France   |    
Blason et armoiries de Châtenois-les-Forges

Châtenois-les-Forges

Territoire de Belfort

Franche-Comté

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Châtenois-les-Forges

421
1998Châtenois-les-Forges est une commune de 2728 habitants, située dans le département de Territoire de Belfort et la région de la Franche-Comté en France. Les habitants de Châtenois-les-Forges s'appellent les Châtenais et les Châtenaises. Châtenois-les-Forges possède 2 bâtiments inscrits au registre des monuments historiques.

Population2728 habitants
GentiléChâtenais, Châtenaises
Superficie867 hectares
Densité314 hab/km²
Altitude340 mètres
Code Postal90700
Code INSEE90022

038429xxxx038429xxxx
MaireJean-Claude Mathey
MairieMairie de Châtenois-les-Forges
84 rue du Général de Gaulle
90700 CHATENOIS LES FORGES
Téléphone0384294067
Fax0384294672

Fiche consultée 1998 fois

Avis sur Châtenois-les-Forges


Donnez votre avis sur Châtenois-les-Forges

Monuments historiques et bâtiments protégés de Châtenois-les-Forges

Usine de matériel d'équipement industriel Vermot, puis des Ateliers de Constructions mécaniques Essieux et Ressorts, puis de la Société générale des Ressorts, actuellement Allevard Ressorts Automobile

Histoire : Acquéreurs de l'ancien fourneau de Châtenois-les-Forges en 1867, MM. Vermot et Lehmann y implantent un "atelier de conformation du fer" comprenant une forge et fabriquant, peut-être dès le début, des essieux de voiture. La vocation industrielle du site est attestée en 1655, date à laquelle un fourneau est dit en reconstruction. Acheté comme bien national à la Révolution par J.F. Viellard et C. Antonin, le fourneau produit, associé à celui de Belfort, 1000 tonnes de fonte en 1797 et 1700 tonnes en 1831. Acquis par la Cie des Forges d'Audincourt (25) en 1833, il est exploité jusqu'en 1856, puis cédé 11 ans après à MM. Vermot et Lehmann. Le fourneau est vraisemblablement détruit, et la nouvelle usine métallurgique se développe durant le dernier quart du 19e siècle sous le nom de Charles Vermot. L'essor de l'automobile offre de nouveaux débouchés, comme la fabrication d'essieux estampés et de ressorts de suspension. Des travaux d'agrandissement sont menés par l'entrepreneur belfortain Tournesac vers 1918 (atelier de tournage, four à ressorts, forge, salle des machines et centrale électrique) . Trois cités ouvrières sont bâties dans la première moitié du 20e siècle. La première, située rue du Commandant Prince, comprend alors 13 maisons de deux logements ; elle a été construite en 1917-1918 par l'agence d'architecture montbéliardaise Walter et Bernard et l'entreprise Tournesac. La seconde cité comprend quatre maisons rue du Maréchal de Lattre de Tassigny et la troisième compte 18 maisons, rues de la République et Bernard Marré. En 1927, la raison sociale apparaît sous la dénomination de société anonyme Usines Ch. Vermot, Valère Mabille et R. Pelgrims. En 1941, la société prend pour nom Ateliers de Constructions Mécaniques, Essieux et Ressorts (ACMER) et exploite une seconde usine à Saint-Dizier (52) . En 1972, ACMER fusionne avec la Manufacture Générale des Ressorts (MGR) et devient Société Générale des Ressorts (SGR) , délaissant la fabrication des essieux pour celle des ressorts. Les deux logements patronaux ont été acquis par la commune, respectivement en 1982 et en 1994. Le château Vermot a été converti en salle des fêtes et centre socio-éducatif. Le chalet Vermot semble avoir été construit d'après les plans de l'agence d'architecture Walter et Bernard datés 1912 (ils présentent une variante de l'état actuel) , par l'entreprise Tournesac. Il a été transformé en centre d'accueil pour la petite enfance. L'usine a été divisée en deux entités, aujourd'hui occupées par deux sociétés : Allevard Ressorts Automobiles et Styria Ressorts Véhicules Industriels.Deux patouillets et un bocard sont encore mentionnés en 1860. Présence de turbines en 1867, d'une machine à vapeur de 30 ch en 1885 et d'une autre de 70 ch en 1893, d'un moteur diesel (500 HP) en 1917 et d'un mouton de 2000 kg installé en 1920.40 personnes en 1870, 80 en 1885, 250 en 1952, 340 en 1961, 270 en 1969, 427 en 1983, 340 en 1987, 270 en 1992.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle ; 20e siècle

Vidéos de Châtenois-les-Forges

Chargement...