France   |    
Blason et armoiries de Louvroil

Louvroil

Nord

Nord-Pas-de-Calais

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Louvroil

Monuments historiques et bâtiments protégés de Louvroil

Aciérie, laminoir dite Fabrique de Fer de Maubeuge, puis Hoogovens, puis Myriad

Histoire : La Fabrique de fer de Maubeuge (F.F.M.) a été fondée en 1884 par la famille d'industriels belge de Béco. Elle était équipée de fours à puddler et d'un four Martin. L'activité de laminage (trains à chaud) destinée à la fabrication de tôles est mise en place dès 1886 puis augmentée en 1925. L'atelier fabriquant les bandages et essieux de chemin de fer est créé en 1912 et fermé en 1974. L'usine fut détruite pendant la Première Guerre mondiale, puis rapidement reconstruite en 1922. L'aciérie Martin, devenue insuffisante, a été complètée par les trois fours Martin de l'usine des Tôleries de Louvroil, acquise en 1925 par FFM, permettant de traiter les tôles fortes, moyennes et fines. Cette activité s'est poursuivie jusqu'en 1976. Le laminage continu à froid des tôles Sendzimir et les fours de recuit et la galvanisation en continu ont été installés vers 1935-38 et constituaient un ensemble unique en Europe. Une ligne de laminage à froid (train Sendzimir) (1960-62), une ligne de recuit et de galvanisation (1969-70), une ligne de peinture (1984) puis une ligne de galvanisation et de laquage de l'acier plat en continu (1987) complètent progessivement l'équipement de l'usine. L'entreprise est rachetée par le groupe Hoogovens en 1997 et devient Myriad en 1998. Aujourd'hui, l'usine est composée de deux lignes de refendage (TECTONIA) et d'une ligne de profilage. Elle est spécialisée dans la fabrication de tôles galvanisées peintes et isolantes.
Adresse : 22 avenue Jean-de-Béco

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 20e siècle
Année de construction : 1884 ; 1912 ; 1922 ; 1925 ; 1984 ; 1987
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Brasserie, malterie dite brasserie-malterie des Buttes.

brasserie, malterie dite brasserie-malterie des Buttes.
brasserie, malterie dite brasserie-malterie des Buttes.
Histoire : Vers 1893-1894 la société anonyme de la brasserie coopérative de Louvroil sollicite l'autorisation d'établir une brasserie sur sa propriété sise au lieu dit les Buttes. En 1927 la brasserie est dirigée par M. Thiery. Cette même année elle est mise en liquidation judiciaire et ses bâtiments sont rachetés par la fabrique de fer de Maubeuge, mais ne servent pas à la production.
Adresse : 22 avenue Jean de Béco

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Chapelle Notre-Dame de Lourdes

Histoire : Une grotte dédiée au pélerinage de Notre-Dame de Lourdes a été construite au 19e siècle. Dans les archives de l'architecte Vilain on apprend qu'un premier projet de chapelle proposé par l'architecte Lafitte à l'abbé Willot en 1929 est resté sans suite. Les premières lettres de la correspondance entre le nouvel abbé, Delattre, et l'architecte, Paul Vilain - associé à l'architecte Serex et travaillant avec son fils Michel - datent d'octobre 1932. A cette date, l'architecte propose une nouvelle étude pour la façade et souhaite supprimer l'horloge, ce qui laisse à penser que d'autres études ont précédé. En effet, les archives conservent trois dessins sans date sur calque d'une élévation avec clocher et horloge. En novembre 1932, le projet établi comprend la grotte et une chapelle avec "crypte et église supérieure". Le coût du projet, sans décor ni escalier, est estimé à 350 000 francs. Les rapports sont acceptés par la Commission d'Art Sacré en juin 1933. L'abbé propose les entrepreneurs Lecerf (de Louvroil) et Jules Masse. Sollicité par Vilain, l'architecte Lafitte recommande l'entrepreneur Louis Ruffin, pour la construction en béton armé. La première pierre est posée en juillet 1933. En 1934, la correspondance relate le choix du mobilier (voir annexe). Un article dans le Courrier (Avesnes) du 23 aôut 1935 permet de connaître l'avancement des travaux : "la crypte est réalisée, ainsi que le niveau de la chapelle, mais non aménagée". Il semble que les travaux n'ont pas été poursuivis par la suite : le clocher n'a jamais été construit et la chapelle (église supérieure) n'a jamais été aménagée. Néanmoins, des pèlerinages auraient eu lieu. Aujourd'hui, l'édifice appartient à l'usine Myriad, située en face, et est désaffecté.
Adresse : avenue Jean-de-Béco

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle ; 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1932
Auteur(s) : Lafitte (architecte)Lecerf (entrepreneur)Masse Jules (entrepreneur)Ruffin Louis (entrepreneur)Serex (architecte)Vilain Michel (architecte)Vilain Paul (architecte)

Jardin public

Histoire : En 1929, l'ingénieur Hellebois conçoit un plan d'aménagement et d'embellissement de la ville. Parmi les différents projets figurent l'aménagement de plusieurs jardins. Seul le jardin public du centre ville sera partiellement réalisé, par l'architecte lillois Michel Vilain en 1948. Celui-ci conçoit à une date inconnue le plan d'ensemble du jardin et plusieurs projets d'auditorium. Les plans de kiosque sont datés de 1948. L'auditorium n'a jamais été réalisé.
Adresse : place du Général-de-Gaulle

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1929 ; 1948
Auteur(s) : Hellebois (ingénieur)Vilain Michel (architecte)

Maison

Histoire : Cette maison a été construite par l'architecte Marcel Mélon pour son ami l'entrepreneur Marius Lecerf vers 1927 ou 1928.
Adresse : 180 bis route d'Avesnes

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) : Mélon Marcel (architecte)

Monument aux morts

Histoire : Le monument aux morts a été réalisé par le marbrier J. Delvienne, installé au Cateau après la Première Guerre mondiale. Une plaque commémorative pour les morts de la Seconde Guerre mondiale a été ajoutée.
Adresse : rue Roméo-Frémy

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : Delvienne J. (marbrier)

Poste

Histoire : La poste a été construite en 1934 - en même temps que le presbytère auquel il est adossé - par les architectes Paul Vilain et son associé Serex. Une photo de l'édifice a été publiée dans le Recueil des architectes Paul Vilain et Michel (son fils et successeur) et Serex.
Adresse : rue Roméo-Frémy

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1934
Auteur(s) : Serex (architecte)Vilain Paul (architecte)

Présentation de la commune de Louvroil

Histoire : Le développement urbain et économique de la ville de Louvroil est influencé par la proximité de Maubeuge. Depuis le milieu du 19e siècle, l'implantation des usines se fait de manière complémentaire le long de la voie ferrée et de la Sambre, et plus particulièrement dans le quartier de Sous-le-Bois, qui est situé sur les communes de Maubeuge et Louvroil. La salle des fêtes est le seul édifice public construit au début du 20e siècle. Le bombardement de la ville de Maubeuge le 9 septembre 1914 fait de nombreux dégâts : l'église paroissiale et 150 maisons sont détruites, 300 maisons et des usines sont endommagées. La reconstitution industrielle est mise en oeuvre en 1920 et la plupart des entreprises reprennent leur activité en 1924. Celles-ci construisent des maisons pour leurs ouviers dans le centre et le long du chemin Basse. Un besoin de construction de nouveaux quartiers et d'extension de la ville se fait sentir. Un plan d'aménagement et d'embellissement est mis en oeuvre par l'ingénieur du service vicinal subdivisionnaire Hellebois en 1929, de manière simultanée pour les villes de Maubeuge et Louvroil. Le plan situe les nouvelles voies de circulation et les édifices publics à construire : une maternité, un jardin public, des bains douches, un dispensaire, des jardins ouvriers, un établissement de sports et de natation, une école maternelle, une école de garçons, une église. La municipalité a entrepris des travaux avant l'accord du ministère de l'Intérieur qui intervient en 1935. L'architecte Michel Vilain et son associé Serex sont les maîtres-d'oeuvre de tous les édifices publics : l'église paroissiale (IA59001860), construite en 1929, la chapelle Notre-Dame de Lourdes (IA59001857) en 1932, la poste (IA59001859) et une salle de gymnastique en 1934. Parmi les autres projets, seul le jardin public (IA59001858) sera partiellement réalisé en 1948. En 1951, le local des sapeurs-pompiers est adossé à la salle de gymnastique. Une piscine tournesol est construite dans les années 1970-1980.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Auteur(s) : Hellebois (ingénieur)Serex (architecte)Vilain Michel (architecte)Vilain Paul (architecte)

église paroissiale de la Sainte Trinité

Histoire : L'église paroissiale a été complètement détruite pendant la Première Guerre mondiale. Sa reconstruction est confiée à l'architecte lillois Paul Vilain en 1929.
Adresse : rue Roméo-Frémy

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1929
Auteur(s) : Vilain Paul (architecte)


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques