France   |    
Blason et armoiries de Bordeaux

Bordeaux

Gironde

Aquitaine

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Bordeaux

Monuments historiques et bâtiments protégés de Bordeaux

Ancien Entrepôt, dit Entrepôt Lainé

Précisions : Entrepôt (ancien) , dit Entrepôt Lainé (cad. E 80) : inscription par arrêté du 25 janvier 1973
Adresse : place Lainé

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1820 ; 1830

Ancien Hôtel Marbotin

Précisions : Les façades et toitures (cad. C 532) : inscription par arrêté du 21 juillet 1967
Adresse : 28 rue Blanchard-Latour

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 18e siècle
Année de construction : 1770
Eléments protégés : élévation ; toiture

Ancien Hôtel Pichon-Longueville

Précisions : La façade sur rue (y compris le balcon en fer forgé, les vantaux et le heurtoir de la porte) et la toiture : inscription par arrêté du 22 mars 1930
Adresse : 9 rue Poquelin-Molière

Type : Monuments historiques
Epoque : 1ère moitié 18e siècle
Eléments protégés : balcon ; porte ; élévation ; toiture ; vantail

Ancien Hôtel Raba

Précisions : Hôtel Raba (ancien) (cad. Q 21) : classement par arrêté du 7 mars 1975
Adresse : 67 cours Victor-Hugo

Type : Monuments historiques
Epoque : 18e siècle

Ancien Hôtel Saint-Marc

Histoire : Bâti par le marquis de Saint-Marc, collectionneur, pour y loger sa galerie de tableaux.
Précisions : Hôtel Saint-Marc (ancien) : classement par arrêté du 23 juillet 1921
Adresse : 91 cours d'Albret

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e moitié 18e siècle
Eléments protégés : décor intérieur

Ancien Hôtel de Ville

Ancien Hôtel de Ville
Ancien Hôtel de Ville
Précisions : La porte et les tours, dites de la Grosse Cloche : classement par arrêté du 12 juillet 1886
Adresse : rue Saint-James

Type : Monuments historiques
Eléments protégés : porte ; tour

Ancien Hôtel de l'Octroi, dit Hôtel de Ragueneau

Ancien Hôtel de l\
Ancien Hôtel de l'Octroi, dit Hôtel de Ragueneau
Précisions : Les façades sur cour ; les façades sur la rue du Loup, y compris le mur de clôture de la cour et son portail ; les versants de toitures correspondants (cad. P 870) : classement par arrêté du 22 mai 1964
Adresse : 71 rue du Loup

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 17e siècle
Année de construction : 1643
Eléments protégés : enclos ; cour ; portail ; élévation ; toiture
Auteur(s) : Léglise Pierre (maître de l'oeuvre)

Ancien Magasin des Vivres de la Marine

Histoire : L'ancien magasin des vivres, d'architecture néoclassique, était autrefois situé le long de la Garonne. La construction des quais à la fin du 19e siècle l'a éloigné du fleuve.
Précisions : Façades et toitures du grand bâtiment, du pavillon dit Garage de la Marine et du pavillon dit Abattoir de la Marine (cad. SA 16 ; GL 25 à 28) : classement par arrêté du 22 mars 1991
Adresse : 1 rue Achard ; place Victor-Raulin

Type : Monuments historiques
Epoque : 4e quart 18e siècle
Année de construction : 1786
Eléments protégés : garage ; élévation
Auteur(s) : Teulère Joseph (maître de l'oeuvre)

Ancien cinéma Rex

Histoire : Cinéma atmosphérique inauguré en 1932, construit à l'emplacement des halles de la barrière de Médoc pour la société dirigée par Emile Couzinet, cinéaste-producteur et metteur en scène. La salle de huit cents places conservait son décor et ses toiles marouflées, inspirés, comme le nom de l'établissement, par le cinéma atmosphérique parisien construit par l'architecte Auguste Bluysen sur les Grands Boulevards en 1932 (voir notice Mérimée PA00086015). Le cinéma bordelais a été fermé en 1976 et démoli peu de temps après, mais le décor intérieur a été conservé.
Précisions : Ancien cinéma, y compris le décor intérieur (cad. B 1706) : inscription par arrêté du 17 juin 1976, radié de l'inventaire supplémentaire par arrêté du 10 décembre 2001
Adresse : 163 rue Croix-de-Seguey

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1932
Eléments protégés : décor intérieur

Ancien couvent des Annonciades, dit Maison de la Miséricorde, actuellement siège de la Direction régionale des affaires culturelles

Histoire : Couvent de femmes fondé en 1520, construit en 1521. Edification d'un dortoir en 1613 contre le mur nord par l'architecte Claude Maillet. Durant la Révolution, le couvent est utilisé comme salpêtrière. Il est racheté en 1808 par la communauté de la Miséricorde. Vendus en 1971, les bâtiments sont utilisés par le ministère de la Justice ; ils abritent depuis 1995 les locaux de la direction régionale des affaires culturelles du ministère de la Culture.
Précisions : Le portail sur la rue Magendie ; le cloître (à l'exclusion de la partie classée) ; le mur des anciennes fortifications (cad. U 1000) : inscription par arrêté du 15 octobre 1974 - La chapelle, en totalité, et la partie du cloître longeant cette chapelle (cad. U 1001) : classement par arrêté du 15 octobre 1974 - Le mur de clôture nord rue Magendie avec la niche et la statue du Christ à l'angle de la rue Paul-Louis-Lande et le mur à arcades du 17e siècle de l'ancien dortoir adossé à ce mur nord (cad. DT 235) : inscription par arrêté du 31 mai 2001
Adresse : 64 rue Paul-Louis-Lande ; rue Magendie

Type : Monuments historiques
Epoque : 1er quart 16e siècle ; 17e siècle
Année de construction : 1521 ; 1613
Eléments protégés : cloître ; chapelle ; enceinte ; portail ; mur de clôture ; niche ; statue
Auteur(s) : Galoppin Mathurin (maître de l'oeuvre) ; Médion Guillaume (maître de l'oeuvre) ; Maillet Claude (architecte)

Ancienne Ecole de médecine et de chirurgie

Précisions : Façades et toitures de l'ensemble du bâtiment du 19s ; amphithéâtre, y compris ses gradins ; hall d'entrée (cad. DS 145) : classement par arrêté du 13 septembre 1990
Adresse : 42 rue Lalande

Type : Monuments historiques
Epoque : 3e quart 18e siècle ; 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1753 ; 1852
Eléments protégés : amphithéâtre universitaire ; vestibule ; élévation ; toiture
Auteur(s) : Portier Nicolas (maître de l'oeuvre) ; Burguet Charles (maître de l'oeuvre)

Ancienne Maison de Montaigne

Précisions : Oratoire ; pièce centrale du rez-de-chaussée avec sa cheminée et sa porte murée du 15s ; tourelle d'escalier ; dallage ancien constituant le sol de l'ensemble du rez-de-chaussée (cad. HE 330) : inscription par arrêté du 27 décembre 1991
Adresse : 23 rue de la Rousselle

Type : Monuments historiques
Eléments protégés : oratoire ; cheminée ; porte ; tourelle ; escalier ; pavement

Ancienne Manufacture des Tabacs

Histoire : L'ancien hôtel des fiacres de la ville fut aménagé en 1805 pour accueillir une fabrique de tabac érigée en manufacture impériale en 1811. En 1824, l'architecte Michel-Jules Bonfin fut chargé de conférer à l'entreprise les attributs convenant à une manufacture d'Etat ; il éleva la grande façade de la place Rodesse. Des agrandissements furent ensuite faits, en 1825 et 1920. Le corps principal présente douze travées sur deux niveaux percées de baies rectangulaires à encadrement saillant, il est précédé d'un avant-corps. La cour intérieure est à péristyle. En 1929, le bâtiment de l'horloge a été surélevé. Cette manufacture qui, à son apogée, employait une main d'oeuvre féminine considérable (1000 femmes sur 1684 salariés en 1877), s'était spécialisée en 1945, dans la fabrication des cigares. Après la fermeture de la manufacture, les bâtiments ont été désaffectés en 1987 et seule a été sauvegardée la façade Bonfin.
Précisions : Façades et toitures du bâtiment d'entrée ; cour avec ses platanes accolée à ce bâtiment (cad. HM 95) : inscription par arrêté du 30 mai 1990
Adresse : place Rodesse

Type : Monuments historiques
Epoque : 1ère moitié 19e siècle
Année de construction : 1824
Eléments protégés : cour ; élévation
Auteur(s) : Bonfin Michel-Jules (architecte)

Ancienne mairerie

Précisions : Bâtiments du 17e siècle de l'ancienne mairerie : galeries de circulation ; façades et toitures du presbytère situé entre cour et jardin ; travée du balcon et toiture correspondante de l'immeuble situé dans la partie Ouest de la cour ; façades et toitures de l'ancienne cuisine et de la tourelle d'angle édifiée dans l'ancien jardin (cad. HD 411) : inscription par arrêté du 8 octobre 1993
Adresse : 20 rue des Ayres

Type : Monuments historiques
Epoque : 17e siècle
Eléments protégés : galerie ; presbytère ; cuisine ; tourelle ; balcon

Ancienne préfecture de Gironde (composée de maisons et des hôtels Saige et Legrix)

Histoire : Administration préfectorale transférée en 1810 de l'ancien palais archiépiscopal (actuellement Palais Rohan) à l'hôtel Saige, riche demeure construite dans les années 1770 par l'architecte Victor Louis. Pendant le 19e siècle, nombreux aménagements et agrandissements par les architectes départementaux Combes, Thiac, Labbé et Valleton. L'ensemble se présente actuellement comme un agrégat de maisons et hôtels de la fin du 18e siècle et du début du 19e siècle. La préfecture de Gironde y est restée jusqu'en 1993. Hôtel Saige construit par Victor Louis en 1775-1777, maison Journu et hôtel Legrix réalisés par Victor Louis dans les années 1770 : ces trois immeubles présentent un alignement de façades homogène. Deux immeubles de rapport (19 et 21, cours du Chapeau-Rouge) ont conservé des éléments de décor de la fin du 18e ou du premier tiers du 19e siècle. Deux autres maisons (20 et 22 rue Esprit-des-Lois) ont eu leurs intérieurs très remaniés.
Précisions : Hôtel Saige, à l'exception des parties classées : inscription par arrêté du 7 octobre 1935 - Bâtiments qui composent l'ancienne préfecture, à savoir : maison Journu, rue Louis, à l'exception des parties classées (cad. KP 68 A) ; maison Morin, rue Esprit-des-Lois, à l'exception des parties classées (cad. KP 68 B) ; maison, 20 rue Esprit-des-Lois (cad. KP 68 C) ; maison, 19 cours du Chapeau-Rouge (cad. KP 68 E) ; maison, 21, cours du Chapeau-Rouge, à l'exception du salon classé (cad. KP 68 D ) : inscription par arrêté du 20 décembre 1993 - Hôtel Saige, situé rue Esprit-des-Lois, cours du Chapeau-Rouge et rue Louis : façades et toitures, rez-de-chaussée avec les trois passages, salon de compagnie à l'étage, escalier suspendu de Louis, petit escalier ; hôtel Legrix situé à l'angle des rues Louis et Esprit-des-Lois, en totalité ; maison Morin située rue Esprit-des-Lois et maison Journu située rue Louis : façades et toitures ; maison située 21, cours du Chapeau-Rouge : salon du premier étage (cad. KP 68) : classement par arrêté du 14 novembre 1997
Adresse : rue Esprit-des-Lois ; cours du Chapeau-Rouge ; rue Louis

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e moitié 18e siècle ; 1ère moitié 19e siècle
Eléments protégés : salon ; élévation ; décor intérieur
Auteur(s) : Louis Victor (architecte) ; Combes (architecte départemental) ; Thiac (architecte départemental) ; Labbé (architecte départemental) ; Valleton (architecte départemental)

Ancienne église Notre-Dame de la Place

Histoire : Les vestiges de l'église Notre-Dame de la Place datent du 10e-11e siècle, mais on retrouve au même emplacement les bases de l'église paléochrétienne de Sainte-Marie, édifiée du 6e au 8e siècle et considérée comme l'un des premiers groupes épiscopaux de Bordeaux.
Précisions : Site de l'ancienne église (cad. KI 21) : inscription par arrêté du 23 janvier 1997
Adresse : 17 place Pey-Berland

Type : Monuments historiques
Epoque : 6e siècle ; 8e siècle ; 10e siècle ; 11e siècle
Année de construction : 1173

Bourse du Travail

Histoire : Confié à l'architecte Jacques d'Welles, le bâtiment, commencé en 1935, sera inauguré le 1er mai 1938. C'est un quadrilatère irrégulier divisé en deux trapèzes s'ouvrant sur cinq portes ouvragées sur le cours Aristide-Briand. L'axe commun est réservé à la circulation, tandis que deux escaliers avec ascenseurs desservent à chaque extrémité les deux parties. Les portes et rampes exécutées par Garlin ont été dessinées par l'architecte. Le décor est réalisé de 1938 à 1942 par des peintres et sculpteurs de l'Ecole des Beaux-Arts, ainsi qu'un photographe, et célèbre Bordeaux et son port, les activités du terroir, les arts, le travail et la paix dans de grandes compositions peintes à fresque ou réalisées en photographies géantes. Très homogène, l'édifice a été peu transformé et l'on peut encore voir boiseries, portes et luminaires d'origine.
Précisions : Bourse du Travail en totalité (cad. DT 1) : classement par arrêté du 25 juin 1998
Adresse : rue Jean-Burguet ; rue Henri-IV ; rue Paul-Louis-Lande ; cours Aristide-Briand

Type : Monuments historiques
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1935
Eléments protégés : portique ; loggia ; escalier ; décor intérieur
Auteur(s) : Welles Jacques d'(architecte) ; Garlin (ferronnier) ; Dupas Jean (peintre) ; Pillot Marco (maître de l'oeuvre) ; Buzon Camille de (décorateur) ; Carverne Jean-André (décorateur) ; Bégaud Albert (décor

Boutique

Précisions : La devanture d'époque Directoire (cad. P 620) : inscription par arrêté du 15 janvier 1962
Adresse : 34 rue des Ayres

Type : Monuments historiques
Epoque : 19e siècle
Eléments protégés : devanture ; élévation

Brûlerie dite atelier de torréfaction de café ; musée de l'Imprimerie.

Histoire : Installation vers 1920 d'un atelier de torréfaction de café. A cette époque on dénombre à Bordeaux une vingtaine de " grilleries " qui travaillent pour une clientèle locale. Le traitement du café implique des opérations industrielles simples comme grillage ou trituration et surtout des mélanges. L'atelier resta en activité jusque dans les années 1970. Ayant servi quelques années d'entrepôt, l'ancienne brûlerie est rachetée en 1986 par la commune de Bordeaux et louée à une association pour y installer le musée de l'imprimerie, qui présente actuellement plus de 150 machines, en état de marche, construites entre 1800 et 1955. Une grand partie de ce matériel provient des ateliers bordelais qui, s'étant modernisés, sont aujourd'hui équipés de machines modernes. Représentant le patrimoine technique de cette industrie, il a été étudié.Presses à bras de type Stanhope de marques : Baudie et Puyzarine, Frapié, Coisne ; presse à pédale de type " portefeuille ", Foulon et Langenhagen ; presses à pédale de type " Minerve ", Vitex-Landreau, Foulon-Langenhagen ; presses à pédale de type " Phoenix ", Deberny et Peignot ; presses de type " coup de poing ", L.M.W. ; presses à arrêt de cylindre : Marinoni, Dutartre, Alauzet, Jules Voirin ; machine typographique à platine " aile de moulin ", Original Heidelberg ; machine à composer Monotype de marques : Lanston Monotype, Typograph ; machines à composer Linotype de marques : Linotype 5 Meteor, Intertype ; massicot, J. Theodore ; presse à percussion, Poirier ; machine à réglures, R. Brissard Fils. Voir dossier.La brûlerie emploie une cinquantaine de personnes en 1970.
Adresse : 8, 10 rue du Fort Louis

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Cathédrale Saint-André

Cathédrale Saint-André
Cathédrale Saint-André
Précisions : Cathédrale Saint-André : classement par liste de 1862
Adresse : place Pey-Berland

Type : Monuments historiques
Epoque : 12e siècle ; 16e siècle


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques