France   |    
Blason et armoiries d`Épernay

Épernay

Marne

Champagne-Ardenne

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Épernay

Monuments historiques et bâtiments protégés d'Épernay

Hôtel

hôtel
hôtel
Histoire : Hôtel construit dans le 3ème quart du 19e siècle, après le lotissement des anciens remparts (mais antérieurement au plan cadastres de 1868). Le bâtiment de commun de droite a été transformé en magasin de commerce.
Adresse : 7 rue Jean-Moët

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel

hôtel
hôtel
Histoire : Hôtel particulier construit au milieu du 19è siècle.
Adresse : 18 rue Maurice-Cerveaux

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel Biston ; ancien collège ; école primaire du Docteur Verron

hôtel Biston ; ancien collège ; école primaire du Docteur Verron
hôtel Biston ; ancien collège ; école primaire du Docteur Verron
Histoire : Après avoir occupé l'espace de l'ancien château, impasse de l'Ecaille, puis la maison du bureau des Aydes située dans la grande Rue et l'actuelle rue des Minimes, "L'ancien collège" dit encore "le vieux collège" emménage en 1828 dans la maison Biston acquise par la Ville 10 ans auparavant, rue du Docteur-Verron. En 1862, le Collège s'agrandit d'un bâtiment à rez-de-chaussée en fond de cour donnant sur l'actuelle cour Montilleul. Il est surélevé ou reconstruit et étendu au n°6 de la Cour Montilleul avant 1880 ; on construit une chapelle dans son enceinte. Le collège de Garçons demeure dans la maison Biston jusqu'après la Guerre de 1914-1918, pour emménager ensuite dans l'actuel Lycée Léon Bourgeois, situé 29 à 31, avenue de Champagne, conçu par l'architecte Piquart. Après son départ, la bibliothèque et le musée occupent les locaux : l'inauguration de la bibliothèque et du musée préhistorique n'a lieu que le 22 février 1931. Ils sont transférés en 1949 dans le Château Perrier. A partir de 1943, une partie de l'immeuble reçoit les Sociétés Locales avant de devenir l'actuelle école primaire. En 1947, le Centre médico-scolaire s'installe dans le bâtiment arrière donnant sur la Cour Montilleul, remplaçant ainsi le musée. L'aile droite dans la cour du Collège ainsi que le mur de propriété de part et d'autre du portail sont détruits probablement après la première Guerre. Sur le mur pignon ainsi dégagé, sont remontés les vestiges d'une façade Renaissance appartenant à un hôtel particulier (I.S.M.H.) appelé sans preuves maison de Louise de Savoie. Auparavant, cette façade se situait sur la maison, démolie depuis, du 3 rue Flodoard, puis déplacée sur le mur de l'ancien Hôtel de Ville, place Hugues Plomb, depuis 1869. Un escalier extérieur double à montées convergentes a été détruit en 1949.
Précisions : façade Renaissance (cad. 2000 BI 393)
Adresse : 7 rue du Docteur-Verron ; 6, 8, 10 cour Montilleul

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 16e siècle ; 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1828 ; 1862
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel de Billy

hôtel de Billy
hôtel de Billy
Histoire : L'édifice construit au début du 20e siècle est dénaturé par une adjonction latérale 20e siècle à rez-de-chaussée et la perte de ses ornements de faîtage.
Adresse : 37 avenue de Champagne

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel de Rohan, actuellement restaurant

hôtel de Rohan, actuellement restaurant
hôtel de Rohan, actuellement restaurant
Histoire : L'ancien Hôtel de Rohan : l'édifice actuel appartient à la propriété de l'ancien hôtel de Rohan qui aurait été un "pied-à-terre" pour la famille des ducs de Rohan-Soubise et qui semble être devenu ultérieurement la propriété des d'Aubigny, du nom du président du bailliage d'Epernay, maire triennal de la ville au 18e siècle. Selon Alfred Chabaud, une partie de cet hôtel devint une auberge, tenue en 1769 par un certain Remy Vallet. C'est dans cette auberge-relais, qu'on peut localiser à l'emplacement du magasin 28 rue du Général Leclerc que s'arrêtèrent la Princesse de Lamballe puis, en 1791, Louis XVI, à son retour de Varennes. Le 38 rue du Général Leclerc en serait la partie résidentielle de cette auberge. Sa reconstruction dans la 2e moitié du 18e siècle est conforme au nouvel alignement de la rue de Châlons, institué pour la "traverse d'Epernay" (traversée d'Epernay par la route royale), réalisée après 1750 (aménagement de la route royale vers Châlons). Sa date de construction pourrait être située vers 1753 (suppression de la Porte de Châlons) ou vers 1780 (construction des tourelles de la Porte). Les refends de l'appareil de pierre du pan coupé de l'hôtel s'apparentent à celui des tourelles de la nouvelle porte. Dans le cours du 19e siècle, la grande propriété des Rohan fut scindée : une dépendance deviendra le gymnase municipal salle d'exercices physiques qui se trouvait derrière l'école de garçons, près de l'ancien hôtel de ville, et l'hôtel fut transformé en café, qu'on restaura en 1892 (café de Rohan), mais qui est atteint par une bombe en juillet 1918. Sur l'emplacement d'une impasse, une voie nouvelle, nommée rue du Capitaine Deullin, est créée après l'édification de la Poste en 1925.
Précisions : boiseries qui décorent le salon du rez-de-chaussée et les pièces du premier étage : inscription par arrêté du 8 septembre 1949
Adresse : 38 rue du Général-Leclerc ; 2 rue des Berceaux

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 18e siècle
Eléments protégés : salon ; décor intérieur
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel de négociant en vin dit château Mercier puis château de Pékin

hôtel de négociant en vin dit château Mercier puis château de Pékin
hôtel de négociant en vin dit château Mercier puis château de Pékin
Histoire : Un hôtel avec dépendances et caves est construit en 1866 pour le négociant François Abelé de Muller (1811-1876) au lieu-dit le Mont Saint-Joseph. Ce domaine est racheté par Eugène Mercier en décembre 1873, qui fait construire ses caves à proximité. Le nom de Château de Pékin, donné au lieu-dit, apparaît au cadastre de 1860. Ce pourrait être une allusion à l'entrée des troupes impériales de Napoléon III dans la capitale chinoise, à moins qu'il ne vienne de l'éloignement du lieu. Il est encore appelé Château Mercier en souvenir de son propriétaire. Mercier y installe le siège de sa maison de commerce avant qu'il ne le transfère dans l'immeuble du 75, avenue de Champagne. Le sous-sol du Château de Pékin est relié à un réseau de caves à vin, situé à 25 mètres de profondeur sous l'édifice. Après de nombreuses années d'abandon, le château est racheté par un négociant en vins qui le restaure depuis 2000 pour sa représentation commerciale. Une verrière, adossée sur le corps central, côté ouest, a aujourd'hui disparu.
Adresse : 77, 79 avenue de Champagne

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1866 ; 1873 ; 2000
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel de négociant en vin dit château Perrier, appelé ensuite Château Gallice

hôtel de négociant en vin dit château Perrier, appelé ensuite Château Gallice
hôtel de négociant en vin dit château Perrier, appelé ensuite Château Gallice
Histoire : Hôtel dit Château Perrier appelé ensuite "Château Gallice" bâti de 1851 à 1854 par Pierre Eugène Cordier pour le négociant en vins de Champagne Charles Perrier et son épouse Louise Gallice. Sa construction aurait alors coûté 1 million. Charles Perrier y meurent en 1878. Le château Perrier appartient ensuite à Henri Gallice jusqu'en 1930 puis au Vicomte de Cha^tellus qui le vend à la ville en 1943. Un descriptif des locaux et du parc est dressé après leur occupation en 1939 et 1940 par le Royal Air Force par l'architecte Maurice Clauzier. L'édifice abrite ensuite la "bibliothèque municipale en 1947 et le musée en 1950. La bibliothèque est transférée en 1995 à la médiathèque de la Place Hugues Plomb. Des caves profondes se trouvant sous l'immeuble sont vendus à la société de champagne Perrier-Jouët. Manquant d'entretien et en attente d'un projet de restauration, le musée reste actuellement fermé au public. Le parc, dessiné à l'anglaise, après avoir fait l'objet d'un projet d'aménagement de "stade d'instruction physique", est aujourd'hui réaménagé en jardin public. Une grotte a subsisté au n° 6 rue de Verdun. Le parc a été réduit de toute sa partie nord affectée dans le 3e quart du 20e siècle à la construction de logements collectifs.
Adresse : 13 avenue de Champagne

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1854
Auteur(s) : Cordier, Pierre-Eugène (architecte)

Hôtel de négociant en vin dit hôtel Gallice, aujourd'hui Office Régional Culturel de Champagne-Ardenne (O.R.C.C.A.)

hôtel de négociant en vin dit hôtel Gallice, aujourd\
hôtel de négociant en vin dit hôtel Gallice, aujourd'hui Office Régional Culturel de Champagne-Ardenne (O.R.C.C.A.)
Histoire : Hôtel construit d'avril 1898 à 1899, les dépendances jusqu'en 1899, par l'architecte Charles Blondel (prix de Rome d'Architecture en 1896), pour le négociant en vins de Champagne Marcel Gallice et Jeanne Varin, son épouse. Il est inauguré le 3 février 1900. Vendu par Germaine Gallice, dernière descendante de la famille, l'hôtel devient la propriété de la Région Champagne-Ardenne qui y installe le siège de son organisme culturel, l'Office Régional Culturel de Champagne-Ardenne (O.R.C.C.A.).
Adresse : 33 avenue de Champagne

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1898
Auteur(s) : Blondel, Charles (architecte)Grüber, Jacques (maître verrier)

Hôtel de négociant en vins dit hôtel Auban-Moët, actuellement mairie

hôtel de négociant en vins dit hôtel Auban-Moët, actuellement mairie
hôtel de négociant en vins dit hôtel Auban-Moët, actuellement mairie
Histoire : L'hôtel est construit de 1857 à 1858 par l'architecte Victor Le Noir pour le négociant en vins de Champagne Victor Auban et Sidonie Rachel Moët de Romont, son épouse. Après l'échec du projet de reconstruction de l'hôtel de ville place Hugues Plomb, cet hôtel est acheté le 8 février 1920 par la Ville d'Epernay qui le transforme en Hôtel de Ville et l'occupe depuis cette date.
Adresse : 7 bis avenue de Champagne ; 6 rue Jean-Moët

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1857
Auteur(s) : Le Noir, Victor (architecte)

Hôtel de négociant en vins, aujourd'hui bureaux et logements

hôtel de négociant en vins, aujourd\
hôtel de négociant en vins, aujourd'hui bureaux et logements
Histoire : Hôtel construit dans le premier quart du 20e siècle pour Madame Salmon-Mercier dans le style néo-Renaissance italien. Les façades sont altérées par un étage en surélévation datant de la 2e moitié du 20e siècle. Terrasse dominant la rue de Metz porté par un soutènement à arcatures meulière incorporant fabrique de jardin. Cet hôtel est aujourd'hui divisé en bureaux et logements.
Adresse : 43 avenue de Champagne

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1ère moitié 20e siècle
Année de construction : 1909
Auteur(s) : Picard Henri (architecte)

Hôtel de voyageurs ; café du Théâtre ; logements

hôtel de voyageurs ; café du Théâtre ; logements
hôtel de voyageurs ; café du Théâtre ; logements
Histoire : Les propriétés formant la tête de l'îlot compris entre la rue du Pont (actuellement 1 à 3 rue de Reims), la place Thiers (place Mendès-France) et la rue des Mariniers (2 à 8 rue Pierre Sémard), font l'objet d'une adjudication le 15 février 1898, à la suite de la faillite de Messieurs Deullin et fils. De cette vente est issu le projet de construction d'un nouveau théâtre, l'ouverture de la rue du Théâtre qui isole celui-ci et la construction d'un hôtel de voyageurs avec café au rez-de-chaussée. L'hôtel, comprenant une "brasserie du Théâtre" au rez-de-chaussée et des salons de réception est construit dans les premières années du 20e siècle, en même temps que le théâtre. Une partie de l'édifice au n° 3 rue du Théâtre n'a pas vu la construction de ses étages achevée. Les immeubles situés 4 et 6 rue Pierre Sémard semblent avoir été réalisés par le même architecte.
Adresse : 10 place Mendès-France ; 1 à 3 rue du Théâtre

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel de voyageurs ; logements

hôtel de voyageurs ; logements
hôtel de voyageurs ; logements
Histoire : Edifice construit en 1905 siècle par l'architecte Fernand Gallot à usage d'hôtel de voyageur.
Adresse : 1 rue du Docteur-Verron

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : Gallot, Fernand (architecte)

Hôtel dit Château Gérard, puis banque Varin Bernier

Histoire : Hôtel construit dans le 4e quart du 19e siècle pour le banquier, manufacturier et futur maire Charles Gérard, couvrant 268 m2, avec un jardin fermé de grilles, une maison contiguë en location avec cour et jardin. Après l'échec de la construction d'un hôtel de ville sur la place Hugues Plomb, la Ville envisage l'achat de la demeure de Charles Gérard afin de l'affecter à la fonction d'hôtel de ville et confie cette étude en 1896 à l'architecte municipal Dupont. Mais c'est en fait l'hôtel Auban-Moët voisin qui est choisi (acheté par la Ville en 1920). L'hôtel est occupé par un hôpital durant la guerre de 1914-1918. Une réaffectation de l'édifice en un musée de la Guerre est étudiée également en 1920. En avant de cet hôtel, en façade sur la place de la République, subsiste une maison de 104 m2 d'emprise appartenant à Martin Desaint, qui prive l'hôtel Gérard de son dégagement vers la place. Elle est démolie vers 1920. Le Château Gérard est occupé ultérieurement par une banque. L'édifice est démoli en 1971 pour faire place à une succursale bancaire construite par l'architecte Bernard Minot (permis de construire en 1968).
Adresse : 2 avenue de Champagne

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle (détruit)
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel du banquier Henry Raymond Malinet, puis Sous-préfecture

hôtel du banquier Henry Raymond Malinet, puis Sous-préfecture
hôtel du banquier Henry Raymond Malinet, puis Sous-préfecture
Histoire : Immeuble construit par le banquier Henry Raymond Malinet, décédé à Paris en 1918. Cet immeuble semble avoir été construit vers 1850, mais les terrains et le jardin contigu furent formés au 18e siècle. La sous-préfecture s'installe dans cet hôtel, acquis par le Conseil Général en 1930, après avoir occupé place Hugues Plomb l'immeuble Mathieu-Boucart (Locher de Saint-Wallon). Les 2 pavillons symétriques abritant à l'origine des dépendances et encadrant l'entrée ont été surélevés au 20e siècle et réunis par un étage formant pont au-dessus du porche d'entrée et réunis par des ailes au logis principal.
Adresse : 1 rue Eugène-Mercier

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 19e siècle ; 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1850
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel, puis établissement de vins de champagne Piper Heidsieck, actuellement de Venoge.

hôtel, puis établissement de vins de champagne Piper Heidsieck, actuellement de Venoge.
hôtel, puis établissement de vins de champagne Piper Heidsieck, actuellement de Venoge.
Histoire : La maison de champagne Piper Heidsieck installe au 19e siècle des caves sous un hôtel particulier datant de 1810. Depuis 1899 la société de Venoge y poursuit l'activité du négoce de champagne.
Adresse : 30 avenue de Champagne

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle
Année de construction : 1810
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Immeuble

immeuble
immeuble
Adresse : 30 avenue du Maréchal-Foch

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Immeuble

immeuble
immeuble
Adresse : 44 bis avenue du Maréchal-Foch

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Immeuble

immeuble
immeuble
Histoire : Immeuble construit en 1884 (porte la date).
Adresse : 27 rue Jean-Moët

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1884
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Immeuble

immeuble
immeuble
Histoire : Immeuble construit pour Charles Gérard, manufacturier, négociant en vin, banquier et maire d'Eperrnay, établi en mitoyenneté de la manufacture de chapeaux et de casquettes qu'il fait construire en 1866. Celui-ci y réside avant de s'installer dans le "Château Gérard", 2, avenue de Champagne.
Adresse : 24 rue du Docteur-Verron

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Immeuble

immeuble
immeuble
Adresse : 11 place Carnot

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques