France   |    
Blason et armoiries du Havre

Le Havre

Seine-Maritime

Haute-Normandie

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Le Havre

Monuments historiques et bâtiments protégés du Havre

Eglise Paroissiale Saint-Michel dit Ilot S65

Histoire : L'église paroissiale Saint-Michel est un des derniers édifices de la reconstruction ; la demande de permis de construire date de 1959 ; elle a été élevée entre 1960 et 1964, par l'architecte Henri Colboc assisté d'André Zoppi, pour remplacer l'ancienne église Saint-Michel située plus au nord ; les cartons des verrières ont été dessinés par madame Martineau et les verrières exécutées par le maître-verrier Boutzen ; le toit symbolise la bible ouverte et le clocher, isolé, un cierge
Adresse : parvis Saint-Michel

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1959 ; 1964
Auteur(s) : Colboc Henri (architecte)Zoppi André (architecte)

Eglise Paroissiale Saint-Nicolas

Histoire : Une nouvelle église paroissiale saint Nicolas de l'Eure a été construite à la fin du 16e siècle au lieu-dit la nouvelle Eure, pour remplacer celle détruite en 1562, située dans l'ancien village de l'Eure dit alors la vieille Eure ; elle était construite en assises alternées de silex noir et calcaire avec un clocher en charpente essenté d'ardoise, surmonté d'une flèche polygonale ; elle a été agrandie d'un vaisseau terminé par un choeur polygonal en 1841, construit en brique ; devenue trop petite pour le nouveau quartier de l'Eure en pleine expansion elle a été détruite en 1856 pour faire place à une autre église située à l'est ; au cours de cette destruction un cimetière a été découvert ; des pierres tombales ont été déposées au musée
Adresse : ancien village Saint Nicolas

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 11e siècle ; 16e siècle ; 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1841
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Eglise Paroissiale Saint-Nicolas

Histoire : La nouvelle église Saint-Nicolas, construite à l'est de la précédente, mais d'axe nord-sud a été construite en 1856 par Brunet-Debaines, architecte de la ville du Havre. Les travaux ont été exécutés par les entreprises Lamy et Testu. Elle est consacrée en 1857. La sacristie est construite en 1861. La décoration intérieure a été réalisée en 1865 par l'architecte de la ville du Havre, Emile Platel
Adresse : rue de l'Eglise

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1856
Auteur(s) : Brunet-Debaines Charles Louis Fortuné (architecte)Platel Emile (architecte communal)

Eglise Paroissiale Saint-Vincent-de-Paul

Eglise Paroissiale Saint-Vincent-de-Paul
Eglise Paroissiale Saint-Vincent-de-Paul
Histoire : L'église Saint-Vincent-de-Paul a été fondée en 1849 par l'abbé Beaupel, pour desservir le nouveau quartier Saint-Vincent ; elle a été construite sur les plans de l'abbé Charles Robert, qui imite l'église Saint-Georges de Boscherville ; les briqueteries de Sanvic fournissent la brique ; une 1ère partie a été livrée en 1852, la deuxième tranche commencée la même année ; la tour lanterne est achevée en 1856 ; la bénédiction a lieu en 1860 ; le portail a été construit en 1876 ; la sacristie, trop petite, a été reconstruite en 1878 ; les deux tours de façade sont achevées en 1882 ; l'église a été endommagée en septembre 1944 et restaurée
Adresse : place Saint-Vincent-de-Paul

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle ; 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1849 ; 1876
Auteur(s) : Robert Charles (architecte)

Eglise Paroissiale Sainte-Anne

Histoire : La construction de l'église Sainte-Anne, décidée pour desservir le nouveau quartier du centre, a commencé en 1884, sur un terrain acheté en 1879 à la famille Holker par le chanoine Charles Robert. Celui-ci dresse les plans de la nouvelle église. Une première messe est dite en 1885 dans les premières travées construites. Elle est fermée en 1888 par décision du conseil municipal. Le culte est à nouveau autorisé en 1894. En 1897, la cloche est bénie. L'église devient paroissiale en 1907. En 1911, une demande de permis de reconstruire un choeur et un transept pour remplacer l'ancien choeur à chevet plat est déposée sur des plans de l'architecte de la ville, William Cargill. Ce nouveau choeur est consacré en 1913. En 1921, la façade occidentale et le clocher sont construits. En 1934, les verrières sont remplacées ainsi que les boiseries
Adresse : rue Raspail ; rue Lesueur

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1884 ; 1911
Auteur(s) : Robert Charles (architecte)Cargill William (architecte communal)

Eglise Paroissiale Sainte-Marie

Histoire : L'église paroissiale Sainte-Marie qui a donné son nom au nouveau quartier a été construite à l'économie, sur des plans de l'ingénieur en chef du port du havre, pierre François Frissard ; elle est consacrée en 1839 ; les habitants obtiennent en 1865 sa reconstruction et son agrandissement, mais seuls le choeur et le transept sont construits sur des plans de l'architecte de la ville, Georges Brien, la nef construite par Frissard étant conservée
Adresse : place Jean Le Brozec

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle ; 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1836 ; 1865
Auteur(s) : Frissard Pierre-François (ingénieur)Brien Georges (architecte communal)

Eglise Saint-Joseph

Histoire : La première église Saint-Joseph, datant de 1873, a été détruite lors des bombardements du 5 septembre 1944. La nouvelle église paroissiale, dédiée à la mémoire des victimes de ces bombardements, a été construite par Auguste Perret, architecte en chef chargé de la reconstruction du Havre, et Raymond Audigier, architecte havrais. Commencé en 1951, le gros-oeuvre de l'église a été terminé en 1957, trois ans après la mort de Perret. L'église a été consacrée en 1964. Réalisé en béton armé et conçu sur un plan basé sur des modules carrés, l'édifice est surmonté d'une tour de 107 mètres de hauteur, phare spirituel de la cité. Les verrières de cette tour, aux couleurs symboliques, dues au maître verrier Marguerite Huré, sont posées par la maison Freret et Garel du Havre. Les sculptures sont l'oeuvre de Guy Verdoya.
Précisions : L'église : inscription par arrêté du 11 octobre 1965
Adresse : 8 boulevard François-Ier

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1951
Auteur(s) : PERRET Auguste (architecte) ; AUDIGIER Raymond (architecte) ; VERDOYA Guy (sculpteur) ; HURE Marguerite (maître verrier)

Eglise Sainte-Jeanne-d'Arc

Histoire : Vers 1955-1960, la ville du Havre voit sa population sensiblement augmenter. Le quartier de Sanvic atteint plus de 10 000 habitants vers 1960. Un ensemble d’immeubles collectifs en barre est élevé, le long de la large avenue de la Cavée Verte puis, entre 1963 et 1965 ; l’église Sainte-Jeanne-d’Arc est édifiée par René Dechenaud sur une butte gazonnée. Elle se compose d’un grand volume de plan carré, à la toiture incurvée, d’annexes en sous-sol et d’un parking souterrain. Le clocher prévu n’a pas été réalisé, un simple beffroi a été ajouté ultérieurement. L’intérieur présente de larges baies rectangulaires à vitraux colorés et un mobilier aux formes épurées, soulignées par la voûte aux fermes courbes, sans doute sous l’influence de Le Corbusier. La présence du narthex, traité en hall d’accueil, ouvrant sur le baptistère et la librairie, ou celle des salles de réunion, s’inscrit dans une volonté autant sociale que religieuse.
Précisions : L'église et ses dépendances, à l'exclusion du beffroi ouest, du parking en sous-sol et de sa rampe d'accès (cad. CF 222) : inscription par arrêté du 28 juillet 2005
Adresse : place de Bayonvillers

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1963
Auteur(s) : Dechenaud René (architecte)

Eglise de Frères de Picpus dite Immaculée Conception, dite aussi Eglise catholique allemande

Histoire : En 1856, à l'époque de la grande émigration allemande, un prêtre allemand s'installe au Havre, à la demande du comité de l'oeuvre de Saint-Raphaël pour les émigrants (en 1852, 63 % des 72325 émigrants embarqués au Havre sont allemands, en 1853, 78 % des 54000 émigrants) . En 1865 est posée la première pierre de l'église, dédiée à l'Immaculée Conception, construite sur les plans du chanoine Charles Robert. Un presbytère est également construit. En 1866, l'église est consacrée et une statue de la Vierge est posée sur le toit. La chapelle étant restée inachevée, le comité cède l'oeuvre à la congrégation des Sacrés-Coeurs de Jésus et Marie (Picpus) à charge de l'achever. La façade à deux tours a été construite en 1877, la demande de construction étant déposée par le père Lambert Rethmann. En 1901, 300 Allemands résidaient au Havre. En 1909, le curé de Saint-Michel achète la chapelle et la loue à la société Saint-Raphaël jusqu'en 1914, date où le clergé allemand est interné. L'église reste à la disposition de la paroisse Saint-Michel, qui l'utilise après 1944 jusqu'à la reconstruction de l'église Saint-Michel en 1964. Elle a été démolie en 1970 et remplacée par l'église actuelle
Adresse : 25 rue Jean-Baptiste Eyriès

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1865
Auteur(s) : Robert Charles (architecte)

Eglise paroissiale Saint-Julien

Histoire : L'église paroissiale Saint-Julien-de-Rouelles est attestée en 1035 date où le patronage de l'abbaye de Montivilliers est confirmé ; la nef a été construite au 13e siècle ; le choeur a été reconstruit au 16e siècle ainsi que le porche latéral ; la tour clocher a été élevée au 18e siècle
Adresse : rue Maurice Biard

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 13e siècle ; 16e siècle ; 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Eglise paroissiale Saint-Michel

Eglise paroissiale Saint-Michel
Eglise paroissiale Saint-Michel
Histoire : La 1ère mention de l'église paroissiale Saint-Michel d'Ingouville date de 1248 ; elle devient, après la fondation de la ville du Havre en 1517, l'église métropole dont dépendent les églises Notre-Dame et Saint-François jusqu'en 1791 ; l'édifice actuel est construit à la fin du 15e siècle et au début du 16e siècle, grâce aux dons de Jean Mallet, seigneur de Graville ; en 1838, l'église a perdu son titre paroissial au profit de l'ancienne chapelle du couvent des pénitents, et devient simple chapelle ; en 1917 le lambris de couvrement a été refait ; l'église a été endommagée en 1944 ; lors de la restauration en 1946 ont été découvert 3 chapiteaux de la 2e moitié du 11e siècle, vestiges de l'église primitive
Adresse : rue Saint Michel

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 11e siècle ; limite 15e siècle 16e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Eglise paroissiale Sainte-Cécile

Histoire : En 1910, l'archevêque de Rouen crée une paroisse dans le nouveau quartier de Frileuse ; une chapelle Sainte-Cécile est ouverte au culte le 7 août 1910 ; en 1918 la municipalité du Havre achète à l'architecte William Cargill des terrains sur le lotissement de frileuse pour créer la place de la Liberté ; en 1918, a lieu la pose de la première pierre d'une nouvelle église paroissiale Sainte-Cécile sur des plans de l'architecte Nasuesky ; la bénédiction de l'église achevée sauf le clocher a lieu en 1922 ; en 1929 a lieu la bénédiction du clocher et de la cloche fondue à la fonderie Bolbée d'Orléans ; le clocher ayant été endommagé pendant les bombardements de septembre 1944 et le béton armé éclatant par la rouille des armatures, sa partie supérieure a été démontée en 1976 avec les pinacles autour de l'église ; la première chapelle est connue par des documents figurés
Adresse : place de la Liberté

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1918 ; 1922
Auteur(s) : Nasuesky A. (architecte)

Eglises

Histoire : 10 églises paroissiales ont été fondées dans la ville du Havre ; l'église Saint-Michel-d'Ingouville au 11e siècle est remplacée au 19e siècle par l'ancienne église des Pénitents ; les deux églises Notre-Dame et Saint-François sont fondées au 16e siècle pour la ville neuve ; au 19e siècle le développement des nouveaux quartiers a nécessité la construction d'une série d'églises paroissiales, toutes en style néo-gothique, néo-roman ou néo-byzantin : Saint-Vincent-de-Paul, Sainte-Anne, Saint-Joseph, Sainte-Marie ; le mouvement se poursuit au début du 20e siècle : Saint-Léon et Sainte-Jeanne-d'Arc (non étudiée) ; des églises de confessions diverses ont été fondées au cours du 19e siècle pour les nombreuses communautés étrangères du Havre, la plupart en style néo-gothique : l'église catholique allemande, l'église anglicane, l'église norvégienne, la chapelle évangélique, l'église américaine (non étudiée) ; puis au 20e siècle : la chapelle norvégienne, l'église adventiste (non étudiées) ; les destructions de le seconde guerre mondiale ont entraîné la reconstruction d'un certain nombre d'églises en style dit contemporain, deux églises étudiées, Saint-Joseph et Saint-Michel, les autres non étudiées, Sainte-Jeanne-d'Ac, la chapelle Saint-Thomas-d'Aquin ; des églises du 19e siècle, devenues obsolètes ou en mauvais état ont été détruites et remplacées : Saint-Léon, l'Immaculée Conception, l'église anglicane, non étudiées

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 16e siècle ; 17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle

Ensemble Fortifié (Batterie Jumelée, Batterie de Marine, Batterie d'Artillerie) dite Batterie de la Corvée, Batterie du Clos des Ronces

Histoire : La batterie de marine de la corvée fait partie de la ligne de batteries et points forts construits par l'armée allemande à partir de 1942. Elle comprenait un emplacement d'artillerie par un canon de 380 mm provenant du croiseur Jean Bart, des soutes à munitions, un poste d'observation. Par sa grande puissance de feu, elle a été la cible de bombardements massifs, occasionnant de nombreuses destructions dans le village de Bléville. Cette batterie était accompagnée au sud, au carrefour de la rue Saint-Just et de la rue d'Octeville par des ouvrages, poste de commandement et soutien logistique, comportant un poste de secours type R 118B de la nomenclature Regelbauten, unique au Havre, un abri pour transmission type R 618, un abri pour 2 groupes type R 622, et un abri-puits type R 646, actuellement bouché. Le poste de secours a été reconnu en 1986 intact, mais son accès a été rebouché. L'ensemble est complété par la batterie d'artillerie du Clos-des-Ronces au nord, comprenant 2 casemates de type R 688, des soutes à munitions de type R 674, un abri projecteur type L 411 et des souterrains de liaison entre les ouvrages. Cette batterie à gêné la flotte anglaise de protection pendant le Débarquement de juin 1944

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1943

Entrepôt Commercial

Adresse : 105 rue Cochet

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Entrepôt Commercial

Adresse : 25 rue de la Vallée

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Entrepôt Commercial

Histoire : L'entrepôt commercial a été construit dans le 3e quart du 19e siècle, car il figure sur la vue en ballon du Havre de 1880 avec la même façade qu'actuellement. Peut-être destiné dès l'origine à abriter du matériel de transport (c'est l'ancien siège de la gare routière) , il est à mettre en relation avec les nombreuses compagnies de navigation sur le boulevard de Strasbourg
Adresse : 169 boulevard de Strasbourg

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Entrepôt Commercial

Entrepôt Commercial
Entrepôt Commercial
Histoire : L'entrepôt construit au 18e siècle présente une façade étroite sur plusieurs niveaux de grandes baies superposées, fermées de volets de bois, avec une palan sous l'avancée du toit de la lucarne ; il a été détruit dans les bombardements de 1944
Adresse : 17 ancienne rue Saint Pierre

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Entrepôt Commercial (Entrepôt En Série, Série de 3)

Histoire : En 1920, l'architecte E. Guine dépose une demande de permis de construire 3 magasins ; les tirants comprennent les initiales du fondateur
Adresse : 12 rue Lavoisier

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1920
Auteur(s) : Guine Ed. (architecte)

Entrepôt Commercial (Entrepôt Jumelé)

Adresse : 17 rue des Réservoirs

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques