France   |    
Blason et armoiries de Flaumont-Waudrechies

Flaumont-Waudrechies

Nord

Nord-Pas-de-Calais

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Flaumont-Waudrechies

Monuments historiques et bâtiments protégés de Flaumont-Waudrechies

Chapelle Duchesne

Précisions : Chapelle Duchesne (cad. B 367) : classement par arrêté du 15 septembre 1947
Adresse : C.R. 23 ; C.G.C. 123

Type : Monuments historiques

Chapelle de Waudrechies

Précisions : Chapelle de Waudrechies (choeur de l'ancienne église) : inscription par arrêté du 11 janvier 1951
Adresse : R.N. 104 ; R.D. 133

Type : Monuments historiques
Eléments protégés : choeur

Oppidum antique

Précisions : Oppidum antique (cad. B 423, 424, 114) : classement par arrêté du 19 juillet 1979

Type : Monuments historiques
Epoque : Protohistoire

Moulin à blé Jenquenne, puis Dupont, puis usine de taille de matériaux de construction (marbrerie) Rouflette, puis Bayon, puis Charles Cordier

Histoire : Ce moulin appartient à la prévôté d'Avesnes en 1710. En 1813, Mme Vve Jenquenne l'emploie à moudre le blé. L'ordonnance royale du 27 janvier 1830 autorise le sieur Dupont à le conserver. En 1888, le sieur Rouflette sollicite l'autorisation de construire en aval du moulin et dans le prolongement de celui-ci, un nouveau bâtiment (d'une longueur de 33,60 m) à usage de scierie de marbre. Celle-ci est rachetée par M. Maybon vers 1900. Ses deux roues hydrauliques sont remplacées par une turbine vers 1905. L'usine et rachetée vers 1945 par Charles Cordier. Elle fonctionne jusqu'en 1991, date à laquelle la commune l'acquiert. La D. D. E. refait complètement la vantellerie en novembre 2000. La turbine, de type Francis, vient des Ets Singrün à Épinal (Vosges). Elle développait une puissance de 40 CV grâce à une chute d'eau de 2,68 m. Une machine à vapeur, aujourd'hui disparue, suppléait aux baisses de niveau de la rivière. Elle fut remplacée par un moteur de 25 CV actionnant les armures à scier le marbre. Ces armures, ou châssis de scie multilames, en métal et au nombre de 4, proviennent vraisemblablement des Ets Désiré Descamps et Fils à Cousolre (Nord). Chaque châssis permet de débiter un bloc de pierre en tranches d'épaisseur variable, réglable par taquets. L'arbre moteur entraîne par courroie un volant d'inertie dont le mouvement est transmis par un couple manivelle-bielle (en bois) au cadre porte-lames. Celui-ci est alors animé d'un mouvement de va-et-vient. Un système d'engrenages règle la lente descente des lames démunies de dents : c'est leur frottement sur un abrasif composé de sable ou de carborundum mêlé à l'eau qui coupe la pierre. Les autres machines, notamment 2 polissoirs à genouillère, viennent des ateliers Ghilain-Hénaut à Cousolre (Nord). Ils sont mus par des moteurs électriques Legendre (Paris) de 8,5 CV. La scie n°1 vient des Ets Désiré Descamps et Fils à Cousolre (Nord), la scie n°2 des Ets Ghilain-Hénaut à Cousolre (Nord). Deux pont-roulants sont présents sur le site, dont un de marque Wright Hoist (Ohio). Les ferronneries portent la plaque Fernand Caullery à Felleries (Nord). Le site a été desservi par un embranchement ferroviaire sur la ligne Sars-Poteries Avesnes créée en 1901.
Adresse : 5 chemin du Point d'arrêt

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 19e siècle ; 4e quart 18e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1888 ; 1905
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Présentation de la commune de Flaumont-Waudrechies

Histoire : Sur le territoire des communes d'Avesnelles et de Flaumont-Waudrechies, sur la rive gauche de l'Helpe-Majeure, se situe un camp fortifié appelé traditionnellement Camp de César ou Catelet. Il est difficile à étudier aujourd'hui car il a été creusé en son centre par une extraction de dolomite à la fin du XVIIIe siècle. D'après des observations archéologiques faites au XIXe siècle, il semble que l'oppidum soit un retranchement gaulois. La forteresse était formée de deux quadrilatères accolés. Une entrée se situait dans un angle rentrant, à la jonction des deux enceintes. Une motte féodale a ensuite a peut-être été érigée à l'emplacement de l'oppidum. Le site occupe une surface de 13 hectares 60. En 1901, sur la colline située face à ce retranchement, ont été découvertes des tombes à inhumation en cercueils et deux urnes sans doute d'époque mérovingienne. L'existence de Flaumont et de Waudrechies est attestée dès le XIe siècle, Flaumont appartenant alors à l'abbaye d'Hautmont. Waudrechies fait partie de la dotation des chanoines de Saint-Quentin à Maubeuge, dont la fonction est d'assurer le culte par les chanoinesses du chapitre de Sainte-Aldegonde de Maubeuge. La seigneurie banale des deux villages relève de la terre d'Avesnes. L'église Saint-Victor de Flaumont, bâtie en 1545, a subi de profondes modifications entre 1777 et 1789. Seul le porche d'origine est conservé. Elle est à l'origine une succursale de l'église de Sémeries et devient église paroissiale en 1664. Quant à l'église de Waudrechies, elle demeure une dépendance de la paroisse d'Avesnelles. Il n'en demeure aujourd'hui que la chapelle Sainte-Aldegonde, classée monuments historiques en 1951, qui est composée de l'ancien choeur (vers 1613) accolé au portail (vers 1550), transporté à l'entrée du sanctuaire. Les fondations d'une maison forte ont également été mises au jour : il s'agit peut-être de la résidence des chanoines de Saint-Quentin, qui a connu trois phases de construction, du XIVe au XVIIIe siècle. Deux carrières de pierre calcaire (moellons) sont citées sur la commune en 1789 à Flaumont ; un "marbre" gris-noir taché de blanc était également exploité avant 1845. En 1880, le moulin, dont un des bâtiments date encore du XVIIIe siècle, est transformé en moulin à scier le "marbre". Il produit aussi bien des pierres tombales que des cheminées ou de la bimbeloterie. La commune actuelle résulte de la fusion en 1801 des communes de Flaumont et de Waudrechies.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel

Village


Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : Gallo-romain ; Moyen Age ; Temps modernes ; Epoque contemporaine


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques