France   |    
Blason et armoiries de Maroilles

Maroilles

Nord

Nord-Pas-de-Calais

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Maroilles

Monuments historiques et bâtiments protégés de Maroilles

Ancienne abbaye

Histoire : Le moulin à farine de l'abbaye de Maroilles se rattache à un des grands domaines bénédictins de la France du nord. Construit en 1575 (détail, date portée sur un linteau et inscription adherere deo bonum) et, au principal, en 1634 par Simon Bosquier, modifié en 1780 (date portée au seuil d'une fenêtre).
Précisions : Façades et toitures du bâtiment longeant la grande-rue, la maison des hôtes, la grange, le moulin ainsi que le portail de l'ancienne église abbatiale transformé en arc de triomphe (cad. A 1541, 1839, 1840, 1842 à 1845, 1850, 1885, 1891, 1898, 2693) : inscription par arrêté du 16 mars 1977
Adresse : C.R. dit Cour de l'Abbaye ; place Verte ; C.D. 32 ; R.N. 359

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 16e siècle ; 2e quart 17e siècle ; 4e quart 18e siècle
Année de construction : 1575 ; 1634 ; 1780
Eléments protégés : moulin à farine ; portail ; grange ; maison ; élévation

Ecluse d'Hachette

Précisions : Bâtiment qui abrite l'ensemble du mécanisme (cad. A 22) : inscription par arrêté du 16 décembre 1985 et par arrêté du 9 novembre 1987
Adresse : chemin du Halage

Type : Monuments historiques
Epoque : 19e siècle
Eléments protégés : machine de production ; mécanisme

Edifice religieux

Précisions : Edifice religieux : inscription par arrêté du 15 septembre 1977

Type : Monuments historiques
Epoque : Moyen Age

Eglise Saint-Humbert

Eglise Saint-Humbert
Eglise Saint-Humbert
Précisions : Eglise Saint-Humbert (cad. A 1625) : inscription par arrêté du 25 novembre 1969

Type : Monuments historiques

Pigeonnier de la Colombière

Précisions : Pigeonnier de la Colombière (cad. A11 1697) : inscription par arrêté du 7 décembre 1989
Adresse : place Verte

Type : Monuments historiques
Epoque : 18e siècle

Abbaye de bénédictins Saint-Humbert, actuellement maison du parc régional de l'Avesnois

Histoire : L'abbaye de Maroilles a été fondée vers 650 par Radobert, membre de l'aristocratie foncière et confiée à un moine du Laonnois, Humbert. Au IXe siècle, est généralisée la règle bénédictine que Maroilles conservera jusqu'à la Révolution. Après la crise due aux invasions normandes et à la politique de sécularisation, l'abbaye est restaurée en 1025 par Gérard de Cambrai. Au XIVe et XVe siècles, les guerres fréquentes en Hainaut désorganisent le fonctionnement des abbayes. Une réforme est entreprise à Maroilles dès le XVe siècle. Au XVe et au XVIIIe siècles, des abbés bâtisseurs entreprennent la reconstruction des bâtiments. L'actuel moulin à farine est construit sous l'abbatiat de Frédéric d'Yves (1564-1599) en 1576 et agrandi sous celui de Simon Bosquier en 1634. Abbé de 1720 à 1747, Benoît II l'Evêque fait entreprendre la reconstruction du quartier abbatial et de la grange dans les années 1735. La porterie, les comptoirs, l'administration sont réaménagés sous la direction du dernier abbé bâtisseur de Maroilles, Maurice d'Offégnies (1749-1778). L'abbaye sert de carrière de pierre entre 1791 et 1794 ; seuls demeurent le moulin, la grange dimière, le logis des hôtes, la porterie et des éléments de portail réemployés dans un arc de triomphe. Le plan par masse de culture de 1802-1805 (section A n°1, 7, 9, 10 et 12) permet de visualiser ce qu'il reste alors de l'abbaye.
Précisions : façades et toitures du bâtiment longeant la grande-rue, la maison des hôtes, la grange, le moulin ainsi que le portail de l'ancienne église abbatiale transformé en arc de triomphe (cad. A 1541, 1839, 1840, 1842 à 1845, 1850, 1885, 1891, 1898, 2693) : inscription par arrêté du 16 mars 1977.
Adresse : cour de l'Abbaye ; place Verte ; rue du Moulin ; 26, 28 Grand Rue

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 16e siècle; 2e quart 17e siècle; 2e quart 18e siècle; 3e quart 18e siècle
Année de construction : 1576 ; 1634 ; 1735 ; 1755
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Arc de triomphe

Histoire : La place Verte est aménagée en 1808-1809 par l'architecte de Landrecies Guyot avec la collaboration de Bouly, aîné, chef de bureau des travaux publics du département du Nord, sous le municipat de Vendois. La décision est également prise de construire un "arc de triomphe auquel on emploiera des matériaux provenant de la démolition du portique supérieur de l'ancienne abbaye de Maroilles", en l'honneur des victoires napoléoniennes. Les pilastres, l'arcade et l'entablement sont constitués de remploi, alors que le monument est dessiné et complété par l'architecte Guyot. Le choix est fait de réutiliser le second niveau du "portique" de l'ancienne abbaye d'ordre ionique ("un genre plus distingué et qui offrira un plus beau coup d'oeil" selon Deulin le fournisseur des matériaux de réemploi), plutôt que la façade dorique démolie par la suite. Le fronton comporte à l'origine les armes de l'empereur et une devise perpétuant sa gloire. L'arc est restauré en 1843 par l'architecte Grimault, Fournier étant maire.
Précisions : Le portail de l'ancienne église abbatiale transformé en arc de triomphe (cad. A 1541) : inscription par arrêté du 16 mars 1977.
Adresse : place Verte

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 18e siècle; 1er quart 19e siècle
Année de construction : 1808
Auteur(s) : Guyot (architecte)Bouly, aîné (conducteur de travaux)

Boucherie

Histoire : Maison et boucherie contruites en 1901 pour D. Frémy, dont la famille était également propriétaire des maisons voisines (n° 75 et 77 grand'rue, 1986 A7 3140).
Adresse : 71, 73 Grand Rue

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1901
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Chapelle Notre-Dame des Haies

Histoire : Une dévotion ancienne à Notre-Dame des Haies est attestée, mais l'actuelle chapelle ne date que de 1881. Cette date est portée sous le porche. Un blason provenant de l'abbaye a été remployé sur le chevet. L'entrée de la chapelle a été rénovée récemment. La dévotion à Notre-Dame-des-Haies est toujours vive.
Adresse : C.D. 959

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1881
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Chapelle Notre-Dame-de-Grâce dite Notre-Dame-des-Prés

Histoire : De nombreux oratoires et chapelles parsèment le territoire de la commune. La plus ancienne conservée est la chapelle des Prés datée de 1760 et dédiée à Notre-Dame des Grâces. Elle comporte une inscription sur le linteau : "NOTRE DAME DE GRACE PRIEZ POUR NOUS MONSEIGNEUR DE CAMBRAI ACCORDE 40 JOURS DINDULGENCE A TOUS CEUX ET CELLES QUI DUEMENT DISPOSEZ RECITERONT DEVOTEMENT ET A GENOUX DEVANT CETTE CHAPELLE ERIGEE EN L'HONNEUR DE LA SAINTE VIERGE CINQ PATER ET CINQ AVE MARIA 1760".
Adresse : chemin de la Rosière

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 18e siècle
Année de construction : 1760
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Chapelle Notre-Dame-des-Grâces dite chapelle Frémy

Histoire : Une chapelle dédiée à Notre-Dame-des-Grâces a été érigée rue des Juifs en 1814. Elle porte une inscription et une date gravées en façade : "CETTE CHAPELLE FUT ERIGEE A L'HONNEUR DE NOTRE-DAME DES GRACES, SAINT DRUON ET SAINT DONAT PAR NICOLAS JHANNE QUART MARIE DESIREE HONORE SON EPOUSE 1814".
Adresse : rue des Juifs

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 19e siècle
Année de construction : 1814
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Contour de l'aisement, puis Jeu de Paume, puis place Verte, puis place Poincarré, actuellement place Verte

Histoire : L'ancienne place du Jeu de Paume est aménagée en 1808-1809 par l'architecte de Landrecies Guyot avec la collaboration de Bouly, aîné, chef de bureau des travaux publics du département du Nord. La place est nivelée, drainée, cent tilleuls plantés. La décision est également prise de construire un "arc de triomphe auquel on emploiera des matériaux provenant de la démolition du portique supérieur de l'ancienne abbaye de Maroilles". En 1856, un projet d'édification d'une école sur la place est finalement abandonné. Un kiosque à musique est installé en 1909 par les établissements Clovis Cassoret et Frères à Saint-Sauveur Arras. Un même modèle de kiosque a été construit auparavant à Reims, ainsi qu'à Cousolre. Mais il est détruit et remplacé en 1932 par un modèle octogonal. Au tournant du 19e siècle, des maisons de maître se sont implantées sur la place.
Adresse : place Verte

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 19e siècle
Année de construction : 1808
Auteur(s) : Guyot (architecte)Bouly, aîné (conducteur de travaux)

Ferme

Histoire : Ferme d'abord construite en alignement en 1862, puis a été rajoutée perpendiculairement une grange à la fin du 19e siècle. La date est portée sur le pignon par un jeu de briques.
Adresse : 320 rue de la Sablonnière

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1862
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme comportant un logis du milieu du 19e siècle et une grange postérieure, datée de 1867.
Adresse : 175 chemin de Cerfmont

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 19e siècle
Année de construction : 1867
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Cette ferme appartient à un ensemble de fermes construites autour d'une place qui comprenait un abreuvoir. Aujourd'hui, la place est devenue une prairie et n'est plus guère perceptible. La ferme date de 1788 ; elle figure sur le plan par masse de culture de 1802-1805 (section B n°21). Une grange en retour, située sur l'arrière, a été construite au 19e siècle.
Adresse : 55 chemin rural dit l'Aie de la Ville

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle; 4e quart 18e siècle
Année de construction : 1788
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Cette ferme appartient à un ensemble de fermes construites autour d'une place qui comprenait un abreuvoir. Aujourd'hui, la place est devenue une prairie et n'est plus guère perceptible. La ferme a été reconstruite en 1851.
Adresse : 70 chemin Hazard

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 19e siècle
Année de construction : 1851
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme datée 1752, remaniée et surélevée au cours du 19e siècle. Seuls la porte, deux ouvertures et des éléments de murs en calcaire datent du 18e siècle. Le bâtiment figure sur le plan par masse de culture de 1802-1805 (section D n°18).
Adresse : 225 rue des Prés

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 18e siècle ; 19e siècle
Année de construction : 1752
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Les volumes généraux de la ferme datent du 18e siècle. Elle figure sur le plan terrier de 1783 (planche I parcelle 7) et sur le plan par masse de culture de 1802-1805 (section B 6). Des remaniements comportant une surélévation ont été effectués au 19e siècle.
Adresse : 205 rue des Vignies

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 18e siècle ; milieu 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Adresse : 390 rue des Haies

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Le logis porte la date de 1703 mais la forme des ouvertures incline plutôt à donner une date située au milieu du 18e siècle, voire dans la seconde moitié du siècle. Cette date est donc plutôt un remploi. Le logis est présent sur le plan terrier de 1783 (planche XIV parcelle 607) et figure sur le plan par masse de culture de 1802-1805 (section E n°12). Le logis a été surélevé ultérieurement pour ajouter un fenil. La grange en retour a été construite en 1868.
Adresse : 1155 rue des Juifs

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 18e siècle; 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1868
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques