France   |    
Blason et armoiries de Frontenard

Frontenard

Saône-et-Loire

Bourgogne

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Frontenard

Monuments historiques et bâtiments protégés de Frontenard

Ferme

Histoire : Ferme dont seul le bâtiment des dépendances figure sur le cadastre ancien avec un autre bâtiment à l'emplacement de l'actuelle maison. Son pan de bois à "bâton-rompu" et à "grands pans" ne peut pas être postérieur au 18ème siècle. Le four à droite de la maison pourrait bien appartenir au bâtiment disparu et remonter aussi au 18ème siècle, comme en témoigne son jour circulaire. Selon les propriétaires, la maison remonterait aux années 1850. Le toit à porcs et le deuxième four (car la parcelle a été divisée en deux) ont dût être construits en même temps.
Adresse : 11 rue de la Faye

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle ; milieu 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien avec la maison divisée en trois parcelles d'égale largeur, et des petits bâtiments à l'arrière aujourd'hui disparus. L'un des logis à été habité par un sabotier. Elle remonte vraisemblablement au 18ème siècle, comme en témoignent les lucarnes, les jours circulaires et les linteaux segmentaires délardés. La lucarne du logis de droite a été faite récemment, sur le modèle des autres.
Adresse : Montée Saint-Martin 7

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ancienne ferme viticole figurant sur le cadastre ancien telle qu'elle est aujourd'hui, avec un four sur la droite. Selon l'actuel propriétaire, la partie la plus à gauche aurait accueilli une école libre jusqu'en 1940 (ancien préau visible à gauche sur le cadastre ancien) et la maison est une ancienne cure. Le bâtiment des dépendances est entièrement remanié. Toujours selon le propriétaire actuel, il a servi de théâtre municipal avant de devenir une salle de réunion. La grange accueillait le pressoir avant qu'il soit récemment installé en bordure de route. L'ensemble remonterait au début du 18ème siècle comme en témoignent les ouvertures ovales du four, les lucarnes et l'auvent de la maison, et l'absence de croupe. La partie en retour d'équerre semble dater du 19ème siècle.
Adresse : Montée Saint-Martin 28

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1ère moitié 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien. La tradition locale veut qu'il s'agisse d'une léproserie. Un linteau en accolade confirme les deux dates (1569 et 1578) gravées dans deux poteaux du pan de bois de la façade postérieure. L'entrée de cave pratiquée à l'intérieur de la maison, devant la porte à linteau en accolade a certainement causé la condamnation de cette porte et une modification de l'escalier du grenier sur lequel elle donnait. Un four en brique et pan de bois à chevrons, à étage et sur cave, a été accolé à droite de la maison, sans doute au 19ème siècle. A une époque inconnue, les deux pièces des côtés ont été divisées en deux et celle du centre en quatre. Le bâtiment des dépendances paraît plus récent que la maison mais antérieur au 19ème siècle d'après son pan de bois. On lit l'inscription "FAIT PAR MIGNOT / 17[...]" sur un linteau. Il remonte donc très certainement au 18ème siècle. Des témoins l'ont vu couvert de chaume avant la tuile mécanique.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 16e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle
Année de construction : 1569 ; 1578
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien avec seulement la maison, le bâtiment des dépendances et le four. Ils pourraient remonter au début du 18ème siècle, comme en témoignent le pan de bois à poteaux rapprochés et à "grands pans", les toits à croupe (dont un très haut) et les jours circulaires. La plaque de cheminée indique 1804. L'écurie et le colombier ont probablement été construits dans le 19ème siècle, après 1830 (l'écurie figure sur un plan des ponts-et-chaussées de 1853). Selon le propriétaire, cette ferme a eu un pressoir à vin et a logé jusqu'à six ouvriers. C'est son grand-père qui l'a achetée dans les années 1920 et construit le "vouilleau". Façades et petit pan gauche surélevés (auvents raccourcis) au 20ème siècle. Les toits à porcs en matériau aggloméré et les remaniements de la façade antérieure du bâtiment des dépendances sont de la même époque.
Adresse : Montée Saint-Martin 21

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien, sans les petites dépendances. Elle pourrait remonter au 18ème siècle, comme en témoignent son pan de bois à poteaux rapprochés et son toit à croupe. Le solin visible sur la souche de cheminée prouve qu'elle était primitivement couverte de chaume. Le toit à porcs serait du 19ème siècle, comme en témoigne son pan de bois à chevrons. Le four, entièrement enduit semble dater du 20ème siècle.
Adresse : 12 rue de la Motte

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Ferme ; magasin de commerce ; débit de boisson ; moulin à farine

Histoire : Ferme figurant sur le cadastre ancien. Le four et l'agrandissement du logis de gauche du bâtiment des dépendances n'apparaissent pas et sont donc postérieurs à 1830. L'ensemble semble remonter au 18ème siècle, comme en témoignent les jours circulaires et les linteaux segmentaires délardés. Le propriétaire actuel a retrouvé aux archives que les bâtiments avaient été construits par un chirurgien-barbier de Chalon et qu'ils avaient été divisés en deux parcelles en 1935. Le logis de gauche du bâtiment des dépendances (sur la route) a été une épicerie et celui de droite un moulin. La maison a été un débit de boisson. L'escalier du grenier était primitivement sur la gauche de la maison, accessible par une porte en façade. Puits et lucarnes refaits.
Adresse : Montée Saint-Martin 2, 4, 6

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1ère moitié 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maison

Histoire : Maison figurant sur le cadastre ancien avec un large bâtiment à l'arrière ayant pu abriter les dépendances. Il n'en reste que l'avancée sur la droite de la façade et elle est remaniée. Située exactement en face de l'église, cette maison remonte vraisemblablement au début du 18ème siècle, comme en témoignent les lucarnes archaïques et le toit à croupes. En 1844 elle est propriété de Monsieur Theureau qui la loue à la commune pour accueillir l'école et l'instituteur : "un bâtiment avec aisances et dépendances consistant dans une cuisine, un cabinet, un évier, une autre grande chambre et un autre cabinet à côté, l'usage de la cour ... Le lieu d'aisance se trouvant au soir du bâtiment, une cave, un four, deux carreaux de jardin et un puits" (extrait d'un compte rendu de réunion du Conseil conservé en mairie).
Adresse : Montée Saint-Martin 24

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1ère moitié 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maisons ; fermes


Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 16e siècle ; 17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle

Présentation de la commune

Histoire : Avant de porter ce nom, Frontenard s'est appelé : Frontena, Caroldus de Frontiniaco puis Frontenay. Cette ancienne châtellenie ducale puis royale avait établi son siège sur une motte encore visible depuis la rue des Dames. En 1636 une bande d'Impériaux détruit le village dont il ne reste qu'une maison. La seigneurie passe aux de Truchis au 18ème siècle. Première mention de l'école en 1721. Filles et garçons ont chacun leur école en 1779. En 1828, l'école se trouve derrière l'église, dans une demeure de style Empire. En 1844 elle est transférée face à l'église et en 1848 on crée une école de filles dans l'ancienne. Le bâtiment situé derrière la mairie actuelle est acheté entre 1848 et 1850 pour en faire l'école et la mairie. Eglise en brique du 15ème siècle (choeur et chapelle sud en style gothique flamboyant), agrandie et remaniée aux 18ème et 19ème siècles. En 1830 un seul café était situé au carrefour principal, sur la place du village. Dans la deuxième moitié du 19ème siècle les quatre maisons qui font l'angle (dont l'actuel bâtiment de mairie) étaient des débits de boisson. Le café situé à l'angle de la rue de la Motte et de la rue des Dames, faisait aussi coiffeur et marchand de cycles. Le moulin situé sur la Guyotte ne fonctionnait déjà plus lorsqu'il fut brûlé en 1914. Plusieurs maisons de la Montée Saint-Martin auraient appartenu à des habitants de Seurre et à son hospice. La population était de 553 habitants en 1801, 628 en 1901, 407 en 1954, 280 en 1968 et 220 en 1999. 17 exlpoitations agricoles en 1988. Sources : IGN 3125 O ; Inventaire départemental (A-M. et R. Oursel) ; recherches de Jean-Louis Reynaud et Christian Paccaud.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques