France   |    
Blason et armoiries de Coisy

Coisy

Somme

Picardie

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Coisy

Monuments historiques et bâtiments protégés de Coisy

Château

Château
Château
Histoire : Le château de Coisy est un ensemble hétérogène remontant en partie au 17e siècle. La partie la plus ancienne est le corps de logis occidental dont la façade antérieure, de style Louis XIII, date de la première moitié du 17e siècle. La façade postérieure, en craie, avec deux petites ailes en retour, fut refaite à la fin du 17e ou au 18e siècle. Les caves en craie voûtées en berceau sont également de cette époque. L'ensemble de ce corps de logis a subi d'importants remaniements à la suite de la Première Guerre mondiale : la partie centrale a été abattue et remplacée par une pergola aménagée en 1935, et la distribution intérieure a été modifiée dans la 2e moitié du 20e siècle. Auparavant, le logis avait été agrandi au 19e siècle avec la construction d'une nouvelle aile à l'est, plus haute d'un étage. Quant aux dépendances, l'écurie au sud-est remonte sans doute au 18e siècle avec son alternance de briques et de pierres. Elle a été complétée au 19e siècle par un bâtiment perpendiculaire, en briques. Enfin, au nord du château s'élève une ferme qui en était à l'origine dépendante : elle comprenait un logis, un pigeonnier, des granges et des étables.
Adresse : 13 rue du Priez

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 17e siècle ; 19e siècle
Année de construction : 1935
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Cimetière

Histoire : Le cimetière, situé autour de l'église jusqu'au 19e siècle, fut déplacé à son emplacement actuel en 1844, en application d'une délibération du conseil municipal prise le 23 mai 1841 " pour cause d'hygiène et de salubrité publique ". En 1858, le cimetière abritait trois concessions à perpétuité consenties aux familles Garçon-Picart, Letierce (vendeurs du terrain) et à Mlle Saguez, bienfaitrice de l'église. La famille Saguez fit édifier son tombeau vers 1879 par le marbrier Lamolet (Amiens, Saint-Acheul) . La plupart des tombes sont l'oeuvre de marbriers amiénois. L'une d'elles porte la signature de V. Guérard, marbrier à Camon (3e quart 19e siècle) .
Adresse : route de Bertangles

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1844
Auteur(s) : Guérard V. (marbrier)Salameaux (?, marbrier)Dutry (marbrier)Lesot (marbrier)Lamolet (marbrier)

Eglise paroissiale de la Nativité de la Vierge

Eglise paroissiale de la Nativité de la Vierge
Eglise paroissiale de la Nativité de la Vierge
Histoire : En 1853 commença la reconstruction de l'église paroissiale de Coisy, sous la direction de l'architecte amiénois Victor Deleforterie. Les matériaux de l'ancienne église furent remployés comme fondations pour la nouvelle. Le décor sculpté fut réalisé par Firmin. En décembre 1854 le gros oeuvre était achevé, pour un coût de 33 500 francs environ. L'église de Coisy devint ainsi la première église néo-gothique du canton de Villers-Bocage. Par la suite, le cabinet Deleforterie intervint dans plusieurs autres paroisses du canton. En 1876 la flèche du clocher, renversée par un ouragan, fut reconstruite par l'entrepreneur Henri Sauvé sur les plans de Deleforterie père et fils. La toiture de la nef et du choeur est récente, l'église ayant ainsi perdu la dentelle et les épis de faîtage en zinc exécutés par Merlin en 1854.
Adresse : rue Manon-Lescaut

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1853
Auteur(s) : Déleforterie Victor (architecte)Firmin (sculpteur)

Jardin d'agrément du château de Coisy


Type : Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable)
Epoque : 18e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Mairie-école

Histoire : Une première école fut établie en 1823 dans l'étable du presbytère, bâtiment en torchis que l'on pourvut d'une cheminée, de deux portes et de deux fenêtres (devis dressé par Antoine Sauvé et Casimir Dupont, charpentiers à Allonville) . A la suite d'un incendie en 1839, la commune dut la reconstruire. En 1882 cette école fut jugée insuffisante : elle ne comportait qu'une seule pièce, humide et mal éclairée, sans logement pour l'instituteur. Un nouveau projet de mairie-école fut alors établi par l'architecte amiénois Paul Deleforterie (dont le père avait reconstruit l'église de Coisy en 1853) . Les travaux, exécutés par Mercier, entrepreneur à Vignacourt, sur un emplacement voisin de l'ancienne école, furent achevés en 1884 pour un coût d'environ 30 000 francs. L'un des vestiaires qui flanquaient la salle de classe a été abattu en 1998.
Adresse : 10 rue Manon-Lescaut

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1884
Auteur(s) : Déleforterie Paul (architecte)Mercier (entrepreneur)

Maisons et fermes

Histoire : Les maisons et fermes repérées sur la commune de Coisy datent du 19e siècle et de la première moitié du 20e siècle. Elles sont représentatives d'un habitat rural assez pauvre, employant essentiellement le torchis (une seule maison repérée, construite vers 1900 est en brique) . La seule date portée recensée sur la commune est incomplète : " 18... ".

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 19e siècle ; 20e siècle

Présentation de la commune de Coisy

Histoire : Coisy apparaît sous la forme " Choisy " dans un texte de 1156. C'était le siège d'une seigneurie dont le plus ancien titulaire connu est Arnoul de Choisy, au 12e siècle. Une autre seigneurie existait à Flesseroles, écart lui aussi mentionné dès le 12e siècle : un prieuré y avait été fondé vers 1150, qui dépendait de l'abbaye d'Anchin, puis à partir de 1562, de l'abbaye de Corbie. Mais cet écart a entièrement disparu. Quant au château de Coisy, il fut reconstruit au 17e siècle, et remanié au 19e et au 20e siècle. L'église ayant pour sa part été refaite en style néo-gothique en 1853-1854, il ne reste aucun vestige du passé médiéval de Coisy, hormis une cloche du 15e siècle. Le village remonte pour l'essentiel au 19e siècle, époque de son apogée démographique (586 habitants en 1844) . Plusieurs incendies touchèrent la commune dans les années 1830, détruisant les deux tiers des habitations. Une partie de la population était alors formée d'ouvriers travaillant pour les usines textiles d'Amiens, frappés par l'exode rural à partir de la deuxième moitié du 19e siècle. En revanche, la Rue Neuve (vers Cardonnette) était habitée vers 1830 par de gros cultivateurs ayant des troupeaux importants.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques