France   |    
Blason et armoiries de Dunkerque

Dunkerque

Nord

Nord-Pas-de-Calais

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Dunkerque

Monuments historiques et bâtiments protégés de Dunkerque

Gare

Gare
Gare
Adresse : place Jeanne Hachette

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Gendarmerie

Gendarmerie
Gendarmerie
Histoire : Caserne de gendarmes édifiée vers 1895 par l'architecte pierre Julien Adolphe van Moe, elle n'apparaît pas sur le cadastre de 1888 ; en 1968, elle est transformée en foyer de personnes âgées, appelé les cheveux blancs
Adresse : 44 rue Thiers

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) : Van Moe Pierre Julien Adolphe (architecte)

Hospice

Hospice
Hospice
Histoire : Hospice construit entre 1887 et 1891 sur les plans des architectes Lecoq et Morel

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1891
Auteur(s) : Lecocq Jules (architecte communal)Morel Jean (architecte)

Hôpital

Hôpital
Hôpital
Histoire : Hôpital construit entre 1904 et 1910 sur les plans de l'architecte Jean-Baptiste Maillard, il comporte un hall d'entrée, un bâtiment de services administratifs, plusieurs pavillons et salle d'opération et une chapelle
Adresse : avenue de Rosendaël

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1909
Auteur(s) : Maillard Jean-Baptiste (architecte)

Hôpital (Hôpital Militaire)

Histoire : Edifié en 1674 sur ordre de Louis XIV par Vauban ingénieur militaire ; l'hôpital militaire fut partiellement reconstruit et agrandi en 1694, 1695 à la suite d'un incendie ; en 1777, construction d'un amphithéâtre et d'une salle des morts ; en 1835, extension de l'hôpital sur la rue Jean Bart après rachat de parcelles vacantes ; endommagé durant la première guerre mondiale, des travaux de réfection s'engagent à partir de 1920 ; devenu, vers 1925 hôpital annexe, il est détruit en 1942
Adresse : rue Jean Bart

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 17e siècle ; 4e quart 18e siècle
Année de construction : 1674 ; 1777
Auteur(s) : Vauban Sébastien Le Prestre de, marquis (ingénieur militaire)

Hôpital dit Nouvel Hôpital Saint Julien, puis Hôpital Général de la Charité, puis Hospice Civil de Dunkerque

Histoire : Création du nouvel hôpital Saint-Julien en 1693, dans des maisons louées ; en 1694, achat d'une maison construite en 1690 située à l'angle de la rue Royer et de la rue Poincaré ; en 1702, 1703, construction d'une aile rue Royer, et d'une maison de correction, dite Raspuys ; 1712 : construction de l'aile rue Poincaré ; en 1720 et 1727, plans de Armet, inspecteur aux ouvrages de la ville, pour de nouvelles constructions ; 1734, 1735 : démolition et reconstruction du bâtiment rue Royer, construction de l'aile rue Jean Bart, des bâtiments adossés aux maisons de la rue du château, et de l'aile séparant la cour des hommes de celle des femmes, dues en grande partie à Cornil François Delobel, architecte à Lille, exécution par les maçons Jean Dorp, Jacques Maryn, et le maître charpentier Jean Kyndt ; cet hôpital est conçu pour 800 pauvres ; 1737 : érection en hôpital général, inscription sur la porte ; en 1786, 1787, achat de 2 maisons rue Jean Bart ; en 1840, l'architecte François Napoléon Develle et l'entrepreneur J.B. Angellier reconstruisent le bâtiment de la rue Jean Bart ; en 1842, les mêmes réédifient une partie de la façade rue Poincaré ; en 1860, 1861, achat et appropriation de maisons rue Jean Bart et rue Poincaré ; en 1896, le nouvel hôpital de Dunkerque est achevé à Rosendaël ; en 1902 : démolition des étages de bâtiments rue Royer et de 1909 à 1910 démolition générale ; à cet emplacement s'édifieront l'hôtel des postes et le collège de jeunes filles Lamartine
Adresse : rue du Président Poincaré

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 18e siècle ; 2e quart 18e siècle
Année de construction : 1693 ; 1737 ; 1840 ; 1842 ; 1896 ; 1712
Auteur(s) : Armet (maître de l'oeuvre)Delobel Cornil François (architecte)Develle François-Napoléon (architecte communal)

Hôtel

Hôtel
Hôtel
Histoire : Hôtel probablement édifié dans la 2e moitié du 19e siècle ; il abrite actuellement les locaux de l'inspection académique à Dunkerque
Adresse : 9 rue Nationale

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 19e siècle (?)
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel

Hôtel
Hôtel
Histoire : Hôtel édifié pour P. _Degravier : autorisation de bâtir accordée en 1783. Guirlande du fronton et décor avec cuir de porte cochère sculptés probablement vers le milieu du 19e siècle. Après 1987, l'intérieur des bâtiments est réaménagé, l'escalier disparaît, pour l'installation de bureaux et du cinéma commercial Jean Bart
Adresse : 28 rue Nationale

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 18e siècle
Année de construction : 1783

Hôtel

Hôtel
Hôtel
Adresse : 26 rue Dupouy

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : limite 18e siècle 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel

Hôtel
Hôtel
Histoire : Hôtel édifié entre 1827 et 1888 : la parcelle n'apparaît pas sur le plan de Dunkerque de 1827. Acquis par la Caisse d'Epargne en 1972, qui y transfère son siège en 1973, après transformations intérieures et occupation de la cour par de nouveaux locaux
Adresse : 40 rue du Sud

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle ; 3e quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel

Hôtel
Hôtel
Histoire : Hôtel édifié en 1768, date sur la porte cochère ; enduit de façade, rehaussement de toiture et réaménagement intérieur en bureaux 2e quart 20e siècle
Adresse : 6 rue de Beaumont

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 18e siècle
Année de construction : 1768
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel (Conciergerie)

Histoire : Devis et conditions pour la construction d'une conciergerie en date du 15 mai 1711. Pour libérer un emplacement constructible, destruction de la prison royale en 1712. Les entrepreneurs sont Jacques Picard et Jean Voghelaer, réception des travaux en 1712. Réalisation sans doute partielle, car des devis et conditions de 1777 prévoient la construction de la partie gauche de la façade semblable à la partie existante. Destiné à abriter un officier royal, le bâtiment n'a plus de raison d'être après la Révolution, et sert d'annexe à l'hôtel de ville dont il est mitoyen : les parcelles cadastrales se confondent alors. En 1809, un commissariat de police s'y trouve. Restauration générale de la façade en 1821. Démolition en 1896 pour la construction de l'actuel hôtel de ville
Adresse : rue Clémenceau

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 18e siècle ; 4e quart 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Hôtel de Ville

Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
Histoire : Le premier hôtel de ville a été construit sur la place d'armes en 1233, puis détruit en 1558 dans le terrible sac de la ville par le maréchal de Thermes. Reconstruit sur les ruines du précédent en 1562, il a été orné de splendides vitraux et embelli d'une salle d'audience. Il a été entièrement détruit dans un incendie en 1642, puis rebâti à neuf en 1644. En 1812, un péristyle néo-classique à quatre colonnes doriques a été ajouté en façade. Bientôt insuffisant face au développement considérable de la cité, cet hôtel de ville a été démoli à partir du 4 août 1896 pour laisser la place à l'édifice actuel. La reconstruction en a été confiée à l'architecte Louis-Marie Cordonnier. La pose de la première pierre a eu lieu le 30 mai 1897. L'édifice a été inauguré le 17 septembre 1901 en présence du président Emile Loubet et du tsar Nicolas II. Après les dommages causés par la Seconde Guerre mondiale, les travaux de restauration, de 1948 à 1957, ont été confiés au fils de l'architecte, Louis-Stanislas Cordonnier. Toitures et charpentes ont subi des modifications significatives (simplification de la décoration, reconstruction en béton des charpentes). Les bâtiments en retour des façades latérales ont été démolis. Les sculpteurs Georges Turck, Edgar Buisine, Auguste Peene, Edgar Boutry, Robert Coin et les peintres Robert Chapele, Pierre-Paul Desrumaux, Turpin Buisine ont participé à la reconstruction. En 1974, une aile sud est venue compléter l'hôtel.
Précisions : La porte Jean-Bart, dans la cour intérieure de l'Hôtel de Ville (cad. XM 112) : inscription par arrêté du 6 janvier 1989 - Pour les parties extérieures de l'hôtel de ville : le beffroi, les façades et toitures y compris celles de la cour intérieure, à l'exception des extensions contemporaines ; pour les parties intérieures de l'hôtel de ville : le hall et l'escalier d'honneur (y compris la rampe et la verrière), le couloir de desserte du premier étage, les salles d'apparat du premier étage (la salle de la rotonde, la salle des mariages, la salle du Conseil, la salle des commissions) avec leur décor (cad. XM 293) : inscription par arrêté du 4 mars 2002
Adresse : place Charles-Valentin ; Faulconnier (rue) ruelle aux Pommes ; rue Michel-de-Swaen

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 17e siècle ; 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle
Année de construction : 1688 ; 1897
Eléments protégés : beffroi ; vestibule ; escalier ; rampe d'appui ; salle des mariages ; salle du conseil ; élévation ; décor intérieur ; porte
Auteur(s) : Cordonnier Louis-Marie (architecte) ; Cordonnier Louis-Stanislas (architecte) ; Gaudin Félix (maître verrier) ; Caffieri Philippe (sculpteur) ; Caffieri Jacques (sculpteur) ; Turck Georges (sculpteur)

Hôtel de Ville

Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
Histoire : Contrairement aux affirmations habituelles, il parait douteux qu'un hôtel de ville ait été érigé au 13e siècle, les représentations graphiques font penser à une construction du 14e ou du 15e siècle. Incendiée en 1558, restaurée en 1562, tourelle sans doute construite au 16e siècle. Incendié en 1642, restauration radicale et mise au goût du jour en 1644, et non construction ex-nihilo d'un nouvel hôtel de ville, suivant l'opinion courante. En 1808, l'architecte Benjamin Dewarlez Lepers présente les plans d'une nouvelle façade, précédée d'un péristyle de 4 colonnes, exécutée en 1811-1812 par Fontaine et Vasseur, la tourelle est abattue en 1837. L'existence d'une chapelle est attestée au 19e siècle. Construction d'un nouvel hôtel de ville au même emplacement : devis et plans de l'architecte Louis-Marie Cordonnier en 1895, destruction de l'ancien hôtel de ville en 1896 et construction de 1897 à 1901 par l'entrepreneur lillois Emile Rouzé. Décor sculpté par Georges Turck et Edgar Buisine, de Lille. Peintures et graffite par Turpin Buisine, peintre décorateur à Lille. Réaménagement du grand escalier et des salles du 1er étage après 1920. Bombardement en 1940. Restauration en supprimant un certain nombre d'éléments pittoresques (lucarnes, pignons, amortissements, crête, sculptures) , reconstruction des ailes latérales (rue Faulconnier, quai des Hollandais) , par l'architecte Louis Cordonnier, fils du précédent, de 1948 à 1957. Plaque commémorative de la construction et de la restauration. La façade porte la date 1900
Adresse : place Charles Valentin

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 14e siècle, 15e siècle (?) ; 16e siècle (détruit) ; 2e quart 17e siècle (détruit) ; 1er quart 19e si
Année de construction : 1900
Auteur(s) : Dewarlez Lepers Benjamin (architecte)Cordonnier Louis Marie (architecte)Cordonnier Louis (architecte)

Hôtel de Ville

Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
Histoire : Hôtel de ville construit entre 1934 et 1936 sur les plans des architectes lillois Doisy et Galland ; après les bombardements de mai 1940 seul subsiste le beffroi ; reconstruction après guerre
Adresse : place des Martyrs de la Résistance

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle ; 2e moitié 20e siècle
Auteur(s) : Doisy Gaston (architecte)Galland Louis (architecte)

Hôtel de Ville

Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
Histoire : Oeuvre des architectes Arthur Gontier et Marc Honoré, l'hôtel de ville fut construit entre 1899 et 1903. Furent d'abord élevés, entre 1899 et 1901, le corps principal de bâtiment et trois travées de chaque aile. Les deux ailes furent prolongées entre 1901 et 1903
Adresse : place Ferdinand Schipman

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : limite 19e siècle 20e siècle
Auteur(s) : Gontier Arthur (architecte)Honore Marc (architecte)

Hôtel de l'Armateur

Précisions : Façade et toiture sur rue ; escalier intérieur avec sa cage ; tour de guet (cad. XM 247) : inscription par arrêté du 21 décembre 1984
Adresse : 15 rue Faulconnier

Type : Monuments historiques
Epoque : 18e siècle
Eléments protégés : escalier ; tour ; élévation ; toiture

Hôtel dit Maison de l'Armateur

Hôtel dit Maison de l\
Hôtel dit Maison de l'Armateur
Histoire : Hôtel édifié en 1748 (date portée) , pour Jean-Etienne de Closal, lieutenant du siège royal des _traités et négociant. Les entrepôts, écuries, buanderie et citernes dans la cour sont détruits au 19e siècle, actuelle aile sur cour du 19e siècle. Rez-de-chaussée transformé par l'installation d'un commerce après 1945. Restauration de tout l'édifice, à la suite de son acquisition par la ville, par Charles Waldschmidt, architecte des Monuments historiques en 1978. Abrite actuellement certains services de la mairie. Sculpture de saint Julien l'Hospitalier provenant de l'hôpital Saint-Julien. Dans la cour, la tour de guet est le seul vestige de l'hôpital Saint-Julien mitoyen
Adresse : 15 rue Faulconnier

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 18e siècle ; 19e siècle ; 4e quart 20e siècle
Année de construction : 1748

Hôtel, Intendance dit Hôtel de l'Intendance de Terre

Histoire : Depuis la fin du 16e siècle, succession de plusieurs jeux de paume à cet emplacement. En 1741, construction de 2 maisons par Taverne de _Mus. En 1759, vente à la ville d'une grande maison inachevée en forme d'hôtel, et de 2 maisons situées de part et d'autre du passage d'entrée. De 1758 à 1765, fin de la construction et appropriation à usage d'intendance par le maître maçon Pierre Naninck sur les plans de l'architecte Pierre Patte. En 1779, aménagements intérieurs et paysagers, par l'architecte Goubert. En 1785, construction d'une chapelle, dans le jardin, démolie avant 1849. En 1791, location des bâtiments : Henry Mather, négociant, y crée une manufacture d'étoffe, fonctionnant jusqu'en 1796. En 1803, installation de la sous-préfecture. De 1808 à 1814, la chambre de commerce occupe une partie des locaux. En 1863, le belvédère est abattu par un orage. En 1899, transfert des services dans la nouvelle sous-préfecture rue de l'Ecluse de Bergues. L'école d'hydrographie occupe le bâtiment en 1910. Démolition en 1911 pour la construction de l'Institut Dunkerquois
Adresse : rue du Jeu de Paume

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : milieu 18e siècle ; 3e quart 18e siècle
Auteur(s) : Taverne de Mus (?, maître de l'oeuvre)

Hôtel, Musée dit Hôtel Benjamin Morel

Hôtel, Musée dit Hôtel Benjamin Morel
Hôtel, Musée dit Hôtel Benjamin Morel
Histoire : Le terrain du couvent des bénédictines anglaises est vendu à des particuliers en 1796. Benjamin Morel, député du Nord, fait construire un hôtel particulier entre 1825 et 1835, dans un grand parc paysager comprenant une orangerie, de nombreux chemins, un petit pont, une maison de concierge et une maison de jardinier à usage de bûcher. Ses héritiers vendent celui-ci à la ville en 1861. Le mont de piété s'y installe de 1862 à 1872. De 1863 à 1940, le parc à l'anglaise est ouvert au public sous le nom de jardin de la Ville. De 1873 à 1878, l'architecte de la ville François-Napoléon Develle et l'entrepreneur E. Madelaine approprient le bâtiment pour la création d'un musée et d'une bibliothèque, et lui accolent une galerie de tableaux. Projets de Jules Lecocq, architecte de la ville, en 1890, 1894, 1895, pour une nouvelle galerie. De 1908 à 1911, construction de 2 autres galeries et rhabillage de la 1ère par l'architecte David Bonpain, avec l'entrepreneur Auguste Thyrou et le sculpteur André Laoust. Après les dégâts de la guerre de 1914-1918, projet de reconstruction partielle en 1928 par l'architecte de la ville Georges Poulain. En 1929, incendie de l'hôtel. Reconstruction par Poulain en 1930-1933, avec l'entrepreneur T.H. Eloy, en conservant les murs latéraux, le grand escalier, les caves. Après 1945, démolition des galeries de tableaux, aménagements intérieurs de l'ancien hôtel devenu bibliothèque et service des archives municipal par l'architecte A. Stevens, de 1966 à 1972. Sur une partie du parc, maintenant fermé au public, construction d'un musée des Beaux-arts de 1968 à 1973 par les architectes François _Debener, Jean-Jacques Roubeaud et Roger Angot
Adresse : rue Benjamin Morel ; place du Général de Gaulle

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle ; 2e moitié 19e siècle (détruit) ; 1er quart 20e siècle (détruit) ; 2e quart 20e
Année de construction : 1973
Auteur(s) : Develle François-Napoléon (architecte communal)Bonpain David (architecte)Poulain Georges (architecte communal)Debever François (architecte)Roubeaud Jean-Jacques (architecte)Angot Roger (architecte)


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques