France   |    
Blason et armoiries d`Aragnouet

Aragnouet

Hautes-Pyrénées

Midi-Pyrénées

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Aragnouet

Monuments historiques et bâtiments protégés d'Aragnouet

Chapelle Notre-Dame-de-Meyabat

Chapelle Notre-Dame-de-Meyabat
Chapelle Notre-Dame-de-Meyabat
Histoire : D'après des études historiques, une première chapelle aurait été construite en 1660. L'édifice actuel semble dater pour l'essentiel de la fin du 19e siècle (date sur la clef de la porte d'entrée : 1881 ou 1885) . Il a récemment fait l'objet d'une importante restauration intérieure, couvrement et décoration.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Chapelle Saint-Pierre-aux-Liens

Chapelle Saint-Pierre-aux-Liens
Chapelle Saint-Pierre-aux-Liens
Histoire : Située dans la paroisse d'Eget, la chapelle de Fabian a été construite en 1852. La bénédiction de l'édifice eut lieu le 7 novembre 1852. La chapelle fut agrandie en 1868. L'édifice a été entièrement reconstruit dans la 2e moitié du 20e siècle.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e moitié 20e siècle
Année de construction : 1852
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Chapelle d'hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem Notre-Dame-de-l'Assomption dite chapelle des Templiers

Chapelle d\
Chapelle d'hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem Notre-Dame-de-l'Assomption dite chapelle des Templiers
Histoire : La chapelle dépendait d'un hôpital attenant, aujourd'hui détruit, desservi par les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem pour héberger les voyageurs franchissant les cols. L'hôpital et la chapelle firent partie de la commanderie d'Aure, puis de la commanderie de Boudrac, enfin de la commanderie de Poucharramet à partir de 1748. Pendant la Révolution, la chapelle fut dépouillée de son orfèvrerie. Le clocher-mur porte la date 1876, correspondant sans doute à une campagne de restauration. La chapelle a été classée en 1939, le clocher-mur en 1952.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 12e siècle
Année de construction : 1876

Eglise des Templiers, dite aussi Chapelle-du-Plan

Eglise des Templiers, dite aussi Chapelle-du-Plan
Eglise des Templiers, dite aussi Chapelle-du-Plan
Histoire : Eglise : 12e siècle ; Pignon : 13e siècle
Précisions : Eglise : classement par arrêté du 3 janvier 1939 ; Le pignon, vestige de l'Hospice du Plan, servant de clocher à l'église voisine : classement par arrêté du 6 février 1952

Type : Monuments historiques
Epoque : 12e siècle ; 13e siècle
Eléments protégés : pignon ; clocher

Barrage dit barrage d'Orédon

barrage dit barrage d\
barrage dit barrage d'Orédon
Histoire : En 1864, le Ministère de l'Agriculture décide d'augmenter et de régulariser le débit du canal de la Neste en utilisant les lacs de la haute-vallée d'Aure (Aubert, Aumar, Cap-de-Long, Orédon) . Le lac d'Orédon fait l'objet d'une expropriation pour cause d'utilité publique en juin 1869. Les travaux d'aménagement du réservoir et de construction du barrage commencent en 1869 et durent jusqu'en 1884. Pour ce barrage, constitué d'un remblai revêtu de béton et de pierres sèches, l'ingénieur des Ponts et Chaussées Michelier invente un système de drainage qui capte les infiltrations. En 1917, le réservoir d'Orédon est relié au réservoir de l'Oule par un canal d'amenée souterrain de 3, 3 km, afin d'accroître la puissance de la centrale hydroélectrique d'Eget. La capacité utile du réservoir d'Orédon est de 7, 3 millions de m3.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1884
Auteur(s) : Michelier (ingénieur civil)Ussel d'(ingénieur civil)Ministère de l'Agriculture (auteur commanditaire)

Barrage dit barrage de Cap-de-Long

barrage dit barrage de Cap-de-Long
barrage dit barrage de Cap-de-Long
Histoire : Après la mise en service des réservoirs d'Orédon (1884) et d'Aumar (1901) , le Ministère de l'Agriculture poursuivit sa politique d'aménagement hydraulique en construisant un barrage sur le lac de Cap-de-Long. Commencés en 1901, les travaux s'achevèrent au début de 1908. Le réservoir d'une capacité de 7 millions de m3 était destiné, comme Orédon et Aumar, à alimenter le canal de la Neste. En 1947, E.D.F. établit les projets d'un nouveau barrage-voûte de 100 mètres de haut, portant la capacité du réservoir de 7 à 67 millions de m3. Le barrage fut achevé en 1954. Le réservoir de Cap-de-Long alimente la centrale hydroélectrique de Pragnères ( Gèdre, canton de Luz-Saint-Sauveur) par l'intermédiaire d'une galerie souterraine en charge de 10 km de long.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1908 ; 1954
Auteur(s) : Ministère de l'Agriculture (auteur commanditaire)Electricité de France (auteur commanditaire)

Centrale hydroélectrique

centrale hydroélectrique
centrale hydroélectrique
Histoire : Propriété de la S.H.E.M. (Société Hydroélectrique du Midi) , filiale de la S.N.C.F., la centrale a été construite par la Compagnie des Chemins de fer du Midi entre 1913 et 1919, afin d'assurer l'électrification des voies de chemins de fer régionales. Elle utilise les eaux des réservoirs d'Orédon (7, 2 milllions de m3) et de l'Oule (16, 6 millions de m3) , captées par une galerie d'amenée souterraine à écoulement libre. Débouchant à l'aplomb de la centrale, cette galerie se prolonge par une conduite forcée d'une hauteur de 750 mètres, pour un débit de 5 m3/s. En 1921, la centrale comptait 7 groupes électrogènes de 5000 HP chacun. Modernisée en 1968, elle abrite aujourd'hui 2 producteurs : la S.H.E.M. avec une turbine horizontale Pelton d'une puissance de 33 millions de Watts qui remplace les 7 groupes d'origine, et E.D.F. (depuis 1954) avec 2 turbines Francis de 3 millions de Watts chacune.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle ; 4e quart 20e siècle
Année de construction : 1919
Auteur(s) : Compagnie des Chemins de fer du Midi (auteur commanditaire)

Maison

maison
maison

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maison

maison
maison

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 19e siècle
Auteur(s) : maître d'oeuvre inconnu

Maisons, fermes

Histoire : Dates portées : 1706, 1868

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 18e siècle ; 19e siècle

Présentation de la commune d'Aragnouet

présentation de la commune d\
présentation de la commune d'Aragnouet
Histoire : La commune d'Aragnouet comprend 5 villages ou hameaux : Aragnouet, Eget, Eget-Cité, Fabian, Le Plan

Type : Inventaire général du patrimoine culturel

église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens

église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens
église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens
Histoire : La partie la plus ancienne de l'église est l'abside abritant le choeur, d'époque romane. Au 16e ou au 17e siècle, une sacristie a été construite sur le flanc nord de l'abside. En 1832, l'église était très délabrée. La nef et le clocher ont fait l'objet d'une campagne de reconstruction entre 1832 et 1834. Le couvrement a été modifié en 1962 sur les plans de l'architecte départemental Jean Martin, et à cette occasion les murs séparant les 2 bas-côtés du vaisseau central ont été démolis pour agrandir l'espace intérieur.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle ; 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1833 ; 1962
Auteur(s) : Martin Jean (architecte départemental)

église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens

église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens
église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens
Histoire : L'ancienne église d'Aragnouet fut partiellement reconstruite en 1835. Par suite de malfaçons, l'édifice menaçait de s'effondrer dès 1841. Pierre Artigala (1788-1857) , architecte départemental des Hautes-Pyrénées, dirigea une seconde campagne de reconstruction en 1842, conservant le plan et le clocher de l'église de 1835. L'édifice a fait l'objet d'une restauration générale en 1977.

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1842
Auteur(s) : Artigala Pierre (architecte départemental)


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques