France   |    
Blason et armoiries du Vigan

Le Vigan

Gard

Languedoc-Roussillon

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Le Vigan

Monuments historiques et bâtiments protégés du Vigan

Ancien hospice

Histoire : Architecture néo-classique, témoin de l'architecture hospitalière de l'Ancien Régime.
Précisions : Chapelle, ainsi que la façade sur rue avec la toiture correspondante de l'ancien hospice (cad. AB 336) : inscription par arrêté du 29 mars 1993

Type : Monuments historiques
Epoque : 1er quart 19e siècle
Année de construction : 1809
Eléments protégés : chapelle ; élévation

Ancien hôtel de Faventines dit Château d'Assas

Histoire : Belle demeure du 18e siècle, construite entre cour et jardin. Plans et devis mentionnés en 1750 (attribués à François Tureau, l'architecte de la ville du Vigan) , comptes arrêtés avec l'entrepreneur Thureau en 1759. L'hôtel possède une distribution et un décor intérieurs de grande qualité (cage d'escalier, alcôves, gypseries, cheminées et menuiseries) . Vendu comme bien national pendant la Révolution, il a servi de prison, de mairie, ... avant d'être racheté par les Assas Faventines en 1850.
Précisions : Ancien hôtel (cad. AB 563) avec les bâtiments du portail (cad. AB 558, 559), ceux des dépendances (cad. AB 556, 565), ainsi que la cour (cad. AB 562) et le jardin (cad. AB 746) : classement par arrêté du 9 avril 2002 - Le bâtiment des communs (cad. AB 561) : inscription par arrêté du 9 avril 2002
Adresse : route d'Alzon

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 18e siècle
Année de construction : 1759
Eléments protégés : cour ; jardin ; décor intérieur ; portail ; dépendance ; communs

Filature (Peignerie de Déchets de Soie) dite Peignerie de Saint-Euzéby

Histoire : Filature et peignage de déchets de soie créée en 1872 par Edmond Brouilhet, du Vigan, au nom de la S.N.C. Brouilhet, Lecques (Paul, directeur d'usine à Briançon, fils d'Alexandre, cordier au Vigan) et Cie ; 1880 Emile Hoppenot, filateur à Troyes, devient actionnaire majoritaire et directeur ; 1886 apport à la S.A. de filature de schappe à Lyon ; construction de divers bâtiments annexes (bureau, magasins, loge de portier (1880) , garage de locomobile (1882) et établissement (1898) d'un embranchement ferroviaire d'une centaine de mètres (détruit récemment) et d'une passerelle en fer sur l'Arre pour amener l'eau d'un canal existant sur la rive droite ; usine fermée vers 1950 ; actuellement immeuble d'habitations et ateliers divers, un magasin transformé en école de commerce ; cheminées d'usine récemment démolies.1930 360 ouvriers ; vers 1950 328 emplois au moment de la fermeture
Adresse : 1 à 15 place de Saint-Euzéby ; 43 avenue de Rochebelle

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1872 ; 1880 ; 1882 ; 1898
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Moulinerie (Moulinerie de Soie) dite Filature Félix-Brouilhet 1

Histoire : Bâtiment rural de Félix Brouilhet converti en moulinage de soie en 1847. Cessation des activités, partiellement démoli et converti en habitation vers 1890.1846 : 267 tavelles. Roue hydraulique entre 1840 et 1890 d'après tradition orale

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1ère moitié 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Vieux pont

Vieux pont
Vieux pont
Précisions : Vieux pont : classement par arrêté du 15 mars 1938

Type : Monuments historiques
Epoque : 14e siècle

Filature de bourres de soie Tessan, puis Laporte

filature de bourres de soie Tessan, puis Laporte
filature de bourres de soie Tessan, puis Laporte
Histoire : Filature de soie fantaisie (déchets) créée en 1826 par Philippe de Tessan sur le site d'un ancien moulin. Bâtiment principal le long de l'Arre déclaré construit en 1849 comme peignerie de bourre de soie. Vente vers 1867 à Siméon Dufau de Nîmes puis vers 1873 à Gaston Laporte, fils et gendre (Brouilhet) de filateurs du Vigan. Reconstruction partielle et agrandissement en 1886. Vente vers 1898 à la S.A. de filature de schappe de Lyon qui l'exploite jusqu'à sa fermeture vers 1950. Transformation en maison et atelier de couture par Elie Nouguier. Abandon complet vers 1962. Travaux de restauration en cours en 1992.1843 : roue hydraulique verticale. 1859 : chaudière cylindrique 3200 l, 3 kg revendue en 1867 à Vallelion à Sumène
Adresse : route de Ganges

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1826 ; 1849 ; 1886
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie Arnal

Histoire : Filature de soie de pierre Arnal déclarée construite en 1842 et démolie en 1884 ; vestiges des arcades et double bassin triangulaire alimenté par une source sous le logement patronal en ruines ; 420 kg de soie produits en 1860.1860 2 ouvriers et 18 ouvrières ; 1870 8 à 9 ouvriers

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1842
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie Bouniol fils

Histoire : Filature de soie construite par Pierre Bouniol fils pour en remplacer une plus ancienne (filature Bouniol père) située de l'autre côté de la rue. Déclarée détruite en 1882 puis transformée en habitation avec destruction de la cheminée, remplacement des tuiles creuses par des tuiles mécaniques et probablement exhaussement d'un étage.Mai 1854 : autorisation pour une chaudière cylindrique de 2 atmosphères et 15 bassines à Bonijols (sic) père et fils. 1860 : 1 moulin à bras et 21 bassines.1860 : 20 à 25 ouvrières
Adresse : 4 avenue Jeanne d'Arc

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1853
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie Bouniol père

Histoire : Ets Bouniol père et fils fondés en 1825. Filature à Fourneaux individuels construite par Pierre Bouniol père en 1833 à l'étage de la maison d'habitation, équipée d'une chaudière à la Gensoul trois ans après et abandonnée vers 1854 lors de la mise en service d'une nouvelle filature avec une machine à vapeur de l'autre côté de la rue (filature Bouniol fils) . Elévation conservée au niveau du 1er étage. Bar tabac actuellement au rez-de-chaussée.1836 : mise en activité de la chaudière Roussy (Le Vigan) , 10 bassines. 1844 : chaudière en cuivre de 1, 24 atmosphères. Juillet 1851 : autorisation pour une chaudière cylindrique à fonds plats de 3, 076 m³ pour chauffer 15 bassines
Adresse : 1 avenue Jeanne d'Arc

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1833
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie Daudé-d'Alzon

Histoire : Bâtiment rural appartenant à Daudé d'Alzon converti en carderie en 1858. Nouveau bâtiment pour traitement des frisons construit par Benjamin Annat après demande en date du 11 octobre 1872. Vente en 1907 à la Société des Filatures de Schappe Ringwald de Bâle. Filature fermée vers 1935, reprise à la Libération. Fermeture définitive vers 1950. Actuellement usine de bonneterie de la société Cogetex (Collants Well) .Local d'une machine à vapeur attesté en 1872 à l'extrémité est de l'atelier de peignage.1950 : fermeture de l'établissement qui supprime 131 emplois
Adresse : l'Elze

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1872
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie Fulcrand

Histoire : Filature de soie construite en 1872 par Charles Fulcrand, mégissier, et son gendre Eugène Boudet, faiseur de bas, indivis ; déclarée transformée en magasin en 1889 et partiellement démolie en 1893 ; plusieurs changements de propriétaire et transformation en maison vers 1930 ; de 1935 à 1954 elle appartient à la S.R.L. Brun d'Arre (teinturerie)
Adresse : 9 quai du Pont

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1872
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie Lapeirouse

Histoire : Filature de soie créé en 1822 par Philippe de Tessan qui passe peu après à son gendre Raoul Lapeirouse, de Montpellier ; 1861 demande d'Eugène Mouvend pour installer une usine de traitement de déchets de soie sur l'emplacement de l'ancienne filature de la veuve Lajudie, née Lapeirouse ; ne semble pas avoir été construit ; 1889 déclaré bâtiment rural depuis 1866 ; actuellement écurie.1822 à 1839 28 bassines ; 1846 34 bassines

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 19e siècle
Année de construction : 1822
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie dite Filature Félix-Brouilhet 2, puis Laporte

Histoire : Filature de soie autorisée 2 mars 1847 et construite par Félix Brouilhet, faiseur de bas et possédant déjà une moulinerie de soie, en 1848 ; reprise par Louis Laporte vers 1889 ; louée à Léopold Martin, filateur à Saint-Hippolyte entre 1950 et 1955, date de la fermeture ; actuellement centre culturel et sportif dit le Bourrilhou, après modifications importantes, en particulier transformation des baies en simples rectangles.Septembre 1850 autorisation pour une chaudière à 2 bouilleurs de 5, 3 m³ et 4 atmosphères et pour une machine à vapeur de 2 chevaux ; modernisation en 1928 avec installation de bassines système Berthaud à 8 bouts avec batteuses ; bassines batteuses installées dans les embrasures des fenêtres.1909 65 ouvrières ; 1932 45 ouvrières en chômage partiel ; réduction de 60 à 40 ouvrières après modernisation de 1928
Adresse : 5 rue de la Carriérasse

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1848
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature de soie dite Filature Journet

Histoire : Ets David Journet fondés en 1828 ; 1837 autorisation de fonctionnement de la filature de soie pour laquelle il a fait un atelier ; 12 tours ; nouvelle filature construite en 1854 ; 1400 k de soie produits en 1860 ; atelier fermé vers 1880 ; bâtiment sert actuellement de hangar à bois.Mars 1857 autorisation pour une chaudière cylindrique en tôle de fer de 3, 4 m³ et 3 atmosphères ; filature dotée d'un moteur hydraulique en 1860.1860 2 ouvriers et 40 ouvrières
Adresse : 11 rue des Calquières

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1854
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature et moulinerie de soie Laporte

Histoire : Filature de Laporte oncle, Pierre Félix né en 1797, et neveu, Félix, en activité avant 1810 comme fabrique de soie et coton ; nouvelle filature construite en 1840 ; 1860 3000 k de soie produits ; transformations du bâtiment vers 1890 ; cessation d'activités vers 1911 ; reste probable de la chaufferie côté est transformée en garages particuliers.1822 mise en activité de la chaudière Gensoul pour 30 bassines ; 1839 mise en activité d'une chaudière Roussy pour 50 bassines ; 1843 chaudière de 1, 68 atmosphères et machine à vapeur de 3 chevaux ; 68 bassines ; 1849 autorisation pour une chaudière cylindrique en tôle de cuivre de 6, 515 m³ ; 1867 chaudière cylindrique Carle (Anduze) de 6, 5 m³ et 3 atmosphères ; juin 1869 chaudière Marignan (Nîmes) 10 m³, 3 atmosphères.1860 3 ouvriers et 100 ouvrières ; 1909 120 ouvrières à l'usine neuve Laporte et Cie
Adresse : 2 chemin du Souquet

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1840
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Filature et moulinerie de soie Ricard

filature et moulinerie de soie Ricard
filature et moulinerie de soie Ricard
Histoire : Filature de soie Ricard Frères, Abel, Pierre et Palmyre, attestée au Vigan avant 1810 ; 1838 autorisation d'établissement d'une filature et moulinage Pierre Ricard ; construit en 1837 en surélévation sur parties basses voûtées datant du 13e siècle et ayant abrité cuves pour tannage et foulage des peaux ; passé vers 1857 à Ricard Palmyre, moulinier ; agrandissement considérable avec surélévation du bâtiment vers 1850, puis 1859 ; 1860 3500 k de soie produits ; cessation d'activités fin 19e siècle ; devient dépôt de schappe puis abrite ganterie (vente à Paul Guilbert, gantier à Millau, vers 1916) ; achetée par ville en 1936 ; divers usages, hébergement de réfugiés pendant la deuxième guerre mondiale, collège, mission Rolland, avant de devenir musée cévenol en 1963.1837 chaudière Roussy pour 20 bassines ; 1844 chaudière de 3, 32 m³ et 1, 24 atmosphères, 40 bassines ; 1846 250 tavelles et 84 bassines ; août 1850 autorisation pour une chaudière cylindrique de 9, 81 m³ et 2 atmosphères et machine à vapeur de 2 chevaux.1843 21 ouvriers ; 1860 127 ouvriers, 7 hommes et 120 femmes
Adresse : 1 rue des Calquières

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle ; 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1837
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Mine de mispickel et usine de préparation de produit minéral (concentration de minerai) du Fraissinet

Histoire : Le filon de mispickel (arseno-pyrite) argentifère et aurifère de Fraissinet est exploité principalement pour les métaux précieux de 1928 à 1935 par la S.A. Union Minière et Commerciale (16 rue de la Grange Batelière à Paris) . Des vestiges de travaux anciens, probablement médiévaux, sont retrouvés. Les produits sont transportés par câble aérien à une usine de lavage et concentration construite en 1930 et située à la Terrisse, 1200 m. à l'est, près de la voie ferrée, par laquelle ils sont expédiés à Salsigne (Aude) . Les ateliers sont démantelés dès 1936
Adresse : route de Ganges

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1930
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Moulin à farine du Souquet ; filature de bourres de soie Annat, puis Capion ; puis centrale hydroélectrique Brun-d'Arre

Histoire : Filature de bourre de soie construite en 1845 par Guillaume Annat sur le site d'un moulin à farine attesté au 15e siècle ; exploitée par Bonnard frères et Ribourel ; filature incendiée et reconstruite en 1878 par Jean Capion ; arrêt à la mort de J. Capion vers 1920 ; vente en 1923 à l'entreprise Brun d'Arre (bonneterie et teinturerie) qui remplace la chaudière par une centrale hydroélectrique ; un atelier de bonneterie fonctionne jusque vers 1960.1856 autorisation à Bonnard pour une chaudière cylindrique en fer de 2, 325 m³ et de 2, 5 atmosphères alimentant une machine à vapeur ; abri de machine à vapeur construit vers 1885, détruit lors de la création de l'usine électrique
Adresse : 5 chemin du Souquet

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle (détruit) ; 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1845 ; 1878
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Moulin à farine, abattoir, usine de bonneterie Benjamin Annat, puis Brun d'Arre, puis Coste

Histoire : Usine de bonneterie construite en 1890 par Benjamin Annat (propriétaire des filatures de bourre de soie Annat à Coularou et Daudé d'Alzon à l'Elze) à côté d'un moulin à farine qui continue à fonctionner jusque vers 1935. Usine dirigée par Boudot, gendre d'Annat qui devient propriétaire vers 1907. Vente vers 1922 à Brun frères, propriétaires de la bonneterie Brun à Arre. 1931 : S.A.R.L. Brun d'Arre. 1936 : nouveaux ateliers fonctionnant à l'électricité de l'autre côté du quai. 1950 à 1956 : atelier annexe dépendant de la S.A.R.L. Méritex (Méridionale des Textiles) , filiale de Brun d'Arre. 1957 : devient la S.R.L. Le Bas Lys puis S.A. Union Cévenole de Bonneterie jusqu'en 1967. Vente et partage entre Louis Coste qui poursuit l'exploitation, Pierre Boisson et Louis Amalric. Anciens abattoirs municipaux rachetés et intégrés au site comme bureaux et magasins
Adresse : 14, 15, 15bis quai du Pont

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1890 ; 1936
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Usine de bonneterie Bresson

Histoire : Fabrique de bonneterie de coton et de soie puis synthétique construite en 1931 par la S.N.C. Bresson Finiels ; complétée par un garage en 1932 et un logement patronal en 1943 ; 1940 Georges Bresson seul ; vers 1968 succession à Georges et Roland Bresson, puis S.A. de bonneterie des Cévennes et déplacement des activités quai du Pont
Adresse : 2 à 6 rue du Valdourbie

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1931 ; 1943
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques