France   |    
Blason et armoiries d`Amiens

Amiens

Somme

Picardie

Donnez votre avis   Ajouter une photo Ajouter une adresse »


Amiens

Monuments historiques et bâtiments protégés d'Amiens

église paroissiale Saint-Jacques

Histoire : L'église Saint-Jacques, de style néo-classique, fut construite en 1837 sur les plans de l'architecte Auguste Cheussey, les travaux furent conduits par l'entrepreneur Tattegrain. En 1839, l'édifice fut enclos par les grilles, aujourd'hui disparues, du cimetière Saint-Denis. Le 7 août 1857, un incendie ravagea l'édifice sur toute sa longueur, depuis la tribune d'orgue jusqu'à la naissance du clocher. En 1858, l'église fut restaurée par l'architecte Louis Victor Amédée Vigreux, sur les conseils de l'architecte diocésain Viollet-le-Duc. A cette occasion, les colonnes jumelées d'ordre ionique de la nef furent changées en pilastres doriques, de même la voûte subit un exhaussement de 1 m 50. A la suite des destructions de la Seconde Guerre mondiale, d'importantes restaurations eurent lieu en 1964, sous la direction de l'architecte Arduin. Les façades nord et sud furent refaites à neuf, et la décoration fut renouvelée dans le style contemporain.
Adresse : rue Saint-Jacques

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle ; 3e quart 19e siècle ; 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1837 ; 1858 ; 1964
Auteur(s) : Cheussey Auguste (architecte)Tattegrain Delabarthe (entrepreneur)Vigreux Louis Victor Amédée (architecte)Arduin (architecte)

église paroissiale Saint-Martin

Histoire : L'église Saint-Martin, de style néo-gothique, fut construite pour répondre aux besoins urgents du quartier. Une première chapelle provisoire avait été édifiée. Le 11 octobre 1869, un arrêté préfectoral signalant l'approbation des plans et devis, autorisa la construction d'une nouvelle église. La dépense évaluée à 327 000 F devait être acquittée au moyen de souscriptions volontaires et d'une contribution de la ville à forfait de 60 000 F. La construction débuta en 1869 sous la direction de l'architecte Louis Henri Antoine en collaboration avec l'entrepreneur Guénard. Elle fut interrompue par la guerre de 1870 et achevée en 1874. Pour le reste des travaux d'aménagement et de sculpture, tout fut terminé en 1882. La dépense s'élevait alors à 282 814 F 42 c. La consécration solennelle se déroula le 8 mai 1940 et une campagne de restauration, sous la direction de l'architecte Guidée, fut entreprise. L'église possède un ensemble de vitraux datant de 1953, oeuvres des maîtres verriers J. et P. Gaudin.
Adresse : 25 rue Morgan

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1869 ; 1953
Auteur(s) : Antoine Louis Henri (architecte)Guénard (entrepreneur)Gaudin J., et : Gaudin P. (maître verrier)

église paroissiale Saint-Maurice

Histoire : De style néo-classique, l'édifice construit par l'architecte Auguste Cheussey, remplace une modeste église édifiée au 18e siècle à l'emplacement de l'actuelle école et qui fut détruite en 1808. La pose de la première pierre de l'église eut lieu en avril 1840, elle fut inaugurée le 1er août 1841. Le presbytère fut construit en 1884. En 1924, Pierre Ansart reçut la commande d'un ensemble décoratif comprenant le maître-autel et le revêtement mural de l'abside en mosaïque rehaussée d'or.
Adresse : rue Saint-Maurice

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 19e siècle
Année de construction : 1840 ; 1884 ; 1924
Auteur(s) : Cheussey Auguste (architecte)Ansart Pierre (mosaïste)

église paroissiale Saint-Paul

Histoire : Cette église fut construite de mars à décembre 1968. Il fut demandé à l'architecte Boujot la construction d'une église de 400 places avec plusieurs salles en sous-sol pouvant être accessibles aux handicapés.
Adresse : rue Jean-de-la-Fontaine

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1968
Auteur(s) : Boujot (architecte)Pernault (sculpteur)

église paroissiale Saint-Pierre

Histoire : L'actuelle église Saint-Pierre remplace une première église néo-gothique érigée en 1857-1858 par les architectes François Massenot et Schultess. Lors des bombardements aériens de 1940, la totalité de l'édifice fut détruit. Dès 1949, sur les plans de l'architecte Evrard, une nouvelle église Saint-Pierre fut construite par l'entreprise Privileggio. Les fondations de l'ancienne église furent réutilisées.
Adresse : chaussée Saint-Pierre

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1949
Auteur(s) : Evrard (architecte)Privileggio (entrepreneur)

église paroissiale Saint-Remi

Histoire : L'église actuelle, de style néo-gothique flamboyant, remplace l'ancienne église des Cordeliers, construite au 16e siècle par les Frères franciscains. Grâce à l'intervention du magistrat Hecquet de Rocquemont, alors président de la société des Antiquaires de Picardie, la reconstruction de l'édifice est envisagée dès 1855, sous l'inspiration du curé desservant de l'époque. L'adjudication des travaux eût lieu le 19 août 1889 et les travaux débutèrent alors. Le conseil de fabrique ne possédant pas des ressources financières nécessaires, seuls le choeur et le transept de l'église furent érigés. Au cours de ces campagnes de construction, un clocher dont la flèche devait rester inachevée, fut édifié au croisement des combles de la nef et du transept. Durant les deux guerres mondiales, l'église subit de nombreux dégâts. En 1936, l'architecte Pierre Ansart et le maître-verrier Darquet furent chargés de la réfection des vitraux d'art et des verrières.
Adresse : rue des Cordeliers

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1889
Auteur(s) : Déleforterie Paul Louis (architecte)Fidon-Barbier (entrepreneur)Devalois (entrepreneur)Darquet (peintre-verrier)Ansart Pierre (architecte)

église paroissiale Saint-Roch

Histoire : L'église, de style néo-roman, est construite sur l'emplacement de l'ancienne abbaye Saint-Jean des Prés où naquit, vers 1335, la dévotion à saint Roch. La première pierre du nouvel édifice fut posée le 22 avril 1878. La construction s'effectua en deux campagnes : le choeur et les trois premières travées de la nef furent érigée du 22 avril 1878 au 16 août 1881 par l'architecte amiénois Henri Antoine, le reste de l'église fut élevé de 1896 à août 1898 par son fils, l'architecte Georges Antoine. L'église possède un ensemble de verrières figuratives réalisées par les maîtres verriers Cagnart et Latteux-Bazin au début du 20e siècle.
Adresse : rue de l'Abbaye

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1878
Auteur(s) : Antoine Henri (architecte)Antoine Georges (architecte)Cagnart (peintre-verrier)Latteux, et : Bazin (peintres-verriers)

église paroissiale Sainte-Anne

Histoire : La paroisse Sainte-Anne fut créée en 1825. Une première église, faisant suite à une chapelle, située sur l'esplanade de Noyon, avait été construite de 1834 à 1837 par l'architecte Auguste Chaussey. De style néo-classique, elle fut expropriée en 1869 contre une indemnisation de 40 000 francs en faveur de la Société de Chemin de fer du Nord. La décision de construire un nouvel édifice, sur l'emplacement actuel, fut prise à partir de 1866. L'élaboration du plan et la direction des travaux furent confiés à l'architecte Victor Louis Déleforterie, en collaboration avec l'entrepreneur Salle, sous la surveillance de l'abbé Aubert. Les travaux de maçonnerie durèrent deux ans, la charpente fut exécutée à titre gracieux par l'entrepreneur Corroyer, fidèle paroissien de Sainte-Anne. L'église terminée et livrée au culte au mois d'octobre 1868, fut consacrée le 20 octobre 1869. Le décor intérieur fut mis en place à l'occasion de plusieurs campagnes, les peintures monumentales par Grauk en 1882, les verrières en 1880 et 1891 par Grauk, Champigneulle et Vernomet-Pommery.
Adresse : 63 rue Vulfran-Warmé

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 19e siècle
Année de construction : 1866
Auteur(s) : Déleforterie Victor Louis (architecte)Salle (entrepreneur)Grauk (peintre)Champigneulle (peintre-verrier)Vermonet, et : Pommery (maître verrier)

église paroissiale Sainte-Jeanne d'Arc

Histoire : Commencée en 1911, cette église de style néo-gothique fut construite en plusieurs campagnes successives par l'architecte Edmond Douillet et l'entrepreneur Richard. Elevée au moyen de souscriptions, elle fut édifiée de 1912 à 1933, la première Guerre mondiale ayant entraîné un ralentissement des campagnes de construction. En 1925, le portail fut inauguré et en mai 1928, le clocher et une cloche. L'église fut enfin consacrée le 14 mai 1931 par Monseigneur Lecomte. Les travaux ne s'achevèrent définitivement qu'en 1933. L'édifice possède un ensemble de vitraux figuratifs et emblématiques, oeuvres de Pasquier et Ansart. Cette église se caractérise par une nouveauté technique dans l'emploi de terrasses qui résistent à la poussée des voûtes.
Adresse : 240 rue de Rouen

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 1er quart 20e siècle ; 2e quart 20e siècle
Année de construction : 1911 ; 1933
Auteur(s) : Douillet Edmond (architecte)Richard (entrepreneur)Pasquier (maître verrier)Ansart (peintre-verrier)

église paroissiale Sainte-Thérèse de l'Enfant Jésus

Histoire : L'église fut élevée grâce à des souscriptions publiques. Le projet fut confié au cabinet Jean Devillers et à l'architecte Langlois en collaboration avec l'entreprise Bataille pour le gros-oeuvre. La pose de la première pierre eut lieu le 8 octobre 1961 et la bénédiction le 23 décembre 1962.
Adresse : 22 avenue de la Paix

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1961
Auteur(s) : Devillers Jean (architecte)Langlois (architecte)Bataille (entrepreneur)

église paroissiale du Coeur-Immaculé-de-Marie

Histoire : Dès 1930, le curé de la paroisse Saint-Acheul résolut de faire ériger une chapelle provisoire en menuiserie afin de remédier à l'absence d'un lieu de culte dans le quartier. Le 2 octobre 1932, cette chapelle provisoire fut érigée officiellement sous le vocable du Coeur Immaculé de Marie. Le permis de construire pour l'église définitive étant accordé en mai 1934, l'exécution de la première partie, limitée à la crypte, fut réalisée sous la direction des architectes Mallet et Carpentier, en collaboration avec l'entreprise Antoine frères. La première pierre fut posée le 27 mai 1934. Cependant, en raison de problèmes financiers, l'église resta à l'état de crypte pendant de nombreuses années. Après l'obtention du permis de construire, les travaux furent à nouveau lancés le 1er mars 1955 sous la direction de l'architecte Carpentier. Cette reprise des travaux put se faire grâce à une souscription publique ouverte dans tout le diocèse d'Amiens. Cet édifice fut le lieu d'expérimentation architecturale dans l'utilisation de voûtes porteuses en brique selon le procédé des établissements Fabre à Paris. Seul le clocher resta inachevé à la moitié de sa hauteur prévue faute de moyens financiers suffisants. L'église fut solennellement inaugurée le 4 novembre 1956. L'église possède des vitraux réalisés par Ansart et Pasquier.
Adresse : 564 rue de Cagny

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 2e quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle
Année de construction : 1934 ; 1955
Auteur(s) : Carpentier (architecte)Mallet (architecte)Ansart (peintre-verrier)Pasquier (maître verrier)

église paroissiale du Petit-Saint-Jean

Histoire : L'actuelle église du Petit-Saint-Jean, de style néo-roman, remplace une église plus petite détruite pour vétusté. En avril 1888, elle avait été mise en vente pour être démolie et permettre le commencement des travaux de l'église nouvelle. Cette dernière fut construite de 1888 à 1890 grâce à l'abbé Merchiez et à la donation de 25 000 F de la part d'un paroissien. Les travaux adjugés à l'entrepreneur Sauval commencèrent en 1888 sous la direction de l'architecte Louis Henri Antoine. Le devis s'élevait à 26 000 F. Une fois la construction achevée, un déficit d'une quinzaine de mille francs fut comblé par une aide du gouvernement.
Adresse : rue des Deux-Ponts

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1888
Auteur(s) : Antoine Louis Henri (architecte)Sauval (entrepreneur)

église paroissiale du Sacré-Coeur

Histoire : L'installation de la gare des Chemins de fer du Nord ayant divisé la paroisse Sainte-Anne en deux quartiers bien distincts, la construction de l'église de la Vallée fut envisagée grâce à quelques souscriptions et à la somme de 10 000 F accordée par l'évêque. Le terrain acheté, les travaux furent confiés à l'architecte Edmond Douillet et à l'entrepreneur Dupont. L'église du Sacré-Coeur fut construite de 1878 à 1897 dans le style romano-byzantin rappelant le Sacré-Coeur de Montmartre à Paris.
Adresse : 10 rue de Mareuil

Type : Inventaire général du patrimoine culturel
Epoque : 4e quart 19e siècle
Année de construction : 1878
Auteur(s) : Douillet Edmond (architecte)Dupont E. (entrepreneur)


© Base MERIMEE - Etat Français - Batîments classés monuments historiques