France   |    
Blason et armoiries de la Rochelle

La Rochelle

Charente-Maritime

Poitou-Charentes

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


La Rochelle

Monuments historiques et bâtiments protégés de la Rochelle

Jardin du foyer Massiou

Adresse : rue Massiou

Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Parc du casino et du mail


Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Epoque : 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Parc Franck Delmas


Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Epoque : 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Parc Charruyer


Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1885
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Jardin botanique dit jardin des Plantes

Adresse : rue Albert 1er ; rue Massiou ; rue d'Orbigny

Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Epoque : 1er quart 19e siècle
Année de construction : 1809
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel Lambertz

Précisions : L'hôtel, y compris ses décors intérieurs, son terrain d'assiette et ses murs de clôture, en totalité (cad. AB 244, 245) : inscription par arrêté du 3 juillet 2007
Adresse : 2 rue Gallieni

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e moitié 18e siècle
Eléments protégés : décor intérieur; mur de clôture

Eglise Saint-André et Sainte-Jeanne-d'Arc de Fétilly

Histoire : Oeuvre de l'architecte Hubert Blanche de Feydeau (église et mobilier), l'église devait faire partie d'une "cité paroissiale" (salle des fêtes, gymnase, bibliothèque), projet non réalisé faute de crédits. La construction de l'église débute en 1935. L'église est construite sur un plan basilical à vaisseau unique (44 mètres sur 24). De chaque côté, deux étroits collatéraux réduits à de simples passages desservent trois chapelles. L'édifice est construit sur une ossature de piliers et d'arcs polygonaux en béton armé. Les formes sont simplement soulignées par des linteaux et des chaînes de béton. Au dessus du porche en plein cintre, Georges Chaumot sculpte dans la pierre de Lavoux, une frise en bas-relief représentant trois évocations de la vie de saint André, qui constitue la seule décoration extérieure. L'intérieur offre un remarquable exemple d'adaptation des principes de l'architecture Art Déco à l'art sacré. La composition spatiale et la décoration répondent à un découpage géométrique de formes simples. Soffino réalise la mosaïque. Georges Chaumot, sculpteur, orne le portail d'entrée. H. Vinet, sculpteur, pour le chemin de croix. Le maître verrier Chigot, associé à Pentecôte de Loix-en-Ré, pour les dix verrières. L. Gouffault, mosaïste, pour la croix en pavé de verre et la mosaïque du choeur. Beauchamp, serrurier, pour la grille des fonts baptismaux. Gorget, serrurier, pour la table de communion. Les ateliers Beauplet pour le carrelage.
Précisions : L'église en totalité, y compris son décor (cad. CH 345) : inscription par arrêté du 27 février 2002
Adresse : rue du Faisan

Type : Monuments historiques ; Label XXe
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1935
Eléments protégés : décor intérieur
Auteur(s) : BLANCHE DE FEYDEAU Hubert (architecte)CHAUMOT Georges (sculpteur)VINET H. (sculpteur)CHIGOT (maître verrier)GOUFFAULT L. (mosaïste)

Préfecture de La Rochelle

Histoire : La préfecture occupe trois hôtels du 18e siècle. Celui qui se situe le plus au sud est une construction élevée en 1785 par Michel Poupet, armateur enrichi par le commerce avec la Louisiane et Saint-Dominique. Le 6 août 1808, Napoléon séjourne dans cet hôtel. L'édifice central, propriété de Jean Lanusse, riche négociant, sans doute bâti sur des structures de la fin 17e ou début 18e siècle, a été transformé vers 1784-1785 et sa façade reprise au 19e siècle pour imiter celle de l'hôtel Poupet. Enfin, le dernier bâtiment, au nord, dit le Pont des Granges, pourrait avoir été édifié antérieurement aux deux autres édifices. En 1814, le préfet achète les hôtels Poupet et Lanusse pour y installer sa résidence et les bureaux de la préfecture. Le dernier hôtel est acheté en 1904 pour agrandir les bureaux. Les élévations sur jardin marquent la différence architecturale entre les trois édifices, et les cours intérieures reflètent le style des façades. Les intérieurs ont été fortement remaniés pour l'aménagement des bureaux. Des travaux de la fin du 18e ou du début du 19e siècle, subsistent les escaliers en pierre avec rampe en fer forgé, et les cheminées Empire avec manteau en marbre sculpté et ornements rapportés sur la hotte. L'aile ouest de l'hôtel Poupet est la seule à avoir conservé intégralement son aménagement d'origine : vestibule à colonnes cannelées et escalier monumental, salon et salle à manger à lambris sculptés, pilastres corinthiens, dessus de porte en stuc ou grisaille… L'hôtel de Pont des Granges conserve un vestibule garni de lambris à panneaux chantournés et une pièce avec parquet Versailles et panneaux sculptés. Ces trois hôtels témoignent des différents types de construction à La Rochelle, du plus somptueux au plus sobre.
Précisions : En totalité, les hôtels Poupet, Lanussé et Pont des Granges, qui constituent la préfecture, y compris le décor intérieur, le jardin avec ses murs de clôture et ses grilles, et le sol de la parcelle (cad. EL 10) : inscription par arrêté du 10 mai 2006
Adresse : 36,38,40 rue Réaumur

Type : Monuments historiques
Epoque : 18e siècle; 19e siècle; 20e siècle
Eléments protégés : décor intérieur ; jardin ; mur de clôture ; grille

Muséum d'histoire naturelle

Précisions : Le muséum en totalité, comprenant les ailes Fleuriau et Lafaille, ainsi que l'ancien évêché (cad. AL 180, 181) : inscription par arrêté du 27 octobre 2003
Adresse : rue Albert-Ier

Type : Monuments historiques
Epoque : 18e siècle; 19e siècle
Année de construction : 1775 ; 1874 ; 1914
Eléments protégés : décor intérieur
Auteur(s) : Masse Claude (ingénieur)Potain Nicolas-Marie (architecte)Nassivet Julien (architecte)

Slip way

Histoire : Slipway construit par les Allemands en 1942-1943, et introduit dans un important dispositif qui comprend la base sous-marine de La Pallice. Le mécanisme provient d'un port néerlendais. Après la guerre, il est affecté à l'entretien des chalutiers de 500 tonnes maximum. En 1959, les mécanismes situés sur la rampe (le ber) sont remplacés, modernisés et complétés. Le slip way comprend une rampe en béton armé, constituée de petits emmarchements, de pente estimée à 5°, large d'environ 15m et longue de quelques 200m dont 120 sous l'eau. Ce plan incliné est équipé de quatre rails, d'une crémaillère centrale et de rouleaux en bois. Elle reçoit deux chariots en IPN rivetés, hissés grâce à deux câbles en acier, reliés chacun à un énorme treuil à moteur électrique. Le ber latéral possède une structure en béton armé à emmarchements successifs, dans laquelle sont noyés sept rails horizontaux et des poulies de renvoi des câbles. Le slip way de La Rochelle constitue un exemple représentatif de ce type d'engin de carénage, qui sont construit dans les grands ports de France et du monde depuis la fin du 19e siècle. Il a conservé tout son équipement (à part la grue) des années 1942-1943 et 1959.
Précisions : Le slip way situé sur le côté sud du bassin à flot extérieur du port de La Rochelle, les éléments bâtis correspondant aux parcelles EH Dpa 47, Dpd 47 et les éléments non bâtis n'étant pas cadastrés : classement par arrêté du 13 décembre 2002
Adresse : 19 quai Louis-Prunier

Type : Monuments historiques ; Label XXe
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1942
Eléments protégés : cale de construction

Groupe scolaire Pierre-Loti

Histoire : Prévu dès 1929, élaboré en 1936, construit de 1938 à 1953 avec diverses interruptions dues à la guerre, oeuvre de Pierre Grizet, cet établissement regroupe aujourd'hui une école élémentaire, une école maternelle, des locaux associatifs et de services, quatre logements de fonction. Il abrite une peinture de l'artiste Gaston Balande (1940). Cet ensemble présente une structure identique à celle du groupe scolaire Paul Doumer, élaboré par Grizet en 1934 (PA000049), qui dira "Paul Doumer est mon ébauche, Pierre Loti, mon chef d'oeuvre". On y retrouve un principe de division en pavillons bas, limités à un ou deux niveaux, ainsi qu'un style relevant de la modernité des années 1930. Les principes fondamentaux de simplification formelle et de refus de la décoration propres au mouvement moderne y sont appliqués, tempérés dans leur rigueur dogmatique par une abondante et épaisse modénature de corniches, de bandeaux et d'encadrements.
Précisions : Tous les bâtiments (y compris le blockhaus) constituant le groupe scolaire, en totalité (cad. AT 6) : inscription par arrêté du 12 février 2002
Adresse : 20 avenue Pierre-Loti

Type : Monuments historiques ; Label XXe
Epoque : 2e quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1939 ; 1953
Eléments protégés : blockhaus ; décor intérieur
Auteur(s) : GRIZET Pierre (architecte)BALANDE Gaston (peintre)

Groupe scolaire Paul-Doumer

Histoire : Construit par la municipalité pour le quartier Saint-Eloi en 1931, le groupe scolaire Paul Doumer sera terminé 18 mois plus tard, puis agrandi en 1953. La forme irrégulière du terrain d'à peine un hectare conditionne la disposition en épis des bâtiments et la création d'une rue intérieure desservant successivement école maternelle, école de filles et de garçons. L'édifice comporte une ossature en béton armé remplie d'une double cloison de briques ; il est recouvert à l'origine d'un jetis tyrolien ocre. L'apparence de l'édifice est celle d'une maçonnerie traditionnelle, avec des formes épaisses, massives et opaques, soulignées par des bandeaux et des corniches débordantes. La façade sur rue montre même un certain hiératisme, particulièrement dans la composition pyramidale du porche d'entrée.
Précisions : L'ensemble des bâtiments constituant le groupe scolaire, en totalité (cad. CS 184) : inscription par arrêté du 12 février 2002
Adresse : 19 rue Gaston-Périer

Type : Monuments historiques ; Label XXe
Epoque : 2e quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1934 ; 1953
Auteur(s) : GRIZET Pierre (architecte)

Ancien hôtel du Commerce

Histoire : Edifices offrant une composition architecturale qui s'inscrit dans un ensemble urbain marqué par une forte unité, en dépit des transformations réalisées au 19e siècle. La façade symétrique à cinq travées, au n°12, est parfaitement conservée avec son décor sculpté, ses menuiseries et ses ferronneries. A l'intérieur subsistent des éléments intéressants comme les deux escaliers et le remarquable salon de la fin du 18e siècle.
Précisions : Pour l'hôtel sis au n° 10, place de Verdun : la façade sud donnant rue Rambaud (n°s 9-11), les toitures et l'escalier ; pour l'hôtel sis au n° 12, place de Verdun : la façade nord donnant place de Verdun, les toitures ainsi que l'escalier et le salon lambrissé du premier étage (cad. AD 98) : inscription par arrêté du 12 décembre 2002 modifiée par arrêté du 3 février 2003
Adresse : 10, 12 place de Verdun

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e moitié 18e siècle
Eléments protégés : élévation ; escalier ; décor extérieur ; salon ; décor intérieur

Porte Maubec

Histoire : La ville de La Rochelle a connu plusieurs enceintes fortifiées successives jusqu'au 18e siècle. La porte Maubec correspond à la période de construction protestante (entre 1590 et 1610) et a été achevée au début du 17e siècle. Elle survit aux destructions suivant le siège de 1627-1628 et à l'édification d'une nouvelle enceinte à partir de 1689. Au cours du 18e siècle, elle est utilisée à des fins privées, avant de servir d'entrepôt pour l'hôpital Saint-Louis au 19e siècle.
Précisions : Porte, ainsi que les vestiges de courtine attenants et le fossé comblé (cad. AK 64) : classement par arrêté du 14 mai 1999
Adresse : 6 rue Saint-Louis

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 16e siècle ; 1er quart 17e siècle
Eléments protégés : courtine ; fossé

Hôtel de Marsan ou Carré de Candé

Hôtel de Marsan ou Carré de Candé
Hôtel de Marsan ou Carré de Candé
Histoire : Ancien hôtel de Marsan entièrement reconstruit à la fin du 18e siècle pour les Carré-Candé selon en plan en U. Surélévation du corps central au 19e siècle. La cage d'escalier comporte des motifs sculptés en stuc : guirlandes, médaillons... Certaines pièces ont conservé leur décor de lambris (néo-classiques pour le salon axial) .
Précisions : Façades et toitures de l'hôtel avec son portail, son grand salon axial et ses boiseries, ainsi que sa cage d'escalier y compris l'escalier et sa rampe de ferronnerie (cad. AC 75) : inscription par arrêté du 24 octobre 1997
Adresse : 14 rue Bazoges

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 18e siècle
Eléments protégés : salon ; décor intérieur ; escalier ; rampe d'appui ; portail ; élévation

Villa Alsace

Histoire : Villa construite en 1914 pour les armateurs Fedel par l'architecte municipal Pierre Grizet ; elle a abrité quelque temps le consulat du Chili. Appuyée contre une tour ronde, elle est recouverte d'une haute toiture largement débordante en ardoise. Le décor des façades opulentes n'est pas exempt de détails légèrement débridés où domine le motif du tournesol.
Précisions : Façades et toitures de la villa, y compris ses vantaux en fer forgé (cad. AR 408) : inscription par arrêté du 11 décembre 1992
Adresse : 7 rue Jeanne-d'Albret

Type : Monuments historiques
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1914
Eléments protégés : élévation ; vantail
Auteur(s) : GRIZET Pierre (architecte)

Bastion du Gabut et rempart

Précisions : Bastion du Gabut et rempart : ensemble des vestiges (cad. EI 212, 215, 216, 218 à 220, 225) : inscription par arrêté du 26 juin 1989

Type : Monuments historiques
Eléments protégés : enceinte ; bastion

Tour Saint-Nicolas

Tour Saint-Nicolas
Tour Saint-Nicolas
Précisions : Tour Saint-Nicolas : classement par arrêté du 17 février 1879

Type : Monuments historiques
Epoque : 14e siècle
Eléments protégés : donjon ; tour

Tour de la Lanterne

Tour de la Lanterne
Tour de la Lanterne
Précisions : Tour de la Lanterne : classement par arrêté du 17 février 1879

Type : Monuments historiques
Epoque : 15e siècle
Eléments protégés : tour

Tour de la Chaîne

Tour de la Chaîne
Tour de la Chaîne
Précisions : Tour de la Chaîne : classement par arrêté du 17 février 1879

Type : Monuments historiques
Epoque : 13e siècle ; 15e siècle
Eléments protégés : tour


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques