France   |    
Blason et armoiries d`Issy-les-Moulineaux

Issy-les-Moulineaux

Hauts-de-Seine

Île-de-France

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Issy-les-Moulineaux

Monuments historiques et bâtiments protégés d'Issy-les-Moulineaux

Ancienne manufacture des Tabacs

Histoire : Manufacture des tabacs construite de 1900 à 1904 par le Service central des Constructions de la Direction générale des Manufactures de l'Etat (tabacs et allumettes) . Elle remplace la manufacture du Gros-Caillou (Paris 7e) , démolie en 1909. L'ingénieur polytechnicien Paul Berdin, chargé du projet, reprend un plan type élaboré au milieu du 19e siècle par l'ingénieur des tabacs Eugène Rolland. Consacrée essentiellement à la confection de cigarettes de luxe pour le marché parisien, la manufacture est désaffectée en 1978. Sa réhabilitation par les architectes François Ceria et Alain Coupel intervient à partir de 1985 : cette opération entraîne la démolition d'un bâtiment d'ateliers sur la rue Maurice-Hartmann et d'un logement sur la rue Michelet, affecté à l'origine à l'ingénieur de la manufacture. Les bâtiments subsistants accueillent un programme mixte de logements de fonction pour le ministère des Finances, de commerces et de bureaux.
Précisions : L'ensemble de la manufacture, sauf les bâtiments en bordure de la rue Hartmann (cad. AD 102 à 105) : inscription par arrêté du 9 octobre 1984
Adresse : 17 rue Ernest-Renan ; rue Georges-Dorie ; rue Maurice-Hartmann

Type : Monuments historiques
Epoque : 1er quart 20e siècle ; 4e quart 20e siècle
Année de construction : 1900 ; 1985
Auteur(s) : ROLLAND E. (maître de l'oeuvre)

Atelier, Magasin de Commerce, Maison (Atelier de Mécanique de Précision)

Histoire : Atelier, magasin de commerce et maison ont été construit simultanément au début du 20e siècle
Adresse : 27 rue Diderot

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Bains Douches

Adresse : place d'Alembert

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1922
Auteur(s) : Delaire Emile (architecte)

Banque de France

Adresse : 15 rue du Général Leclerc

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Brasserie des Moulineaux

Histoire : Construction des bâtiments de fabrication en 1850. Installation de la brasserie en 1864, acquise par la Société des Brasseries et Malteries de France. En 1880, 1881 et 1893, agrandissement des bâtiments et creusement d'un puits par l'entreprise Lippman. 1895, démolition d'une partie des bâtiments pour permettre la construction de la voie ferrée. Devient en 1902 : Société Industrielle de Brasserie et Malterie. Doublement de la superficie entre 1906 et 1909. 1912-1913 : constructions autour de la grande cour. 1918 : création d'une annexe rue du Docteur Lombard. 1919 : nouveaux agrandissements. 1936 : construction de bâtiments disséminés à l'ouest et au sud. Fermeture en 1940. Après 1945, démembrement du terrain, une partie est rachetée par Chausson, l'autre par les laboratoires Substantia. Petit à petit, les bâtiments sont détruits ou transformés, les charpentes métalliques sont démontées dans les années 1950. Bâtiments au sud de la voie ferrée démolis en 1981 pour construire des logements.Brasserie située sur des carrières utilisées comme caves. En 1864, possède 2 hangars ouverts surélevés divisés en 2 bacs dit " rafraichissoirs ". 1903 : force motrice de 400 chevaux. Production annuelle de 60000 hectolitres.1900 : médaille d'or à l'exposition universelle. 1903 : 120 ouvriers, politique sociale avec mise en place d'activités collectives comme la fanfare. 1936 : 220 employés.Existence d'un fonds d'archives privées
Adresse : 139 avenue de Verdun

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 19e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle ; 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1850 ; 1895 ; 1936
Auteur(s) : Lippman (entrepreneur)Delaire Jacques (architecte)

Bureau d'Octroi

Adresse : rue Rouget de L'Isle

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Année de construction : 1907
Auteur(s) : Delaire Emile (architecte)

Centrale Electrique, Usine de Transformation des Métaux (Fonderie de Cuivre, Laminoir) dite Compagnie Electrique, puis dite la Métallurgie Franco Belge

Histoire : Installation de la compagnie électrique du secteur de la rive gauche en 1895, construction d'un atelier et d'un bâtiment accolé au centre du terrain (le plus long serait d'Eiffel) et petites constructions annexes au périmètre ; 1901 doublement des constructions vers le sud, construction de 2 cheminées d'usine 1912, 1914 constructions vers l'est ; 1921 acquisition par la métallurgie franco belge et réaffectation des locaux ; construction de l'infirmerie et de la cantine par les architectes Vazeille et Duron ; 1934 rachat d'un établissement au sud ; développement vers le nord-ouest dans les années 1950 ; fermeture de l'établissement en 1981 ; 1982 : restauration des 2 bâtiments centraux destinés au secteur tertiaire avec démolition du reste.Equipement de production d'énergie très important ; établissement vers 1913 de 2 prises d'eau sur la Seine ; à partir de 1921 travail du cuivre et de ses alliages surtout pour la défense nationale.En 1901 : 2 ingénieurs, 3 responsables et 90 ouvriers (électriciens mécaniciens rouleurs de charbon manoeuvres chauffeurs) , 1938 : 200 employés.Existence d'un fonds d'archives privées
Adresse : 103 quai du Président Roosevelt

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle ; 2e quart 20e siècle ; milieu 20e siècle
Année de construction : 1895
Auteur(s) : Duron Charles (architecte)Vazeille Raymond (architecte)

Château (ancien)

Château (ancien)
Château (ancien)
Précisions : Fontaine : inscription par arrêté du 8 mai 1933
Adresse : 3 rue Berthelot

Type : Monuments historiques
Eléments protégés : fontaine

Château de Childebert ou demeure des abbés de Saint-Germain-des-Prés

Histoire : La demeure des abbés de Saint-Germain-des-Prés, dite " château de Childebert ", peut avoir été construite en partie au 12e siècle ou au 13e siècle. Cette demeure comprenant une ferme fut sans doute agrandie à une ou plusieurs époques indéterminées. Elle fut démolie durant le 3e quart du 19e siècle
Adresse : place de l'Eglise

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 12e siècle (?) ; 13e siècle (?)
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Château du président Talon, puis des princes de Conti

Histoire : Le président Denis Talon acheta en 1681 une propriété à Issy consistant en un terrain sur lequel le précédent propriétaire _Macé Berthrand de la Bazinière avait commencé l'édification d'une maison de plaisance, peut-être sur des plans de l'architecte François Mansart. Il demanda alors à l'architecte Pierre Bullet d'y élever un petit château et aux architectes paysagers André Le Nôtre et Pierre II Desgots d'en dessiner le parc. François-Louis de Bourbon, prince de Conti, achète le domaine en 1699. Il fait modifier, sans doute par Bullet, les façades sur cour et sur parc, et construire l'entrée en hémicycle ainsi que le " petit château " ou " pavillon des bains ". L'ensemble est achevé en 1709. Le château et son parc sont revendus plusieurs fois au cours du 18e et 19e siècle. C'est sans doute durant la première moitié du 19e siècle que sont bâtis le colombier, l'orangerie et le pavillon de l'hémicycle symétrique à celui des bains. Le comptoir central de crédit acquiert en 1860 le domaine dont il lotit le parc en 1866. Durant le conflit de 1870 et 1871, le château est bombardé et incendié, il sera démoli vers 1910. Ne restent aujourd'hui sur place que la moitié la plus récente de l'hémicycle d'entrée, l'orangerie, le colombier et la fontaine. Une petite partie du parc, rachetée par la commune, a été transformée en parc municipal Henri Barbusse. Le sculpteur Rodin racheta le fronton de la façade sur jardin, ainsi que les colonnes de l'avant-corps sur cour, qu'il fit remonter dans sa propriété de Meudon (Hauts-de-Seine)
Adresse : 12 rue Auguste Gervais

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 17e siècle ; 1ère moitié 19e siècle
Auteur(s) : Bullet Pierre (architecte)Le Nôtre André (architecte paysagiste)Desgotz Pierre II (architecte paysagiste)

Complexe Sportif dit le Sport International


Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1869
Auteur(s) : Charpentier Théodore (architecte)Triat Hippolyte (maître de l'oeuvre)Vigoureux Alphonse (architecte voyer)Lévêque A. (maître de l'oeuvre)Barillet Jean-Pierre, dit : Barillet Deschamps (architecte pays

Complexe Sportif dit les Sports Parisiens


Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1874
Auteur(s) : Brunfaut Jules (ingénieur civil)Vallée Henri (maître de l'oeuvre)

Demeure de Marguerite de Valois, séminaire Saint-Sulpice

Demeure de Marguerite de Valois, séminaire Saint-Sulpice
Demeure de Marguerite de Valois, séminaire Saint-Sulpice
Histoire : La demeure dite de Marguerite de Valois peut avoir été construite pour Jean de la Haye qui la possède à la fin du 16e siècle. Marguerite de Valois rachète la demeure en 1609 et y fait bâtir le nymphée avant sa mort en 1615. La première chapelle de Lorette est élevée durant le 4e quart du 17e siècle à l'initiative de M. de Bretonvilliers qui la cède au cure Ollier, fondateur de la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. La chapelle Notre-Dame-de-Toutes-Grâces est bâtie en 1808 sous la direction de Jacques-André Emery, supérieur du séminaire. Les bâtiments de la solitude comprenant une chapelle sont construits en 1842. La chapelle de Lorette, incendiée pendant la Commune, est rebâtie en 1872. Elle est alors inclue entre deux corps de bâtiments. La demeure de Marguerite de Valois est progressivement démolie de 1872 à 1894. Elle est remplacée par un nouveau séminaire construit parallèlement. La grande chapelle est bâtie de 1898 à 1901 sur les plans de l'architecte diocésain Edouard Bérard. Le monument à la mémoire des ecclésiastiques et séminaristes morts pendant la guerre de 1914-1918 fut érigé vers 1920
Adresse : 33 rue du Général Leclerc

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 16e siècle (?) ; 1er quart 19e siècle ; 4e quart 17e siècle ; 1er quart 19e siècle ; 2e qua
Auteur(s) : Bérard Edouard (architecte diocésain)

Demeure du Duc de Gramont ou folie de Gramont

Adresse : rue Ernest Renan

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 18e siècle
Année de construction : 1714
Auteur(s) : Gabriel Jacques V (architecte)

Domaine du séminaire Saint-Sulpice

Histoire : Première propriété citée au 16e siècle. Elle devient propriété de Marguerite de Valois en 1606, puis du Séminaire de Saint-Sulpice en 1655. Ensemble démantelé à l'époque révolutionnaire, recomposé après le concordat de 1801. Importants travaux suite aux dégâts causés par les évènements liés à la Commune de Paris. Subsistent actuellement : le passage voûté aménagé vers 1599 ; le nymphée d'inspiration italienne édifié entre 1609 et 1615 ; le bassin circulaire du 17e siècle ; le bâtiment principal du séminaire reconstruit après 1871 ; la chapelle Notre-Dame-de-Toutes-Grâces construite par des séminaristes en 1808 ; la grande chapelle construite entre 1898 et 1901 par l'architecte diocésain Edouard Bérard (vitraux dûs à Félix Gaudin et Léon Tournel) ; le bâtiment de Lorette construit en 1930, situé dans le parc et accessible par le tunnel, et qui contient la chapelle Notre-Dame-de-Lorette (à l'origine du 17e siècle, mais reconstituée après sa destruction en 1871) ; les bâtiments de la Solitude (dont une chapelle néo-gothique) réalisés en 1842.
Précisions : Ancien séminaire, à l'exception des parties classées (cad. AE 59 ; AT 2, 17 à 19) : inscription par arrêté du 16 février 1996 - Nymphée ; grande chapelle ; chapelle de la Solitude, y compris l'oratoire ; chapelle Notre-Dame de Toutes-Grâces ; bassin circulaire du 17e siècle situé en face du bâtiment principal du séminaire (cad. AE 59 ; AT 2, 17 à 19) ; passage souterrain sous la rue Minard, y compris l'édicule Saint-Joseph (cad. non cadastré) : classement par arrêté du 12 avril 1996
Adresse : 25 à 35 rue du Général-Leclerc ; 17 à 23 rue Minard

Type : Monuments historiques
Epoque : 17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle
Eléments protégés : nymphée ; chapelle ; oratoire ; bassin ; passage couvert ; édicule religieux ; décor intérieur
Auteur(s) : BERARD Edouard (architecte)GAUDIN Félix (maître verrier)TOURNEL Léon (maître verrier)

Eglise Notre-Dame des Pauvres

Précisions : L'église en totalité (cad. V 70) : inscription par arrêté du 13 décembre 2007
Adresse : 27 boulevard Gallieni ; 4-6 rue Charlot

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1954
Auteur(s) : Zack Léon (maître verrier) ; Lombard Jean-Blaise (architecte)

Eglise Paroissiale Notre-Dame-des-Pauvres

Adresse : 6 rue Charlot

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1955
Auteur(s) : Duverdier H. (architecte)Lombard J.B. (architecte)

Eglise Paroissiale Saint-Etienne

Histoire : L'actuelle église paroissiale saint Etienne fut construite de 1634 à 1661, elle a remplacé un édifice sans doute bâti au 11e siècle ou au 12e siècle, agrandi ou reconstruit en 1336 ; l'église endommagée par les troubles de la commune fut restaurée dans les années suivantes ; la restauration s'achève en 1880
Adresse : 5 place de l'Eglise

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 17e siècle

Eglise Saint-Etienne

Précisions : Eglise Saint-Etienne : inscription par arrêté du 10 avril 1929

Type : Monuments historiques

Garage

Adresse : 54 rue Jean-Pierre Timbaud

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques