuments historiques
Eléments protégés : donjon

Eglise Notre-Dame

Eglise Notre-Dame
Eglise Notre-Dame
Précisions : Eglise Notre-Dame : classement par arrêté du 16 septembre 1908

Type : Monuments historiques

Eglise Sainte-Pezenne

Histoire : Eglise du début du 12e siècle. La nef est voûté d'ogives au 15e siècle. Remaniements aux 17e et 18e siècles (reconstruction partielle du clocher, réfection du mur nord de la nef). En 1806-1807, construction de la sacristie contre le chevet de l'église. En 1814, reconstruction de l'angle sud de la façade et du pignon du chevet. En 1843, réduction de la chapelle sud. L'édifice se compose d'un clocher-porche carré, d'une nef unique à arcades latérales délimitées par des contreforts intérieurs, de deux chapelles rectangulaires et d'un choeur à deux travées dont le chevet plat est creusé à l'intérieur d'une abside semi-circulaire. La façade occidentale présente un portail en plein-cintre mouluré d'un boudin torsadé et d'un cavet retombant sur deux colonnes à chapiteaux feuillagés. A l'intérieur, le clocher-porche est voûté d'une coupole archaïque. L'arc triomphal, brisé, repose sur des piliers à trois colonnes munies de chapiteaux romans mêlant rubans perlés, feuilles d'acanthes et crochets. Cette église est la plus ancienne de Niort, et conserve de l'époque romane un choeur de structure archaïque. Son clocher-porche roman est un type rare dans la région.
Précisions : L'église en totalité (cad. AI 34) : inscription par arrêté du 22 avril 2003

Type : Monuments historiques
Epoque : 1ère moitié 12e siècle

Halles

Précisions : Halles constituées d'une partie métallique et d'un soubassement en pierre (cad. BO 1 à 15) : inscription par arrêté du 14 mai 1987

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1870
Eléments protégés : soubassement
Auteur(s) : DURAND (maître de l'oeuvre)

Hôpital de Niort

Histoire : Fondation de l'hôpital en 1665. L'hôpital construit entre 1930 et 1940 par André Laborie est considéré comme le prototype idéal du centre hospitalier de province : concentration scientifique, transformation de l'hôpital en maison de santé ; ouverture de l'établissement à tous. L'édifice intègre les concepts hygiénistes promus par Renon : maximum d'air et de lumière ; éviter les excès de chaleur et de froid ; supprimer le bruit. L'architecte adapte les bâtiments existant au type de l'hôpital pavillonnaire, distinguant les pavillons selon les maladies et les malades. La construction des nouveaux bâtiments s'accompagne de la modernisation des anciens avec production d'eau chaude et égouts. Première tranche de travaux en 1930 : sanatorium et centrale thermique. Deuxième tranche de travaux jusqu'en 1934 : pavillon des hommes. Troisième tranche de travaux de 1935 à 1938 : pavillon des femmes avec maternité, pavillon Trousseau destiné à l'origine aux enfants malades, pavillon de consultation, et logement du médecin chef.
Précisions : Le pavillon Trousseau en totalité (cad. DL 1355) : inscription par arrêté du 9 juillet 2003
Adresse : 40 avenue Charles-de-Gaulle

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1935
Auteur(s) : Laborie André (architecte)

Hôtel d'Estissac

Précisions : Hôtel d'Estissac (cad. K 728) : inscription par arrêté du 1er août 1939
Adresse : rue du Petit-Saint-Jean

Type : Monuments historiques

Hôtel de Chaumont

Histoire : Cet ancien hôtel, dont la construction remonte à la fin du 15e siècle, est célèbre pour avoir abrité le palais royal et la conciergerie depuis le milieu du 16e siècle jusqu'au milieu du 19e siècle. Il passe également pour l'endroit où est née Françoise d'Aubigné, future Madame de Maintenon. Il ne reste actuellement que des pans de murs en moellon et pierre de taille.
Précisions : Vestiges de l'hôtel (cad. BX 513, 517) : inscription par arrêté du 26 octobre 1998
Adresse : 5 rue du Pont

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 15e siècle

Hôtel de Ville (ancien) , dit Le Pilori

Hôtel de Ville (ancien) , dit Le Pilori
Hôtel de Ville (ancien) , dit Le Pilori
Précisions : Hôtel de Ville (ancien) , dit Le Pilori : classement par arrêté du 7 mai 1879

Type : Monuments historiques

Hôtel de la Roulière

Histoire : Vers 1828, Jean-Victor Chebrou de la Roulière, maire de Niort, se fait construire cet hôtel, sans doute par l'architecte Segretain. L'édifice néo-classique présente un plan rectangulaire, avec deux refends latéraux et deux ailes encadrant une cour fermée. La façade sur cour possède un avant-corps central sous fronton triangulaire avec pilastres d'inspiration toscane et chapiteaux égyptisants. De 1886 à 1897, l'édifice est occupé par un lycée, puis par la Chambre de Commerce de 1900 à 1913.
Précisions : Hôtel de la Roulière, y compris le portail (cad. BY 9) : inscription par arrêté du 12 février 1990
Adresse : 63 rue Saint-Gelais

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1830
Eléments protégés : portail
Auteur(s) : Segretain Pierre-Théophile (architecte)

Immeuble

Histoire : Hôtel construit dans la seconde moitié du 18e siècle pour le lieutenant de vaisseau Brach à l'emplacement d'un édifice plus ancien. Deux escaliers sont conservés : un escalier en vis dans la tour nord-ouest, probablement du 16e siècle, et un escalier monumental du 18e siècle.
Précisions : Façades et toitures, ainsi que les deux escaliers (cad. BX 427) : inscription par arrêté du 24 octobre 1997
Adresse : 15 rue Yvers

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e moitié 18e siècle
Eléments protégés : escalier ; élévation

Immeuble

Histoire : Edifice de la fin du 18e siècle-début 19e siècle en pierre de taille. Aménagement intérieur du 19e siècle (salle à manger avec décor de boiseries Restauration) . Les boiseries du grand salon semblent dater de la fin du 18e siècle.
Précisions : Façades et toitures de l'immeuble (comprenant les pavillons, les deux ailes et le logis) , y compris le salon et la salle à manger du rez-de-chaussée avec leur décor, ainsi que la grille d'entrée (cad. BW 122) : inscription par arrêté du 24 octobre 1997
Adresse : 12 rue Yvers

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 18e siècle ; 19e siècle
Eléments protégés : logis ; pavillon ; salle à manger ; salon ; décor intérieur ; grille ; élévation

Immeuble

Histoire : Immeuble de la fin du Moyen Age et du début de la Renaissance, dans lequel sont conservés des éléments intéressants : cheminées des 16e, 17e et 18e siècles, baies à coussièges...
Précisions : Façades et toitures des parties anciennes de l'immeuble sis 27, rue de la Juiverie (maison ancienne et tour d'escalier) (cad. BX 394) et 44, rue Basse (cad. BX 393) : inscription par arrêté du 24 octobre 1997
Adresse : 27 rue de la Juiverie ; 44 rue Basse

Type : Monuments historiques
Epoque : 16e siècle
Eléments protégés : tour ; élévation

Immeuble

Histoire : L'intérêt de l'édifice réside principalement dans le grand salon qui présente un décor issu du répertoire ornemental du 18e siècle (éléments de style Régence, Louis XV et Louis XVI) .
Précisions : Salon avec son décor, situé au rez-de-chaussée (cad. BW 143) : inscription par arrêté du 4 décembre 1995
Adresse : 64 rue Saint-Gelais

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e moitié 19e siècle
Eléments protégés : salon ; décor intérieur

Maison

Précisions : Maison (cad. BO 62, 63) : inscription par arrêté du 23 décembre 1926
Adresse : 30 rue de la Porte-Saint-Jean ; anciennement rue Saint-Jean

Type : Monuments historiques

Maison

Maison
Maison
Précisions : Façade et toiture : inscription par arrêté du 16 octobre 1930
Adresse : 39 rue du Pont

Type : Monuments historiques
Epoque : 15e siècle
Eléments protégés : élévation ; toiture

Maison d'arrêt

Précisions : Maison d'arrêt (cad. BP 29) : inscription par arrêté du 14 mai 1987
Adresse : rue du Sanitat

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1845 ; 1853
Auteur(s) : SECRETAN (maître de l'oeuvre)

Maison à pan de bois, dite "de la Vierge"

Histoire : Maison célèbre pour avoir été le témoin d'un des épisodes sanglants de Niort pendant les Guerres de Religion, à savoir les affrontements entre catholiques et protestants dans la nuit du 27 décembre 1588. Façade rue Saint-Gelais à quatre niveaux dont les deux derniers sont en encorbellement, construits en pans de bois avec remplissage en moellons.
Précisions : La maison en totalité, avec sa statue de la Vierge (cad. BW 139) : inscription par arrêté du 21 mai 2001
Adresse : 55 rue Saint-Gelais

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 15e siècle ; 1er quart 16e siècle
Eléments protégés : statue ; escalier en vis


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques