France   |    
Blason et armoiries de Dole

Dole

Jura

Franche-Comté

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Dole

4.45
3753Dole est une ville de 23900 habitants, située dans le département du Jura et la région de la Franche-Comté en France. Les habitants de Dole s'appellent les Dolois et les Doloises. Dole possède 98 bâtiments inscrits au registre des monuments historiques.

Population23900 habitants
GentiléDolois, Doloises
Superficie3223 hectares
Densité741 hab/km²
Altitude231 mètres
Code Postal39100
Code INSEE39198

038479xxxx038479xxxx
MaireJean-Claude WAMBST
MairieMairie de Dole
Place de l'Europe
39100 DOLE
Téléphone0384797979
Fax0384797980
Site web

Fiche consultée 3753 fois

Cartes postales anciennes de Dole

Caserne BernardDole - La Collégiale vue des bords du DoubsDepuis les Abattoirs

Avis sur Dole


Donnez votre avis sur Dole

Monuments historiques et bâtiments protégés de Dole

Carrière, usine de chaux, actuellement maison, atelier

Histoire : A partir de 1837, des autorisations de construction de fours à chaux aux lieux-dits les Grandes Carrières et les Perrières sont accordées à François Decoursières, Jean-François Thibert, Degais et François Besson (propriétaire en 1856 de fours face à la gare, abandonnés vers 1867 pour l'usine de chaux et ciment établie au lieu-dit Saint-Martin) . Installé par la suite, Jean-Baptiste Roy (tuilier à la Bedugue) cède ses fours des Grandes Carrières et ceux près du "pont tordu" à Armand-Florentin Bosne, propriétaire d'une briqueterie avenue de Landon. Celui-ci fait construire le four à chaux actuel et deux maisons. Il leur ajoute un bureau vers 1912. Eugène Bosne vend l'ensemble vers 1922 à Camille Monin (qui fait faillite en 1930) . Parallèlement existe un atelier de tailleur de pierres : la carrière se compose d'une couche de pierre à chaux surmontant la pierre à bâtir. En 1936, Sébastien Faccenda achète la propriété et arrête le four qui est partiellement démoli pendant la guerre, alors que le matériel est démonté. Après la Seconde Guerre mondiale, la carrière est louée pendant quelques années à l'entreprise dijonnaise Ory, qui en extrait la pierre servant à la reconstruction des frontons des salines d'Arc-et-Senans. Durant cette période, la veuve Faccenda fabrique des parpaings de béton dans le bâtiment du four. Vers 1946, une habitation est édifiée sur le haut du four. En 1948, le fils de Mme Faccenda, Jean, s'établit à son compte comme tailleur de pierres. La même année, un projet de réutilisation du bâtiment pour installer une fabrique artisanale de savon demeure sans suite. Toutefois, de 1960 à 1984, celui-ci est utilisé comme cave d'affinage de gruyère par des négociants de Marnoz. Actuellement, seul subsiste en activité l'atelier de tailleur de pierres de Jean Faccenda. Scie à fil Perrot-Aubertin (Cabourg) . 4 ou 5 personnes employées au four vers 1930.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 2e quart 20e siècle

Vidéos de Dole

Chargement...